L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[EX-LIBRIS] Vatican II. Une histoire à écrire (2/5)

1962 : la première session

Il y a quelques jours, nous avons étudié ensemble – dans les pas du professeur Roberto de Mattei, auteur d’un remarquable ouvrage, Vatican II. Une histoire à écrire [1] – le contexte dans lequel un concile général fut convoqué en plein XXe siècle, plusieurs années après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Très naturellement, nous nous intéresserons aujourd’hui à l’année 1962, celle de l’ouverture de cet événement planétaire et celle de la tenue de sa première session. Dans trois autres articles, nous nous intéresserons respectivement à « 1963 : la deuxième session », « 1964 : la troisième session », puis « La quatrième session (1965) et l’immédiat après-concile ».

L’ouverture du concile et les premiers bouleversements

Le livre de Roberto de Mattei fourmille de détails, de notes et de références. Il offre un compte rendu extrêmement détaillé du déroulement des faits, le fil narratif semblant exhaustif. Il a su compléter à merveille les travaux de Giuseppe Alberigo, publiés à la fin du siècle dernier, mais écrits selon un point de vue très tendancieux, plus proche du témoignage que de la science historique. Nous n’allons pas nous attarder sur cette multitude de données, mais simplement rappeler, dans l’ordre, les plus importantes.

La cérémonie d’ouverture de Vatican II se fit le jeudi 11 octobre 1962, dans toute la splendeur de la pompe romaine. Comme de coutume, le pape, en l’occurrence Jean XXIII, prit la parole et donna une allocution pleine d’optimisme, dénonçant les « prophètes de malheur ». Il n’était pas le seul à beaucoup attendre de la multitude de pères conciliaires ainsi rassemblés. Il présenta la convocation de ce concile comme une inspiration qui lui serait venue « presque d’un seul coup ». Le thème de la nouvelle Pentecôte était à peine sous-jacent, comme de nombreux journalistes le relevèrent à l’époque. Parmi les nouveautés « remarquables » – et remarquées –, la présence d’observateurs de l’Église photienne-cérulairienne (que l’on qualifie à tort d’« orthodoxe ») de Russie.

Si les États généraux de 1789 tournèrent rapidement au hold-up, la légalité conciliaire, en 1962, n’aura été rompue… qu’au bout de deux jours. Dès le 13 octobre, en effet, le cardinal Achille Liénart – l’un des neuf présidents du concile – mit son grain de sel pour entraver les rouages imposés par les traditions conciliaires : il fomenta une opposition contre le vote des membres des dix commissions du concile, dans la mesure où les candidats leur étaient proposés à l’avance (160 noms, pour 16 postes vacants…). Le cardinal Tisserant ne put qu’à peine résister : Liénart lit au micro, d’autorité, un texte préparé d’avance, affirmant que les 160 candidats proposés étaient inconnus de tous (mais pas de Rome, pourtant, apparemment…) et que les pères conciliaires voulaient (il s’autoproclamait donc le porte-parole de tous) choisir eux-mêmes leurs candidats… par conférences nationales. Nous nous croirions revenus au concile de Bâle ! Des applaudissements fusèrent d’un côté, près du cardinal Frings qui surenchérit au nom de Döpfner, König et alii. Cet événement n’avait pas d’importance du côté des candidats qui seraient finalement élus, mais surtout par le choc psychologique qu’il créa, au moins inconsciemment. Deux jours et les commissions romaines avaient déjà perdu le contrôle du cours des événements. Conclusion :

« La première séance du concile Vatican II avait duré moins de 50 minutes. Mgr Luigi Borromeo avait [écrit] dans son Journal : “C’est ainsi que trois mille personnes se sont dérangées sous la pluie, pour aller à Saint-Pierre s’entendre dire que les trois mille évêques ne se connaissent pas entre eux et qu’ils doivent rentrer chez eux pour essayer de se connaître un peu mieux”. “Il est difficile de se rendre compte de la stupeur et du malaise créé[s] par cet épisode”, consigne quant à lui le cardinal Siri. En sortant de l’aula conciliaire, un évêque hollandais s’adressa à un ami prêtre par ces mots : “Notre première victoire !Le [c]oncile s’ouvrit donc par un acte de force. Tous les observateurs de Vatican II ont vu dans cet épisode le “coup de barre” de l’assise conciliaire [c’est nous qui soulignons, et ce dans la totalité des citations] [2]. »

Les conférences épiscopales furent ainsi revêtues, à la suite de ce « Blitzkrieg », d’une importance toute nouvelle et particulière. Les prélats français et allemands, mieux préparés et bien organisés, dominaient les débats. Ils avaient plusieurs temps d’avance, et la presse s’emballait en leur faveur.

