L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

La détention arbitraire des soixante-sept Français qui se sont rassemblée dans la nuit de dimanche à lundi devant l’Assemblée nationale pour protester contre le projet de loi Taubira a pris fin ce jour. À cette occasion, quatre rédacteurs de votre gazette-en-ligne ont été arrêtés par les gendarmes mobiles, et gardés à vue sur ordre du prince Manuel Gaz : Ambrogio Riva, Gottfried, Bago et votre serviteur sont désormais libres. Le Rouge & le Noir a placé le combat pour la défense du mariage parmi ses priorités, comme je l’avais annoncé il y a plusieurs mois, dans l’article de rentrée de septembre. Je remercie les lecteurs de notre gazette-en-ligne qui nous ont portés dans leurs prières au cours de ces fort désagréables dix-sept heures passées dans les geôles de la république socialiste.

J’aimerais également saluer nos collègues de Nouvel Arbitre et de La Table Ronde qui ont également payé de leurs personnes, puisque deux rédacteurs de chacune de ces gazettes-en-ligne étaient détenus.

Le gouvernement socialiste a tenté un coup de force pour intimider les militants parisiens les plus actifs contre la dénaturation du mariage. Face à cette politique de la peur, nous répondrons chrétiennement, de façon non-violente, mais en sachant désormais que les moyens dont use l’État ne sont pas loyaux, et peut-être plus légitimes.

Dans la prochaine heure, nous vous proposerons un compte-rendu détaillé de la détention vécue par les rédacteurs du Rouge & Noir.

Ce compte-rendu démontrera deux choses. Que l’état des prisons de la république et la lourdeur de la procédure judiciaire [1] – qui rend la protection des droits défaillante – devraient davantage inquiéter Christiane Taubira que son projet de loi qui menace de porter un coup fatal à l’unité de la République. Que l’emploi d’une force totalement disproportionnée et de méthodes brutales pour contrer une manifestation pacifique et démocratique devrait faire songer à Manuel Valls que ses policiers seraient mille fois mieux employés contre les « voyous » que les « honnêtes gens » [2].


[1Les fonctionnaires de police ont été si incapables de la mettre correctement en œuvre que notre mise en garde-à-vue aurait sans doute été jugée nulle et non avenue à cause d’un ou plusieurs vices de procédure. Notamment, l’accès à un avocat n’a pas été assuré dans les délais légaux.

[2Ce sont les mots employés par deux policiers auxquels j’ai eu affaire.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0