L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[CAUSERIES JAPONAISES] Émerveillement

Causeries Japonaises

XIII - Émerveillement

Automne MMXIII, à Hiyoshi

L’émerveillement n’est-il pas le propre de l’homme ? Ou, pour être plus exact, l’émerveillement n’est-il pas un signe de sainteté ?
L’Europe ne sait plus s’émerveiller devant les beautés de la nature et les étrangetés du monde et des événements, comme si la désincarnation de notre société désintégrée trouvait une traduction dans l’assèchement des âmes qui ne peuvent plus s’émerveiller. Le Japon, au contraire, nous ravit par les rafraîchissants tableaux offerts par des personnes qui s’émerveillent dans des situations inattendues.
Un soir, à la nuit tombé, après une journée de travail, sortie habituelle d’un bâtiment pour aller dîner, au milieu des Japonais pressés et en costume cravaté qui rentrent du travail. Le néophyte, à cette vue, croirait que le Japon est une société d’aliénés qui ne savent pas prendre leur temps et qui, finalement, ne sont pas vraiment en meilleur santé que nous. Et, pourtant, lorsque l’on débouche sur la petite place, on remarque que la plupart de ces Japonais suspendent leur marche, s’immobilisent et lèvent leurs yeux vers le ciel. Intrigué, on suit le mouvement : une magnifique pleine lune d’argent se découpe distinctement dans un ciel d’une obscurité profonde. La lune irradie littéralement, et le petit lapin de sa face se devine sans presqu’aucun effort. Il a fallu venir au Japon pour qu’il me soit donné la chance de vivre la lune pour la première fois. Les Japonais prennent une photographie pour partager ce court émerveillement avec leurs proches. Et on repart. Rien ne paraît avoir changé, pourtant tout est embelli. On sait dorénavant que le doux astre reste là-haut et ne bougera pas ; la fixité imposante et royale est rassurante.
Matinée automnale de grands vents. Promenade dans l’université. Devant nous, un groupe de femmes entre deux âges – au Japon, il est habituel de croiser dans les universités aussi bien des vieux que des poupons : allez savoir pourquoi, dans nos écoles, des gens similaires, du même âge et du même monde, coupés de l’extérieur, s’épanouissent tels des fromages coulants devenant nauséabonds... Le vent soufflant provoque une pluie de feuilles mortes se détachant des imposants arbres bordant l’allée de la promenade des étudiants. Outre les exclamations ravies de ces femmes assez âgées pour être ma grand-mère, que ne voit-on pas l’une d’elles commencer à sautiller dans tous les sens afin de saisir au vol une feuille morte qui possède tout d’un coup la valeur inestimable de conserver le souvenir unique et fugace d’une pluie tout automnale. Nouvel émerveillement de la fugacité. Quel beau pays où cela est possible. Imagine-t-on chez nous ce genre de choses ? Une femme relativement âgée chassant la feuille morte virevoltant dans l’air serait plutôt l’objet de quolibets...

L’émerveillement devant la nature est un signe d’humanité. Celui qui sait s’émerveiller est humain. Et la société dans laquelle l’on peut s’émerveiller sans pressions sociales d’aucune sorte a un fondement sain. Après tout, l’émerveillement est le premier sentiment de la majesté de la nature, de la fugacité de la vie et des mystères du monde. L’homme ne peut-il pas seul s’émerveiller ? L’animal n’a pas conscience de sa mort et de sa finitude, il ne peut donc pas apprécier la beauté et les mystères offerts par notre condition humaine. Et les anges immortels peuvent-ils vraiment s’émerveiller ? Il semble plutôt que seul l’homme mortel et fini peut s’émerveiller devant l’infini, le parfait et le mystérieux, ou face au fugace, à l’éphémère, à la fragilité, car l’homme sait sa finitude. Ces individus qui se prennent pour des dieux et n’acceptent ni leur finitude, ni les mystères du monde, nient leur humanité et ne sont que des monstres froids.

Émerveillez-vous ! Émerveillez-vous !

Paul-Raymond du Lac
Pour Dieu, Pour la France, Pour le Roi

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0