L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Nihil novi sub Charlie faut-il croire à la vue de la dernière une de l’hebdomadaire satirique.

Cette une n’a rien d’étonnante, elle est même assez banale sur plusieurs aspects. Charlie hebdo a l’impression de trangresser toujours plus, d’aller toujours plus loin. Oui cette une nous choque mais elle n’est qu’un fac simile de tant d’autres images que nous connaissons depuis longtemps.
Dans les premiers siècles, les chrétiens dérangeaient déjà et on voyait alors ce type d’image, je veux penser au graphito d’Alexamenos, un graphito anti chrétien qui représentait un homme, Alexamenos, priant devant un homme à tête d’âne crucifié. L’inscription disant “Alexamenos adore son Dieu”. Tête d’âne, tête de bite, en 2000 ans cela ne nous fait pas une grande innovation iconographique pour un journal moderne… En fin de compte Charlie Hebdo en ce qu’il représente une farouche opposition au fait religieux est aussi vieux que le christianisme et peut être existait-il même avant, lorsque c’était les juifs, unique peuple monothéiste, qu’il était de bon ton d’attaquer. Aux premiers siècles de cette ère, la virulence des pensées véhiculées par ce genre d’image a conduit à des persécutions d’une rare violence que l’histoire pratiquée aujourd’hui, si elle s’en emparait ne manquerait pas de qualifier de génocide. N’oublions pas notre devoir de mémoire en fait de laïcité…

Rien de nouveau donc mais toujours quelque chose de dangereux, de transmettre des images d’une telle force quand on a un tel lectorat de surcroît.
Rien de nouveau non plus dans les velléités de Charlie qu’illustre ce dessin. Déjà, dans l’évangile de la passion, les soldats et l’un des deux hommes crucifiés avec Jésus Christ disaient : “descend de la croix et sauve nous avec”. N’est-ce pas ce qu’illustre ce dessin ? Non le Christ ne soustrait pas son poignet au clou et encore moins lorsqu’il est crucifié par le péché même de ceux qui sont ses prêtres, par le péché de ceux qu’il a voulu configurer à lui… Voilà ce que croient les catholiques, il fallait que le Christ mourût pour que la vérité du Bien triomphât.
Rien de nouveau que de vouloir décrucifier le Christ, la croix “scandale pour les juifs folie pour les païens” écrit saint Paul…
Rien de nouveau enfin dans le mauvais goût de ce dessin qui va à l’encontre de la beauté du corps que prône l’Église depuis des siècles et qu’elle a réaffirmée par la bouche de Jean Paul II dans ses discours sur la théologie du corps. Rien de nouveau car à regarder les dessins de Charlie Hebdo on aurait parfois envie de se demander qui est vraiment obsédé sexuel… Charlie Hebdo croit sans doute que le sexe est choquant, que cela fera un plus grand buzz, augmenter les tirages, voilà le biai des journalistes. Plus encore dans ce dessin adressé aux catholiques Charlie est sans doute persuadé de choquer de prudes catholiques tenant en horreur les choses du sexe. C’est peut être vrai car il y en a peut être comme il y en a ailleurs. Mais ces gens-là n’ont pas saisi ce que dit l’Église qui les fait catholiques. Car si Charlie Hebdo a peur du sexe, ce n’est pas le cas des catholiques. Ce qui est véritablement choquant dans tous ces dessins ce n’est pas la présence d’un sexe, c’est son instrumentalisation, c’est de rabaisser cet acte sublime qu’aucun poète ne saurait chanter, ce qui est bas c’est d’en faire un acte vulgaire, ce qui est fangeux c’est de mutiler la beauté du corps humain. Rien de nouveau pour ce journal qui semble avoir fait une de ses spécialités et se complaire dans la représentation de la noirceur du monde.

Cependant il faut être sport et en étant honnête on doit reconnaître que ce dessin montre que Charlie a compris une chose importante de la foi catholique. La une nous parle de l’Eglise et représente le Christ. En effet “l’Église, c’est Jésus-Christ répandu et communiqué jusqu’à la consommation des siècles” écrivait le grand Bossuet. C’est pour cela que les catholiques osent dire alors même qu’il y a dans l’Église des prêtres pédophiles, des actes d’une gravité extrême commis, alors même que l’Église se repend de ses actes et demande pardon aux victimes d’avoir pu commettre tant de mal, c’est pour cela que les catholiques osent répéter : “Je crois en la Sainte Église catholique”. Mais Charlie Hebdo n’a pas bien appris sa leçon de catéchisme. Car si l’Église est en effet le “corps mystique de Jésus Christ”, les membres de ce corps sont les hommes comme ils sont, et l’Église a donné de grands Hommes comme il y en a eu d’ailleurs, elle a donné des hommes mauvais comme il y en a eu d’ailleurs, car les catholiques ne sont pas et ne se veulent pas meilleurs que les autres. À ce propos nous demandons donc à tous les médias de ne pas enfermer les cathos dans la case gentils car il en est des moins “gentils” et nous demandons à tous les catholiques de se tenir aux observances de la fois qu’ils professent. Aussi l’Église tire sa sainteté du Christ qui en est la tête mais elle ne trouvera son plein achèvement que si les chrétiens reviennent à Dieu.
Ce dessin est donc intéressant car il offre une réflexion théologique quoiqu’inachevée...

Pour ce qui est des deux phylactères de part et d’autre de la Croix, nous ne les commentons qu’en dernier car il apparaît assez malhonnête de dire que l’Église ouvre enfin les yeux quand on voit le travail entamé depuis des années - et qu’elle accomplit dans le silence et loin des médias car rien ne sert de remuer le couteau de ces plaies béantes que l’Église aimerait tant soigner - dans la formation de ceux qui deviendront prêtre par exemple, dans la plus grande attention portée au profil de ces derniers mais aussi dans la dénonciation de ces actes atroces qu’il soit ou non commis par ses membres. Une institution mondiale qui fait le ménage d’elle même en son sein n’est pas chose courante et fait montre d’une certaine humilité, il ne s’agit pas de féliciter l’Église car les faits sont là et ils sont graves mais il s’agit aussi de voir la poutre qui est dans son oeil plutôt que la paille dans l’oeil du voisin et que tous travaillent ensemble contre la pédophilie puisque tous la dénoncent...

Maxime d’Hardemare

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0