L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[ENTRETIEN] Présent interroge le R&N sur la remigration

Le 23 septembre dernier, Présent interrogeait la rédaction du R&N à propos du concept de "remigration", qui fut débattu au sein de notre gazette cet été. Cette entrevue a été relayée dans les colonnes de Novopress.

La remigration ? On en parle de plus en plus. Après un entretien avec Nicolas Bay (Présent du 21 octobre), c’est au tour de l’équipe du blog Le Rouge et le Noir de répondre. Suivront Guillaume Faye, Philippe Vardon, Jared Taylor…

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant

P. Saint-Servant : Vous avez lancé durant l’été une grande controverse sur le thème de l’immigration et de l’invasion des flux migratoires. Vous revenez particulièrement sur le nouveau concept de remigration. En quoi cette question vous semble-t-elle incontournable ?

R&N : Il suffit d’ouvrir les yeux et de mettre un pied dans la rue pour se rendre compte de la réalité du « fait migratoire ». En tant que phénomène de masse, l’immigration extra-européenne et islamique modifie durablement le visage de la France. Nos adversaires progressistes tiennent un double discours. D’un côté, ils qualifient de « fantasmée » toute analyse critique de l’immigration. De l’autre, ils montrent, à travers leurs discours, que leur démarche est idéologique. A titre d’exemple, Laurent Fabius déclarait en 2003 : « Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République. » Réalistes, nous abordons la question essentielle de l’identité. C’est dans ce cadre que la remigration doit être abordée.

P. S-S : Par un travail poussé de réflexion doctrinale, vous souhaitez montrer que la remigration ne relève pas d’une vision fantasmée ou caricaturale de la politique. Vous la présentez comme une démarche concertée, pacifique autant que possible et ne négligeant aucun des ressorts des flux migratoires. Une manière de sortir de l’ornière où étaient bloqués ces sujets ?

R&N : L’immigration est un phénomène complexe ; la remigration n’est pas l’unique solution. Cependant, la politique étant, selon Richelieu, « l’art de rendre possible ce qui est nécessaire », il est absurde de ne pas poser la question de la remigration. De deux choses l’une : soit l’on considère que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, il est alors vain d’envisager la remigration. Mais si l’on est réaliste, les tabous sur l’immigration doivent être brisés. Il est nécessaire d’étudier la conformité de la remigration – concept récent – à l’Evangile. D’ailleurs, tous nos auteurs n’ont pas donné leur aval à ce nouveau concept : certains préféreraient redéfinir la citoyenneté ; d’autres, encourager uniquement une politique familiale. Le débat reste ouvert, et notre réflexion doctrinale doit être approfondie.

P. S-S : Votre blog assume un positionnement catholique très clair. Vous êtes probablement les premiers – en dehors des positions épiscopales ou pontificales – à confronter la morale catholique à ces sujets. Comment expliquer un tel silence des catholiques ?

R&N : Les catholiques français sont tout autant prisonniers du politiquement correct que les autres contemporains. Ce n’est pas tant le monde catholique qui a brillé par son silence, mais la société dans son ensemble. Le réveil du pays réel vient, mais il est extrêmement tardif ! La passivité des catholiques fut longtemps nourrie par la mauvaise compréhension d’une charité biaisée et par un conformisme bourgeois. La nouvelle génération de catholiques français doit réhabiliter la charité authentique ; la première des charités résidant dans l’engagement politique.

P. S-S : Depuis plusieurs décennies, la voix officielle de l’Eglise a souvent flirté avec un certain ethno-masochisme. Certains princes de l’Eglise se sont même vautrés dedans. N’est-ce pas spirituellement (charité mal comprise) et temporellement (désarmement moral des peuples européens) suicidaire ?

R&N : L’Eglise enseigne la charité et l’accueil des miséreux, fussent-ils étrangers. Elle pose des conditions, et n’appelle pas à ouvrir les vannes sans discernement. Les papes rappellent d’ailleurs l’importance de l’identité et de la souveraineté des nations, qu’il nous faut protéger « comme la prunelle de nos yeux  » (saint Jean-Paul II). Vous parlez à juste titre de « charité mal comprise » : ce grave malentendu est le fait de divers acteurs – clercs ou laïcs – prisonniers du droit-de-l’hommisme, doctrine fort peu catholique. La gauche la plus anticléricale n’a elle-même pas hésité à utiliser cette idée fausse selon laquelle l’Eglise serait pour l’immigration à tout crin. C’est faux. Saint Jean-Paul II rappelait que l’émigration est d’abord « une perte pour le pays d’où on émigre », et Benoît XVI insistait sur le droit à ne pas émigrer.

P. S-S : Certaines voix dissidentes se font pourtant courageusement entendre – très récemment, l’abbé Iborra évoquait lors de votre messe de rentrée « la survie même du socle ethnique de nos peuples européens et de la communauté culturelle qu’ils forment ». Ne faut-il pas interpeller les prêtres et les évêques sur ces sujets graves pour qu’ils prennent conscience de la détresse du peuple (catholique ou non) ? Dans le cas contraire, la même fracture « pays réel/ pays légal » risque de s’aggraver…

R&N : Le pasteur doit se tenir auprès de son troupeau, même si ce troupeau se fourvoie, pour lui faire retrouver le droit chemin. Peut-être le R&N se trompe-t-il ? Tant que nos curés ne nous parleront pas clairement d’immigration, nous ne pourrons le savoir. Mais nous continuerons : la souffrance qu’expriment les Français, nous ne pouvons, comme chrétiens, la museler sous prétexte qu’elle est politiquement incorrecte. La compassion et l’autorité des évêques, nous la réclamons ; s’ils ne tiennent pas leur place, les Français apeurés risquent d’être tenté par des pensées et des actes contraires à l’amour que nous enseigne l’Eglise.

P. S-S : A l’issue de vos travaux, avez-vous pu parvenir à rassembler une doctrine cohérente qui puisse concilier la foi catholique et la légitime défense de notre identité dans toutes ses dimensions (ethnique, culturelle, civilisationnelle) ? Où vos travaux sont-ils accessibles ? Envisagez-vous de les publier ?

R&N : Nos travaux sont accessibles sur notre site Internet. Ils appartiennent à une controverse intitulée « Vers une doctrine sur l’immigration », et sont regroupés grâce au mot-clef éponyme. L’édition de nos travaux sur format papier n’est pas encore à l’ordre du jour. Nous n’avons pas encore la logistique et les moyens pour les publier, malgré nos désirs. Peut-être sera-ce le cas à l’avenir.


Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0