L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[CAUSERIES JAPONAISES] - Avoir un an à la naissance

Causeries Japonaises

XXIV - Avoir un an à la naissance

Décembre MMXIII, à Hiyoshi

Un Japonais m’a récemment appris un fait extraordinaire qui ravira tous les défenseurs de la vie. Alors que nous parlions de notre âge, j’ai eu le bonheur de me tromper et d’annoncer un chiffre surestimé d’un an : je me reprends immédiatement et annonce l’âge officiel qui a cours en France. Mon interlocuteur me demande alors si en France on compte l’âge à partir de un et non de zéro. Tout étonné j’énonce que non, comme au Japon, la naissance correspond à « zéro ». Et je lui demande s’il y a des pays qui comptent « un » à partir de la naissance. Il y en a, dont la Corée.
Ne trouvez-vous ce petit détail extraordinaire et particulièrement sain ? Après coup, il est en fait évident que la naissance ne marque en aucun cas un point zéro, puisque l’existence commence à la conception, n’en déplaise aux illuminés. Il est fort probable que dans le passé, comme ce genre de questions était évident, il était tout de même beaucoup plus simple de comptabiliser l’âge à partir de la naissance qui se fait à un jour et à un moment précis. C’est une convention. Cela explique aussi pourquoi la Corée compte « un » à partir de la naissance, même si en réalité la fécondation ne se passe pas tout à fait un an avant la naissance...
Quel signe fort et important affirmant avec éclat que la vie commence à la conception et à nul autre instant ! Toutes nos sociétés en état de pourrissement avancé devraient adopter cette nouvelle comptabilisation afin de protéger nos enfants. En attendant, pourquoi ne pas déjà majorer notre propre âge d’un an, de façon personnelle, afin d’affirmer que la vie commence dès la conception ?

La négation de ce fait élémentaire – évident à tous nos ancêtres et encore, heureusement, à de nombreuses sociétés – est sidérant. Il suffit pourtant de se demander trente secondes ce qu’est la vie pour réaliser que la naissance n’en est certainement pas le début et qu’aucun stade entre la fécondation et la naissance n’est décisif. Le seul moment réellement décisif pour la vie est la conception. Avant elle : rien ; après elle : une vie, une âme, une existence. Le mystère de la vie ne prend chair qu’avec la conception. Imaginez un instant, sérieusement, ce fabuleux mystère : une nouvelle existence apparaît dans le monde par l’union de deux êtres. Une vie existe, alors qu’il n’y avait rien auparavant. N’est-ce pas extraordinaire ? Le phénomène n’est pas seulement biologique ; toute personne de bon sens se doit d’admettre qu’il y a autre chose et que le mystère est là, présent.

Et que l’on n’aille point me dire des idioties spécieuses du genre que « l’embryon n’est qu’un amas de cellules » ! Je suis moi-même, à ce moment-là, un gros amas de cellules... Soyons sérieux, reconnaître l’assassinat pré-natal, c’est admettre de supprimer toute vie dépendante ; un bébé qui ne peut survivre seul ne vit donc pas, d’après les illuminés ; un vieux dépendant non plus, et un malade mental, ou un handicapé non plus, si l’on suit la même logique... Comme quoi, il faut se méfier des gens qui traitent tout le monde, sauf eux-mêmes, de « nazis ». Ce qui compte avant tout n’est pas le début de la vie, mot qui peut trop facilement être sujet à la déformation et à des jugements de valeur, ni peut-être le début de l’existence, qui possède les mêmes défauts, mais le souverain mystère qui s’impose à nous comme un fait naturel et surnaturel qu’il n’est pas possible de nier. Ce mystère ne commence qu’à la conception.

Nous avons donc tous un – peu moins d’un – an de plus que l’âge inscrit sur les registres !

Paul-Raymond du Lac
Pour Dieu, Pour la France, Pour le Roi

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0