Le 20 octobre, lors de la troisième congrégation générale du concile, le « Message au monde » du père Chenu fut voté à main levée. Son contenu était aussi vague que son texte était long. Le cardinal Heenan fit remarquer l’inopportunité d’un tel geste : comment un concile pouvait-il avoir quelque chose à annoncer à l’humanité… alors qu’il n’avait pas vraiment entamé ses travaux ? Là encore, certains participants étaient bien préparés, ce texte n’ayant pas été composé en une seule nuit – malgré les apparences… Différents groupes se formèrent dans la foulée : le parti des théologiens (Rahner, Lubac, Congar, Küng, Ratzinger, etc.) avec un vaste « réseau de relations », le groupe de travail de Bologne (Gauthier, Mgr Himmer, cardinal Gerlier, cardinal Lercaro…), et le « petit comité » des « conservateurs » (Mgr Proença Sigaud, Corrêa de Oliveira, Mgr de Castro Mayer).

La liturgie

Avant l’ouverture du concile, des commissions préparatoires avaient produit des schémas approuvés par le pape et devant être présentés aux pères conciliaires. Ces travaux étaient dans le collimateur des progressistes, cependant partagés entre « jacobins » voulant faire table rase de tous les textes préfabriqués et « girondins » réformistes préférant une politique d’amendements sauvages. Certains schemata étaient cependant très novateurs, comme celui dédié à la liturgie. Comme par hasard, contrairement au programme prévisionnel, ce texte fut étudié par l’assemblée en premier, ce qui continua d’inquiéter le cardinal Ottaviani. Les débats se tinrent du 22 octobre au 7 décembre 1962, et la question du latin fut âprement discutée : les progressistes faisaient de la langue vernaculaire leur cheval de bataille. Le 30 octobre, un incident incroyable se produisit : si de nombreux orateurs étaient intervenus contre les novateurs (par exemple le cardinal américain Mc Intyre), le cardinal Ottaviani se décida à parler de manière autoritaire, afin de défendre la messe de toujours. Au bout de dix minutes, le président de la séance, le cardinal Alfrink, apeuré par l’influence que pouvait avoir le préfet du Saint-Office, fit sonner une cloche pour demander poliment à l’intervenant de s’arrêter, puis lui fit couper le micro de manière inattendue, de façon à le ridiculiser. Bien entendu, quelques dizaines d’assistants eurent la délicatesse… d’applaudir. On voit le niveau.

Ce fut ensuite que l’on parla de la concélébration et de la communion sous les deux espèces, défendues par les progressistes à l’aide de toutes sortes d’arguments fallacieux, comme devait l’être plus tard la communion sur la main – à ce sujet, la lecture du livre La réforme de la liturgie, Perpignan, Artège, 2015, de Mgr Annibale Bugnini, enfin traduit en français après plusieurs décennies de déshérence en Italie, est édifiante : les arguments historiques invoqués pour justifier les pratiques nouvelles ont depuis été balayés par les historiens (profanes !), et ce compte rendu du combat liturgique mené par Bugnini a de quoi vacciner ceux qui auraient encore assez d’illusions pour défendre sa « réforme », les perles ne manquant pas. Mais revenons à nos moutons :

« D’après le cardinal Alfrink, appuyé par le cardinal Bea, la communion sous les deux espèces était une pratique biblique, respectée par l’Église primitive, attendu que le boire et le manger appartiennent à la véritable essence de la Cène. Le cardinal Ruffini fit alors une sévère remontrance, indiquant que si le [c]oncile accédait à la demande de la [c]ommunion sous les deux espèces, il irait à l’encontre des décrets du concile de Constance et du concile de Trente [3]. »

Le vieux Mgr Peruzzo, empreint de sagesse et jouissant d’une longue expérience, sans doute lecteur ou du moins connaisseur de certains avertissements de dom Guéranger, grand restaurateur de la liturgie, se heurta aux prélats progressistes en prononçant des paroles d’une lucidité incomparable, rappelant des faits historiques qui devraient être connus de tous :

« […] Tous ceux qui ont réclamé ne serait-ce qu’une réduction de la place de la langue latine dans la liturgie ont toujours donné la même raison, aujourd’hui comme hier : mieux instruire le peuple et l’exciter à une foi et une charité plus grandes.

