L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[ÉDITORIAL] Contre le rictus hypocrite de la mort

Au mois de janvier, la ferveur de la fête de Noël n’a jamais tout à fait disparu. Les chrétiens portent encore dans leur cœur et leur mémoire les réjouissances familiales et les célébrations liturgiques qui ont marqué la fête la plus importante du calendrier après Pâques, celle de la Nativité de Notre Seigneur Jésus Christ, le Verbe coéternel qui daigne S’incarner et Se faire petit être fragile. Cette joie profonde demeure en nous pour un certain temps, cependant que l’innocence que nous pouvons aussi faire nôtre à cette occasion, elle, disparait, rappelée par la réalité de notre monde, ce monde qui s’évertue à désobéir à la volonté de son Créateur.

C’est donc peut-être avec tristesse que nous en revenons à des préoccupations moins contemplatives, et plus politiques. Aujourd’hui, le Christ ne serait pas le bienvenu. On notera qu’Il ne le fut guère non plus alors qu’un roi vieillissant s’accrochait au peu de pouvoir que l’occupant romain de la Judée lui laissait, et cherchait à faire disparaitre ceux qui pouvaient le renverser. Et c’est, tout compte fait, la même frénésie qui nous permet d’affirmer que le Christ ne serait pas le bienvenu aujourd’hui parmi nous : celle d’une société qui a fait de l’homme un Dieu, toujours moins capable de justifier ses choix déplorables, et qui s’acharne à faire voir l’enfant à naître comme un fardeau et un obstacle à l’égalité. Et il faudrait aujourd’hui toute la sainteté de la Vierge pour résister aux injonctions des officines du planning familial, qui croirait aimer cette jeune fille enceinte en l’envoyant directement à l’hôpital.

Le mois de janvier est donc aussi celui qui, depuis dix ans désormais, voit s’étirer dans les rues de la capitale une foule chaque fois plus nombreuse, réunie par une même volonté : contester les présupposés mêmes de ce qui est devenu l’objet d’un « consensus républicain », renommé de temps à autres « formidable acquis pour la liberté des femmes », et promouvoir le respect de la vie humaine comme un absolu, incomparable aux prétendus besoins des individus et de la société moderne. Hélas, comme si un tel combat, qui coûte à la conscience chrétienne tant il nous demande de remettre en question les fondements mêmes de notre foi face à une foule incrédule, ne suffisait pas déjà, à lui s’ajoute cette année celui qui lui répond comme dans un miroir. A la Marche pour la Vie de janvier 2015, en plus de défendre les enfants à naître, les Français descendront dans la rue pour protéger leurs grands-parents et leurs proches malades de la dernière idée en vogue dans les cercles de l’humanisme grinçant : l’euthanasie.

Soudainement illuminés par leur brûlant souci de l’autre, les tenants de l’individualisme ont décidé que l’humanité s’est lourdement fourvoyée pendant des siècles en laissant mourir en paix ses malades, entourés d’affection et de pleurs sincères. Désormais, qu’on le sache, qu’on le tonne, il ne saurait y avoir de mort digne que voulue, planifiée, arrêtée, et patiemment organisée avec l’aide d’un médecin. Voilà la nouvelle aberration à laquelle nous devons, nous, chrétiens, désormais répondre. Aussi, à l’approche du prochain défilé, Le Rouge et le Noir ne peut que se joindre au combat en faisant ce qu’il sait encore faire de mieux : écrire, et énoncer les raisons pour lesquelles nous ne pouvons accepter ce que nous savons n’être qu’une supercherie malfaisante. Avant la Marche, pour convaincre les indécis de venir battre le pavé, après la Marche pour prolonger le débat autant que faire se peut et empêcher la sphère médiatique de noyer cette mobilisation et les questions qu’elle soulève dans son habituel torrent de futilités poudrées, votre gazette s’attachera, tant par des entretiens avec des figures de notre combat que par ses controverses dont elle a le secret, à démonter point par point les faussetés mises en avant par les avocats de l’euthanasie, cette mort « douce » qui n’est douce qu’aux yeux de Satan.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0