L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Nouvel Ordinariat en Australie

Bonne nouvelle pour l’Eglise : un nouvel Ordinariat pour accueillir les anciens anglicans verra le jour en Australie, le 15 juin prochain. Cette nouvelle structure sera placée sous le patronage de Notre-Dame de la Croix du Sud et de saint Augustin de Canterbury, évangélisateur des Anglais et premier occupant du siège archiépiscopal de Grande-Bretagne.

La Croix du Sud est une constellation située au dessus des continents de l’hémisphère sud, symbole pour les navigateurs de difficultés mais surtout de salut proche. La Vierge Marie est quant à elle patronne de l’Australie sous le titre de « Secours des chrétiens », et patronne de l’archidiocèse de Sydney. Notre-Dame de la Croix du Sud fut sollicitée par le pape Benoît XVI pour placer les JMJ australiens de 2008 sous sa protection.

Le président de la Conférence épiscopale australienne, l’archevêque de Melbourne Denis Hart, a annoncé que cet ordinariat personnel permettrait aux croyants issus de l’anglicanisme de conserver leur liturgie, et de disposer de leurs propres paroisses, avec à leur tête un évêque nommé par le pape.

Pour l’instant, 500 personnes, soient deux églises à Melbourne, deux à Syndney, une à Brisbane et une à Perth, rejoindraient cette nouvelle structure. Elles sont issues ou bien de l’Eglise anglicane d’Australie, en communion avec l’archevêque de Canterbury, ou bien de la Traditional Anglican Communion (TAC), dissidente de l’anglicanisme officiel.

L’Eglise anglicane d’Australie est la deuxième communauté chrétienne du pays après l’Eglise catholique romaine. Alors que la plus grande île de l’Océanie est touchée par une violente sécularisation (60 % de la population est chrétienne, mais l’Evangile est davantage reçu par les immigrés asiatiques, en particulier chinois, que parmi les Blancs, qui se détournent massivement de la religion), l’Eglise anglicane locale dispose de deux pôles principaux : d’abord, un poumon low-church, évangélique et complètement protestant, fidèle toutefois aux vérités bibliques sur l’homosexualité et l’ordination des femmes. Cette frange se regroupe autour de l’archevêque de Syndney, Peter Jensen, plus à l’aise en chemise cool qu’en soutane et col ecclésiastique. C’est lui, avec ses confrères d’Afrique, qui mène la rebéllion au sein de la Communion anglicane depuis 2008 contre la promotion du militantisme gay et l’ordination de femmes évêques.

D’un autre côté, il y a un pôle très libéral, qui marche main dans la main avec l’Eglise anglicane voisine de Nouvelle-Zélande (laquelle estime, entre autres, que les trois religions monothéïstes se valent, et que Jésus aurait pu être homosexuel [1]), et qui procède à l’ordination de femmes, comme à Perth, où l’élégante Kay Goldsworthy dispose d’une cathédrale... De quoi faire fuir les croyants conséquents ! "Les gens se sentent à l’aise avec des femmes, mais c’est une question de feeling, et non de principes. Or, en tant que chrétiens, nous sommes des êtres attachés à des principes. Et les églises où l’on parle de féminisme et de justice sociale sont vides par rapport à celles qui annoncent Dieu !", commente un pasteur anglican, de tendance évangélique.

Rome n’a pas encore donné de nom pour le prochain évêque de l’Ordinariat Notre-Dame de la Croix du Sud. Un candidat naturel s’imposait pourtant depuis plusieurs années : celui de l’archevêque John Hepworth, primat de la Traditional Anglican Communion et basé à Adelaïde.

Or, Mgr Hepworth vient d’être déposé de son rang par le Collège des évêques de la TAC, qui avaient refusé en mars dernier une intégration dans l’Eglise catholique [2] défendue par leur primat. En outre, ses adversaires affirment qu’il a refusé sa réduction à l’état laïc par Rome, du fait qu’il fut prêtre catholique et qu’il est divorcé.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2020 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0