L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Aux grotesques pourfendeurs de Dominique Venner

La bataille de la toile fait rage au moment où votre serviteur, bouillonnant lui aussi, se met à écrire ces mots. Voilà deux jours que Dominique Venner s’est donné la mort devant le maître autel de la cathédrale de Notre-Dame. Un homme, comme cela a été maintes fois souligné sur votre gazette-en-ligne, d’une culture, d’une pondération, et d’une mesure rare à notre époque. Des écrits historiques pénétrants, un combat idéologique clair et qui occupait tout son temps, un passé militant laissé depuis longtemps derrière lui : voilà des vérités qu’on souhaiterait ne pas voir oublier. Malheureusement, face à tout ce que l’on peut trouver à lui reprocher aujourd’hui, certains acteurs de la toile ne font pas l’effort de rappeler à ce qui est objectivement à mettre à son crédit. Je demeure pourtant d’accord que cet homme, aux idées ouvertement hostiles aux doctrines chrétiennes, ne saurait être loué. Pas plus, en aucun cas, que l’on ne saurait trouver une excuse, une justification à l’acte répugnant d’égotisme qu’il a commis, en venant faire spectacle de ce qu’il conçoit comme un geste honorable dans la maison du Dieu qui enseigne encore à des millions de français que seul Lui peut prendre une vie.

Non, le suicide n’est pas chrétien, et Notre-Dame n’était certainement pas le lieu pour se tirer une balle, par respect minimal pour les convictions de ceux qui y prient.
Mais alors ? Contre ceux qui forniquent à tout va et n’insultent pas moins la Foi ou le Pape dans leurs déclarations libertaires sur nos écrans, entend-on un tel chahut ? Lorsque Olivier Ferrand, l’homme qui conseilla à François Hollande de viser « les non-catholiques » pour réussir sa campagne, est mort, a-t-on entendu tant de gens refuser de rendre hommage à un tel adversaire du christianisme ? Il ne me semble guère. Mais rien, chez Venner, ne trouve grâce à leurs yeux ; sa Nouvelle Revue d’Histoire devient une propagande pour « fanatiques », ses inquiétudes quant aux problèmes liés à l’immigration deviennent de l’islamophobie, ses multiples essais brillants, un tas de réflexions nauséabondes que l’on peut rejeter de côté d’un revers de main, ses interventions pour Radio Courtoisie, la marque de ses liens avec les intégristes...

Là est bien le problème : l’homme était, comme l’ont immédiatement qualifié nos passionnants médias, un « idéologue d’extrême-droite ». On aurait pensé qu’il reviendrait à la gauche et à ses pions de taper subséquemment des deux pieds dans la dépouille pour maintenir encore un bout de temps son emprise idéologique : on s’aperçoit que celle-ci se contente, minable comme à son habitude, d’une ou deux blagues à sa hauteur ; ce sont les chrétiens du centre que votre serviteur a le plus vu s’acharner jusqu’ici. Ces gens, le blogueur Koz en particulier, qui n’ont jamais rien lu de Venner, et dont on se demande bien ce qu’ils ont pu lire de toute leur vie, se précipitent depuis 48 heures sur le moindre bout de phrase issu de son œuvre pour taper à bon compte sur l’homme. Personne n’est dupe : ils en sont à chercher un prétexte pour se livrer en bonne conscience à l’une des activités favorites de ceux qui, devant la contestation qui se lève sur tant de sujets, se définissent comme « modérés » : taper avec frénésie sur les « extrêmes » pour bien faire valoir la pureté de la cause. Et de rappeler à tous qu’il est criminel de ne pas tout vomir dans l’instant sur le défunt.

Voilà un procédé dont l’efficacité a été éprouvée. Et pourtant, depuis deux jours, au mépris de la Charité qu’on nous fait valoir lorsque nous nous avisons de pointer du doigt des erreurs, la horde des bourgeois défile comme un seul homme pour venir donner le coup de pied qui les confortera dans leur manichéisme. Jésus l’avait bien dit : si la femme adultère a des idées susceptibles de vous discréditer, jetez donc la première pierre. Et la deuxième, tant qu’on y est.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2021 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0