Dans la confession d’Augsbourg, on ne demande rien d’autre que du chant populaire en vernaculaire pendant la messe. Mais qu’en advint-il ? La substitution de la langue vulgaire pendant la messe, en général, fut le premier acte de la séparation d’avec notre sainte mère l’Église. Cette grave affirmation n’est pas de moi, mais de Dom Guéranger, qui est le vrai père du renouveau liturgique. Voici ses propres paroles : “Pour une raison inconnue que nous ne parvenons pas à nous expliquer, lorsque l’on s’écarte de la langue liturgique, même avec une dispense du Souverain pontife, on aboutit presque toujours à faire schisme et à rompre complètement avec l’Église catholique [4]. »

On évoqua ensuite la possibilité d’une « messe » œcuménique, avant de s’attaquer – au sens propre du terme – au bréviaire, car « les prêtres d’aujourd’hui ont trop à faire »… Passons… Le schéma fut finalement adopté le 14 novembre 1962, de façon à peu près unanime, et le texte Sacrosanctum Concilium, promulgué l’année suivante, en était le fruit.

Le schéma sur les sources de la Révélation

Ne craignez rien : vous n’avez pas encore tout vu – tout lu, devrions-nous plutôt dire (ou écrire…). Il était prévu qu’une constitution conciliaire abordât le sujet de la Révélation et de ses sources – la Tradition et l’Écriture, naturellement. Là encore, les discussions furent plus qu’agitées, et grevées de procédés peu évangéliques. Le schéma concocté en commission préparatoire ne plut pas aux progressistes, qui conclurent une espèce de serment du Jeu de paume (Liénart, Congar, Bea…) pour que le texte ne pût être approuvé tel quel. Et ce fut là un véritable attentat, incroyable par son ampleur et par sa portée :

« Lorsque, le 20 novembre, on arriva au vote, il se produisit ce que Mgr Borromeo définit comme “le crime”. Le Conseil de présidence décida de soumettre au vote la question suivante : “Faut-il interrompre la discussion du schéma dogmatique De fontibus Revelationis  ?” La confusion provenait de ce que ceux qui étaient favorables au schéma auraient dû voter : non placet, afin de continuer la discussion [puis de voter pour] ; ceux qui y étaient contraires auraient dû voter : placet, pour faire retirer le document et l’archiver [id est l’enterrer]. Nombreux parmi ceux qui étaient favorables au schéma, mais n’ayant pas compris le mécanisme, votèrent : placet, sans se rendre compte que[,] de cette manière, ils s’exprimaient en sens contraire. “ Je pense que celui qui lira ces informations dans quelques années – comme l’écrit Mgr Borromeo dans son Journalaura du mal à croire qu’au cours d’un concile œcuménique on ait employé des moyens si mesquins, ceci de la part d’une faction tenace et décidée à imposer par tous les moyens son point de vue.” Il y avait dans l’assemblée une grande animation. Les cardinaux allaient jusqu’à quitter leur place et on les voyait discuter avec animosité. Malgré la tentative de forcer la situation, le résultat fut que sur un total de 2 209 Pères, 1 368 d’entre eux se prononcèrent pour une suspension, 822 (ou 868) furent contraires, et 19 bulletins étaient nuls. Puisque l’on votait sur le renvoi pour annuler le schéma, il fallait la majorité des deux tiers, et il manquait aux progressistes 105 voix pour y parvenir. Sans cette majorité, d’après le règlement, le schéma devait être considéré comme approuvé. Mais une fois encore, le règlement fut forcé pour garder la route prédéfinie.
Cette fois, l’intervention décisive revint à Jean XXIII. Le 21 novembre Mgr Felici demanda à prendre la parole et annonça aux Pères conciliaires que le [p]ape avait décidé de faire retirer le schéma De Fontibus Revelationis et de le faire remodeler par une commission ad hoc, composée de membres de différentes tendances, avant de reprendre le débat [5]. »

Faire collaborer toutes les tendances, c’était faire une œuvre de synthèse ; cette fameuse synthèse qui suit toute dialectique, hégélienne comme marxiste. Il n’en fallait pas davantage pour que les plus progressistes se sentissent pousser des ailes. L’effet psychologique fut, encore une fois, énorme.

