L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[CAUSERIES JAPONAISES] Et si l’on colmatait le trou ?

Causeries Japonaises

V - Et si l’on colmatait le trou ?

Automne MMXIII, à Hiyoshi

Le spectacle affligeant des décideurs contemporains, tant politiques qu’économiques, qui serait risible d’idiotie s’il ne compromettait l’avenir de notre pays, incarne bien le bateau à la dérive coulant progressivement à cause de fuites innombrables dans sa coque... Le bateau a beau être imposant par sa taille, il ne reflète que des feux anciens déjà fanés. Il est à ce point rouillé et croulant que l’on se demande bien comment il peut encore avancer... Il serait d’ailleurs peut-être mieux qu’il tombe vraiment en panne : cela rendrait ainsi impuissant le capitaine et son équipe qui s’acharnent à garder le cap vers les récifs de la folie. Il se peut que le bateau coule avant, devant l’aggravation des fuites qui inondent inexorablement cette épave flottante. Destruction violente par écrabouillement sur des récifs, ou noyade par immersion progressive ? N’y a-t-il donc que ce terrible choix ?

Et pourtant, il suffirait de jeter le chef d’équipage par-dessus bord, d’arrêter le moteur, et de se mettre à colmater les trous, tout en remettant le bateau en état, et en faisant cap vers des eaux sûres.

Mais non, le chef d’équipage – de coulage – s’accroche à la plate-forme, bien au-dessus des passagers dans cette république du tout-à-l’égout. Les fuites sont tellement graves qu’ils – les gens de la plate-forme – ne peuvent plus ignorer que le bateau est en train de couler : ils ont déjà les pieds dans l’eau ! Les passagers sont transis et trempés depuis un moment, et tirent la sonnette d’alarme, mais cela ne compte pas. Les gens de la plate-forme veulent couler le bateau, mais il veulent aussi rester sur la plate-forme, donc ils écopent – ou plutôt font écoper – afin de maintenir le bateau à flot le temps qu’ils vivent : les suivants verront bien et, de toute façon, ils s’en fichent puisqu’ils ne seront plus là. Au pire, ils pensent toujours pouvoir s’échapper...

Et personne ne pense à colmater les trous. Pire que le tonneau des Danaïdes, sans qu’il n’y ait personne pour nous maudire, à part nous-mêmes. Alors que le bon sens exige de trouver les trous afin de les colmater...
Mais d’où viennent les trous ? De là vient le problème. Ils viennent des gens de la plate-forme. À une certaine époque, ils ont percé ces trous en attaquant les principes de la société, et ils ont profité de l’inondation qui a suivi pour passer pour des héros et sauveurs, alors même que, plus on les laissait faire, plus les fuites s’aggravaient. Heureusement, les passagers – pas fous – colmataient les trous envers et contre tout, voire parvenaient parfois à redresser momentanément le cap. Mais tout cela était peine perdue. Et à force d’acharnement malsain, ils ont aussi réussi à convaincre les passagers de se laisser couler.

Et oui, le début de la restauration de la société commence par le colmatage des trous faits à nos principes et à notre esprit. La restauration ne peut être que spirituelle et morale. Restauration dont l’incarnation pourra peut-être sauver ce pauvre bateau... Mais tout peut aller si vite : il n’est pas long de rapiécer et de colmater une fois que l’on s’y met ! Mais, pour cela, il faut se réveiller et se rendre compte. Puis il faut refuser les faux principes des gens de la plate-forme afin de revenir au bon sens ancestral. Mais pour cela il faut abattre cette république délétère et rappeler le roi restaurateur.

Réveillez-vous ! Restaurez ! Réveillez-vous ! Restaurez !

Paul-Raymond
Pour Dieu, Pour le Roi, Pour la France

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2018 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0