L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

« On est des animaux, mais on n’est pas des bêtes… »

16 janvier 2012 Jean Herbottin

Ci-dessus : Kiki

Alors que je m’enfonçais dans les affres de l’inaction, un excellent ami m’a mis sous les yeux une vidéo tutube que je me dois de vous montrer. Allez chercher du pop-corn, c’est un peu long.

Alors là, on franchit un cap décisif. A tous ceux qui croyaient vivre dans le non-sens le plus total, rassurez-vous, on creuse encore ! Après la démocratie, Luc Chatel et TF1, l’humanité a vomi une nouvelle ineptie : les pompes funèbres pour animaux… Loin de moi l’idée de lancer des attaques ad feminem contre cette sympathique dame qui a trouvé un bon filon pour gagner sa vie. Le pire ne vient pas d’elle. Le pire, dis-je, ce sont ces gens qui, certes peinés, mais surtout hystériques, viennent porter leur « ami » au tombeau… On ne l’aura jamais assez dit, un animal est un être humain comme les autres.

Au regard de cette vidéo, j’ai été partagé entre une envie de rire et une profonde consternation. Rire, parce que, quand même, s’entendre dire « il y a même un salon de recueillement pour dire un dernier au-revoir à Kiki », c’est assez croustillant. De même, l’impayable « Quand j’ai dit ça, j’ai passé pour une dingue » au sujet de l’incinération de son chien appelle inévitablement un « tu m’étonnes »... Mais la consternation n’est jamais bien loin, parce qu’entendre « Entre l’animal et l’humain (en matière de rite funéraire), il n’y a plus de frontière », le tout sur la Passion selon saint Jean de Bach, je dois dire que cela me porte un peu moins à la réjouissance.

Et que dire de ces gens, sans doute bien seuls et fragiles, qui peuvent aller mettre jusqu’à 230€ dans un cercueil en chêne capitonné pour ce même Kiki, pendant qu’à leur porte vient de mourir de froid un clochard, qui lui aura le droit à du bois de cagette, et finira dans une tombe anonyme, alors que notre ami à quatre pattes aura une tombe à son nom, avec des fleurs et des visites à la Toussaint ? Tout ceci suinte l’indécence, et me donne le tournis. Quelle valeur a donc la vie humaine ? Notre société n’en accorde visiblement que peu, lorsque l’on pense à ces millions d’enfants tués dans le ventre de leurs mères, à ces sans-abris qui meurent dans nos rues, à ces personnes âgées qui regardent passer le temps dans leurs mouroirs proprets, attendant l’arrivée de leur famille qui, de toute façon, ne viendra pas…

Alors poursuivons, puisqu’à présent, plus rien ne compte ! Puisqu’on les enterre comme des compagnons, marions-nous avec eux ! Vive le mariage zoosexuel ! Qu’il soit homosexuel, et tout sera parfait ! Et à l’église, s’il vous plaît, avec la bénédiction du curé, les grandes orgues, la nuit de no… arrêtons-là. « Kiki, voulez-vous prendre pour époux Micheline, ici présente ? ». Tant qu’à faire, donnons les allocations familiales aux propriétaires d’animaux ! Ah non, aux parents, pardon ! Qu’ils soient comptabilisés dans le quotient familial ! Qu’ils puissent hériter ! Mais continuons ! Donnons-leur le droit de vote ! Instaurons la parité homme/animal, en tentant de n’être pas discriminatoire entre la part de mésanges et de sauterelles dans la fonction publique ! Que les soins vétérinaires soient pris en charge par la sécurité sociale… La liste est longue, complétez-là… Mais à force de lire autant d’âneries à longueur de journées, l’on se rend bien à l’évidence que l’humanisme est mort, et que nous nous dirigeons vers la bestialité !

Et merci Laurence !

16 janvier 2012 Jean Herbottin

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0