L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Opération « Modestie évangélique »

31 octobre 2014 Bougainville

Nous autres, militant-e-s du Comité d’Action Démocratique d’Utopie Chrétienne (CADUC), sommes à la fois pleins d’espoir envers le pape François, véritable homme d’ouverture, et inquiets de la radicalisation de la frange extrémiste ultraconservatrice intégriste et réactionnaire [1] de l’Église catholique romaine.

Nous proposons donc à nos militant-e-s et sympathisant-e-s tout un panel d’actions, que nous regroupons dans l’Opération « Modestie évangélique », destinée à inciter l’Église à faire preuve de davantage de tolérance, et d’humilité, surtout.

1) Faire la grève de la communion : comme nos camarades de lutte Anne Soupa et Christine Pedotti, nous pouvons nous priver de recevoir l’Eucharistie, en solidarité avec les divorcés-remariés. Que Jésus n’ait pas fait de ce sacrement un outil politique est un oubli conjoncturel (et surtout socio-culturel hétéronormé) auquel nous remédions.

2) Aller à la mosquée ou à la synagogue : afin de bien faire comprendre que toutes les religions sont équivalentes, et que nous sommes tous les enfants d’un même Père (Abraham, pas Dieu), nous pouvons fréquenter les lieux de culte de nos frères musulmans ou juifs au lieu de nos églises habituelles. On n’hésitera pas à critiquer les Juifs sur la politique d’apartheid d’Israël, par contre, on ne dira rien aux musulmans, car c’est la religion d’une minorité opprimée, comme le Père Edwy Plenel l’explique bien dans sa dernière encyclique.

3) Apprendre la vie aux évêques : ceux qui dirigent l’Église sont, comme on le sait, des incapables qui n’y connaissent rien à la théologie, ni à la vie en général. Puisque certains en sont déjà à leur adresser des « suppliques » et à faire des pressions, alors on ne va pas se gêner. Prenons pour cible la Conférence des évêques de France (CEF). Trollons leur adresse mail avec de vraies pétitions, sur tous les sujets. Pas de scrupules : Jésus a choisi des pauvres types comme Apôtres, il n’y a donc pas de raison que leurs successeurs, les évêques, aient changé.

4) Élire les prêtres : créons dans les paroisses des comités locaux pour l’élection des prêtres au suffrage universel. Il est indigne que ceux qui gèrent la vie des communautés chrétiennes échappent à un contrôle démocratique. Nous proposons une élection à l’échelle nationale, sur un scrutin de liste, tous les 5 ans. Les candidats seront femmes, hommes et transgenres, évidemment. Que les premiers chrétiens n’aient pas élus leurs prêtres est compréhensible, à cause des conflits d’intérêts, de la corruption et des risques de dérives politiques de l’époque. Mais nous sommes en 2014, nous sommes éclairés et raisonnables. Il est donc temps de changer.

5) Inverser les rôles à la confession : le sacrement est une épouvantable méthode à culpabiliser les gens. Exigeons que, désormais, ce soient les prêtres qui se confessent aux fidèles, réunis collectivement dans l’église paroissiale. Ainsi, le Peuple de Dieu est témoin et juge du clergé, et pas l’inverse. Il n’est pas important de savoir si le prêtre se confesse bel et bien de son côté à un confrère, c’est le symbole qui est compte.

6) Colorer les hosties selon l’Arc-en-ciel : les hosties blanches sont autant d’obstacles discriminatoires pour les plus jeunes, et les personnes issues de la diversité. Quand le problème de la « communion pour tous » (comme le dit bien Anne Soupa) sera réglé, nous pourrions lancer des gammes d’hosties selon les couleurs de l’Arc-en-ciel, symbole de paix et de tolérance.

7) Donner la communion aux animaux : comme le fit cette femme pasteur anglicane au Canada, il est impératif de rendre ce sacrement véritablement inclusif aux animaux, êtres humains à part entière.

8) Imposer la liturgie renouvelée : le manuel liturgique néerlandais de 1969, véritable chef d’œuvre progressiste, doit être imposé aux paroisses, surtout celles qui suivent la forme extraordinaire du rite. Nous devons nous venger de toutes ces années où nous devions célébrer cette liturgie, quasiment en secret, faisant face aux moqueries (surtout pour notre hymne de communion, qui nécessite de lancer des colombes en liberté dans l’église, tandis que l’on fait tourner les serviettes en l’air). Il est temps de prendre notre revanche, en demandant aux paroisses de s’aligner sur notre modèle. Il ne peut y avoir qu’une seule liturgie dans l’Église, et c’est la nôtre.

9) Bannir les mots genrés : Pour éviter les discriminations de genre, on ne parlera désormais plus de Dieu au masculin : on dira « Il/Elle/Plix ». Avec le « Plix », invention de la commission Égalité et Comportements du CADUC, nous avons trouvé une manière, neutre sur le plan du genre, de ne pas employer le masculin ou le féminin.

10) Lancer IntégristLand : Pour surveiller les comportements non-progressistes des membres du clergé et des fidèles, nous lancerons un site pour dénoncer leurs pratiques, sur le modèle du célèbre et talentueux MachoLand. Il ne s’agit pas de délation, mais de correction fraternelle, et de vigilance citoyenne.

Avec ces 10 propositions de « Modestie évangélique », nous sommes persuadés que l’Église renouera avec une véritable attitude d’humilité. Car c’est important d’être humble.


[1Mots-clés approuvés par les Décodeurs du Monde.

31 octobre 2014 Bougainville

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0