L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Rien n’est simple en Belgique

Nous autres Français sommes bouillants, prêts à nous enflammer, et à sonner le tocsin. Ainsi, nous voilà prêts à relayer la pétition sur CitizenGo, pour appeler le Roi des Belges Philippe à ne pas signer la loi sur l’euthanasie des mineurs.

Le roi n’est pas la solution miracle

Pourtant, cet appel ne va de soi pour beaucoup de Belges, comme le blog Belgicatho s’en fait l’écho : « Nous mettons notre souverain dans une position intenable. Il est trop facile de faire porter à un seul homme le poids de la responsabilité du coup d’arrêt à cette loi. La société civile belge ne peut s’en prendre qu’à elle-même si, par lâcheté, par paresse ou par »à quoi bonisme", elle s’est laissée glisser vers une culture de mort."

Il est difficile pour les Français, encore pétris de conceptions héritées de la monarchie absolue, et dotés d’un roi républicain élu, disposant de pouvoirs très larges, de concevoir que la non-signature du souverain belge ne serait qu’un coup d’éclat symbolique, et non une manière de bloquer la loi. Le Roi des Belges n’a pas le pouvoir d’empêcher l’application d’une loi émanant d’un Parlement.

Cette nuance étant apportée, votre serviteur reste pour autant persuadé que Sa Majesté Philippe s’honorerait de ne pas signer ce texte mortifère, comme il l’a expliqué sur les Cahiers libres. Il sauverait l’honneur de son pays, et ce serait un geste prophétique.

Attention aux imposteurs !

Adepte du consensus et du compromis, la classe politique belge tranche avec les politiciens français. A la Chambre des députés de Bruxelles, pas d’empoigne ni d’envolées théâtrales [1]. Faute de tribun intéressant à se mettre sous la dent, certains Français jettent leur dévolu sur un trublion local : le député Laurent Louis, qui a qualifié au cours du débat d’hier le projet de loi de « délire satanique » : « Seul Dieu a le droit de donner ou de reprendre la vie », s’est-il exclamé. Nos confrères de Nouvelles de France se sont empressés de relayer la vidéo de son discours. Pourtant, il faut aller plus loin : qui est ce Laurent Louis ?

Il a été élu en 2010 député du Brabant Wallon, avec le Parti populaire (droite libérale). Exclu du PP dès 2011, il fonde son propre parti, le Mouvement pour la Liberté et la Démocratie (MLD). C’est en son nom qu’il se prononce, en décembre 2012, en faveur de l’euthanasie des mineurs. Dans un communiqué sur Facebook, supprimé depuis, il déclare :

«  Le MLD est favorable à une extension de la loi sur l’euthanasie. Nous le disions déjà en avril [2012] et nous nous réjouissons que le PS suive notre idée. Nous soutiendront [2] toute initiative de ce type ! (…) En tant que défenseur des libertés, le MLD estime que chacun a le droit de partir en paix s’il le décide. »

A l’époque, Laurent Louis est également violemment anti-religieux : il propose la laïcisation complète de l’État belge (qui subventionne les cultes catholique, protestant, anglican, juif et musulman), l’interdiction des congés confessionnels et la suppression des allocations familiales. Pourtant, de janvier à octobre 2013, il rejoint le parti ISLAM, un mouvement islamiste chiite, avant de créer « Debout les Belges », en novembre 2013, avec le soutien de Dieudonné, dont il emprunte la « quenelle ».

Interrogé en avril 2013 par la Voix de la Russie, Laurent Louis déclarait encore : «  il faut combattre les intégristes catholiques qui condamnent l’utilisation du préservatif ou s’opposent radicalement au mariage homosexuel, à l’avortement ou à l’euthanasie.  »

Est-ce le même personnage qui, hier, déclarait son opposition à l’homosexualité, à l’avortement et à l’euthanasie des enfants ? Cela confirmerait-il la rumeur de sa conversion à l’islam, lorsqu’il évoque « Dieu, Le Très-Haut » (termes dont les musulmans n’ont pas le monopole, mais qui se retrouvent comme tels dans le Coran), qui « accorde le Paradis aux martyrs » ? Ou sa réputation d’opportuniste ? Dans tous les cas, aucun Français aux convictions conséquentes ne devrait se faire l’écho de cet individu, qui ne pèse rien dans son pays.

Le texte qui a été voté hier en Belgique est monstrueux et ignoble. La société belge, surtout celle qui se prétend chrétienne, au sein de l’élite francophone, doit se réveiller pour le rejeter. La non-signature du Roi Philippe serait un geste fort, prophétique et utile pour son pays, sur le long-terme.

Mais, en tant que Français, il faut se garder de juger trop rapidement la situation belge, plus complexe qu’il n’y paraît.

« Rien n’est simple de ce qui s’offre à l’âme », disait Pascal. C’est d’autant plus vrai, en cette Saint-Valentin.


[1Les députés chrétiens-démocrates opposés à l’euthanasie des mineurs se sont contentés de réclamer, la veille du vote, l’avis de la Commission de la Santé, non-consultée, dans l’espoir de freiner le processus.

Addentum - 15/02/2014 : les Chrétiens Démocrates Néerlandophones (CD&v) ont cependant obtenu certaines modifications importantes de la loi, dont le retrait du texte de l’extension aux personnes démentes.

[2Notez la fôte d’aurtograffe.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0