L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Eric Zemmour : « Pour sauver le peuple français, il faudra abolir la religion des droits de l’homme »

Recension de l’ouvrage d’Eric Zemmour, Un quinquennat pour rien, publié en septembre 2016 aux éditions Albin Michel. 539 pages.

Le recueil des chroniques d’Eric Zemmour sur RTL (entre janvier 2013 et début juillet 2016) forme l’essentiel de l’ouvrage et est précédé d’un long texte, explosif, de près de 40 pages, qui sera vraisemblablement au cœur des polémiques dans les semaines à venir.

Eric Zemmour a repris les quelque 300 chroniques telles qu’elles furent publiées, la dernière annonçant toujours la probable défaite de l’équipe de France face à l’Allemagne (France finalement vainqueur 2 à 0).

Une erreur d’édition inexpliquée fait cependant que deux chroniques (celle du 17 novembre 2015 où Eric Zemmour déclarait : « La France devrait bombarder Molenbeek » ainsi que celle du 17 mars 2016 sur l’affaire Barbarin) ne sont pas dans l’actuelle impression mais devraient être ajoutées dans les prochains tirages.

Si la lecture de l’ensemble des chroniques permet, à l’aube de la campagne présidentielle, de faire un bilan corrosif de ce que fut ce quinquennat hollandais, elles sont singulièrement mises en perspective par une introduction qui, évitant toute périphrase, va droit au but. L’ennemi ? L’islam.

« Nous devons reforger dans l’adversité un peuple français. Et désigner l’ennemi : l’islam »

La gauche française « s’est entichée du monde arabo-musulman pour ne plus s’en déprendre » [1]. En voulant systématiquement comprendre l’islam à travers le prisme du catholicisme, elle est incapable de saisir que l’islam n’est pas une religion, mais est aussi un système politique, un ensemble de lois et une nation (l’oumma).

L’ennemi est l’islam, car l’islam et l’islamisme sont en réalité exactement identiques. Ceux que nous appelons “bons musulmans” ou “musulmans modérés” sont pour l’islam de mauvais musulmans qui n’appliquent pas intégralement les préceptes religieux. Zemmour rappelle que le courant mutazilite qui, au IXe siècle, voulu interpréter et contextualiser le texte coranique fut condamné et interdit. « On rappela avec force que, contrairement aux Évangiles et à la Torah, le Coran n’est pas l’œuvre des hommes mais de Dieu ; non pas créé par les hommes mais "incréé" par Dieu. Un texte divin parfait qui ne supporte aucune interprétation ni adaptation » [2].

Eric Zemmour évoque une histoire de conflits incessants entre la France et l’islam qui débuta lors des croisades, continua jusqu’à la guerre d’Algérie et reprend de plus belle aujourd’hui. « Cette histoire de l’affrontement millénaire et inexpiable entre la France et l’islam, nous avons voulu l’oublier, l’occulter et la noyer dans les eaux tièdes de l’ignorance et de l’humanité [...] Cette histoire, les patrons du califat islamique, eux, ne l’ont pas oubliée : ils nous la rappellent avec force comme justification et signature de leurs attaques meurtrières à Paris » [3].

L’islam est donc ainsi incompatible avec la France. Et les Français sont devenus étrangers dans leur propre pays : des quartiers entiers vivent désormais à la musulmane, quartiers qu’il nous faudra pourtant un jour désislamiser si l’identité française doit être sauvée.

La conclusion est sans appel : « Nous devons reforger dans l’adversité un peuple français. Et désigner l’ennemi : l’islam. Un ennemi qui nous fait la guerre sans déclaration de guerre. [...] Nous passerons alors pour l’agresseur parce que, comme l’a dit Clausewitz, celui qui se défend apparaît toujours comme l’agresseur ; celui qui attaque paraît pacifique tant que l’agressé ne se défend pas » [4].

Un Front National sans l’identité ?

Visé par le titre de l’ouvrage pour son incapacité grotesque à être le président dont l’Histoire Française aurait besoin, Hollande, « président le plus médiocre de la Ve République », n’est pas l’unique homme politique à faire les frais de la critique d’un Zemmour qui accuse le Front National d’abandonner la défense de l’identité au moment même où celle-ci devient l’élément essentiel de la survie de la France. « Philippot et Mélenchon ont vingt-cinq ans de retard » [5]. La question centrale n’est plus la souveraineté, c’est désormais l’identité qu’il nous faut sauver. « Cette logique identitaire n’est plus celle de Florian Philippot et de son élève docile, Marine Le Pen » déclare-t-il [6].

« La France apaisée », slogan du Front National, fait cruellement penser à la politique d’apaisement de Chamberlain avant la 2nde guerre mondiale. On connaît la suite de l’histoire. Faut-il alors qu’elle se répète ? « Il est vital de répondre à la guerre de civilisations menée sur notre sol par l’islam, mais il n’y a plus personne pour la mener » [7].

Abolir la religion des droits de l’homme, la nécessaire révolution culturelle

Que faudrait-il faire pourtant ? Si Zemmour évoque une nécessaire révolution culturelle, il semble de plus en plus persuadé que la guerre civile se répandra sur notre sol. Qu’elle débute ou qu’elle soit empêchée à temps, Zemmour révèle que « l’état-major de l’armée sait qu’un jour viendra où il devra reconquérir ces terres devenues étrangères sur notre propre sol. Le plan est déjà dans les cartons, il a pour nom Opération Ronces » [8]. Il a depuis affirmé sur RTL détenir cette information de sources très proches de l’état-major Français. La France verra si le prochain président de la république aura le courage et la volonté de déclencher une telle opération, s’il était confirmé qu’elle existe.

Zemmour s’en prend enfin au droit-de-l’hommisme : « Les droits de l’homme sont devenus l’arme atomique de destruction des peuples européens. Pour sauver le peuple français, il faudra abolir la religion des droits de l’homme. C’est une question de vie ou de mort de notre civilisation » [9]. « Le droit doit se soumettre à la sauvegarde de la nation en péril. Ce n’est qu’à ce prix que nous desserrerons l’étreinte de notre triangle islamique invasion, colonisation, conflagration. La gauche n’a pas hésité à établir l’état d’urgence pour lutter contre les djihadistes qui frappaient sur notre sol, au détriment des compétences habituelles du pouvoir judiciaire. Nous devons également décréter l’état d’urgence culturel qui rendrait inopérante toute la jurisprudence érigée au nom des droits de l’homme, pour arrêter, s’il en est encore temps, l’invasion et la colonisation de notre sol » [10].

Que la polémique commence.


[1p.20.

[2p.30.

[3p.23.

[4p.44.

[5p.16.

[6p.15.

[7p.17.

[8p.36.

[9p.41.

[10p.47.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0