L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Sous surveillance avec implication négative

Bien que n’étant pas une agence de contrôle de quelque nature, je souhaite placer la communication du ministre de l’intérieur (qui est aussi ministre des cultes) sous surveillance avec implication négative. [1].

Suite aux inscriptions malveillantes graffitées sur la Basilique du Sacré-Coeur, le ministre de l’intérieur a rapidement publié un communiqué pour dénoncer ces faits. Nous ne pouvons que lui donner raison : ministre des cultes, il se doit d’en protéger le libre exercice, et chef des polices, il doit constater qu’un désordre public n’a pas été prévenu et qu’il revient à ses équipes d’identifier les auteurs et de les mettre face à leurs responsabilités. Il convient donc de le remercier pour ce communiqué, même s’il n’a, somme toute, « que » fait son devoir. La gratitude sera plus enthousiaste lorsque les auteurs de la profanation seront présentés à un juge.

Dans ce monde où l’apparence prévaut trop souvent sur la substance, je me suis livré à une analyse sommaire de la communication du ministre de l’intérieur pour tout ce qui est des atteintes et agressions dues à la religion : J’ai identifié parmi les 413 communiqués [2] ceux qui concernent la commission de faits anti-chrétien, anti-musulman et anti-sémite [3]. Puis, afin de mettre en perspective ces données, je les ai comparées avec :

  • les statistiques d’atteintes aux sites religieux entre 2010 et 2012 [4] ;
  • la part de chaque religion dans la population [5] ;
  • le nombre de ces sites religieux (même source que précédemment).

Voici le résultat :

Communication du ministre de l’intérieur sur les actes portant atteinte aux religions
Anti-chrétienAnti-musulmanAnti-sémiteTotal
Nombre de communiqués 4 4 10 18
% de communiqués 22% 22% 56%
Atteintes aux lieux de cultes et sépultures 83% 10% 7%
% de la population ayant une pratique religieuse 85% 9% 1%
% de lieux de culte et de sépulture 95% 5% 1%

Comparé-je des choux et des carottes ? Ce petit tableau présente en tout cas deux enseignements principaux :

  • la proportion d’atteintes antisémites dépasse très largement (7 fois) celles de la population ou des lieux de culte et sépulture israélites ; dans une moindre mesure (2 fois), ce décalage se vérifie pour les lieux de culte musulmans, mais pas pour la population ;
  • l’antisémitisme occupe une part léonine dans la communication du ministre de l’intérieur, et déplorer les atteintes anti-chrétiennes est réduit à la portion congrue.

Faut-il en conclure que le ministre de l’intérieur affiche des préférences que la neutralité de l’état devrait lui interdire de montrer, et crier au sectarisme et à la christianophobie ? Je ne crois pas que nous puissions lui reprocher de "plus" communiquer sur les actes antisémites, puisqu’ils sont objectivement beaucoup plus nombreux que ne devraient le laisser présager la proportion des personnes et des lieux israélites : son travail est d’apporter des solutions là où il y a des problèmes. Mais, ici comme dans tout problème de positionnement d’un curseur, penser que le ministre de l’intérieur témoigne d’une indignation sélective en défaveur des chrétiens est une légitime suspicion. Alors il faut sans doute souhaiter qu’il consacre autant d’énergie et qu’il rencontre autant de succès à garantir une liberté de culte pour tous dans des conditions apaisées qu’à éviter aux amies de son épouse de payer les amendes pour problème de stationnement illicite.

@remseeks

[1Ce jargon est emprunté aux agences de notation qui évaluent et notent la solvabilité d’un émetteur de dettes. Une telle mention avertit de l’opinion de l’agence qui est que cette solvabilité devrait probablement se dégrader dans le futur.

[3la communication du ministre ne parle que d’anti-sémitisme, qui est (malheureusement) le terme le plus usité, mais qui est bien souvent inapproprié : (i) le culte est judaïque et pas sémitique (ii) les populations arabes, qu’elles soient musulmanes, chrétiennes, agnostiques, athées ou autres, sont aussi sémitiques mais sont exclues de l’anti-sémitisme réservé aux seules populations juives. Pour la clarté de mon propos et la conformité avec ceux du ministre, j’use de ce terme impropre et prie mon lecteur de m’en excuser

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0