Fin de la première session

Après cet épisode pour le moins tortueux, la constitution sur l’Église fut mise en discussion. Comme toujours, le texte d’origine, préparé en commission, fut critiqué. Les novateurs étaient soutenus par les médias de masse, qui les faisaient passer pour majoritaires et qui en faisaient des héros – aussi bien que des hérauts du « peuple de Dieu », qu’ils dépouillaient pourtant de toutes ses richesses. À la suite d’une allocution papale, on brandit sans arrêt les slogans d’« aggiornamento » et d’« air frais dans l’Église », afin d’influencer l’opinion publique et conciliaire.

Les résultats de cette première session, en 1962, furent très différents de ceux que l’on était en droit d’attendre. Une minorité avait pris la parole et avait dominé les événements. Les observateurs et les chercheurs ont donné différentes explications à ce phénomène. La première peut être d’ordre sociologique :

« D’après Melissa Wilde, le succès des progressistes peut s’expliquer par un simple fait sociologique : “Parce que les progressistes ont construit une organisation beaucoup plus vaste et plus flexible que leurs contreparties conservatrices, ils sont parvenus à développer des positions de compromis que la vaste majorité des évêques pouvait soutenir. La minorité progressiste a certainement prévalu grâce à la force supérieure de sa propre organisation, mais cette force dérivait à son tour d’une plus grande force de ses propres convictions [6]. »

Roberto de Mattei adhère profondément à cette constatation d’une action de véritables rapports de forces, et d’un compromis central qui n’est par définition que très peu catholique et difficilement propice à la formulation d’un dogme, comme s’il était presque impossible d’avoir un concile dogmatique en des jours où les méthodes de subversion sont employées à tout-va, par pur opportunisme ou machiavélisme. À ceux qui l’accuseraient de « conspirationnisme », l’auteur répond volontiers :

« Les minorités, lorsqu’elles s’organisent, le font toujours dans la discrétion, et parfois dans le secret. Il n’est pas impropre de parler, dans ce sens, de conciliabules et de conspirations. Aujourd’hui, pour diminuer une œuvre historique, on l’accuse d’être portée à la “théorie du complot”. Admettre l’existence de conspirations signifie seulement admettre que l’histoire est faite de la liberté des hommes, et qu’elle n’est pas le fruit d’un Esprit, ou d’une Raison qui lui est immanente, et dont les hommes ne sont que les instruments. En réalité, il n’y a pas de grand événement historique, à commencer par les deux grandes révolutions de l’époque moderne, la Révolution française et la Révolution russe, qui n’ait pour origine des “complots”, plus ou moins réussis. James H. Billington, qui a étudié les origines de la “foi” révolutionnaire, a documenté les origines conspiratrices et occultes des principaux mouvements politiques du XIXe et du XXe siècle. Le concile Vatican II n’a pas échappé à cette loi historique, qui reliait de manière souterraine le progressisme des novateurs au modernisme des débuts du siècle [7]. »

Vous ne serez pas le premier à être surpris d’un tel début de concile. Les contemporains avaient été nombreux à avoir été déroutés, et il est normal qu’on puisse toujours l’être aujourd’hui. Attendons maintenant de voir ce que nous réserve la deuxième session de Vatican II.


[1MATTEI (Roberto de), Vatican II. Une histoire à écrire, Paris, Muller Éditions, 2013, 500 p., 25 €.

[2Ibid., p. 123.

[3Ibid., p. 146.

[4Ibid., p. 148.

[5Ibid., p. 157-158.

[6Ibid., p. 170.

[7Ibid., p. 171.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0