L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

À combien d’années-lumière vivez-vous de nous ?

15 décembre 2013 Contributeurs extérieurs

L’élection de la personnalité de l’année 2013 par Europe1 est un sujet que j’aurais a priori jugé peu digne d’intérêt. Mais alerté par des pépiements plus sonores que je supposais que ne dut en mériter un tel non-événement, j’ai gratté un peu le détail.

Europe 1 annonce que la pondération du vote des internautes est de 50 % et celle de sa rédaction de 50 %. Une fois mis sur un tableur, (1) les suffrages de chaque personnalité au classement global, et (2) ces même suffrages pour les seuls internautes avant clôture du vote, conservés par un ami pépieur que je remercie, il est simple d’obtenir le pourcentage de suffrages conférés par la rédaction et de reconstituer le rang qui est attribué à chaque candidat.

Alors une petite revue de détail de la tête du classement :
• le pape François, 1° du classement général avec 33 %, dont 38 % pour les internautes, mais 2° pour la rédaction qui ne lui attribue que 28 % ;
• Christiane Taubira, miraculée : elle était 4° pour les internautes avec 7 %, elle est l’élue de la rédaction avec 33 % et termine donc avec un inespéré 20 % pondéré (nous attendons bien sûr le résultat du contrôle anti-dopage) ;
• Nelson Mandela, paix à son âme, réalise lui aussi un très beau finish en passant de la 7° place avec 4 % pour les internautes à la troisième place du podium avec un très honorable 7 % pondéré. J’espère qu’il saura remercier la rédaction qui l’a placé en 3° avec 10 % des suffrages ;
• En 4° place ex-aequo nous avons Marine Le Pen et Frigide Barjot, à 6 %. Elles se battaient toutes deux chez les internautes dans un sprint final haletant avec respectivement 11 et 10 %, mais ont été doublées par les remontées de Nelson Mandela et de Christiane Taubira : la rédaction d’Europe 1 ne les a placées qu’en 22° et 14° place, respectivement, avec des scores de 1 % et 2 % ;
• Notons tout de même l’insignifiance du score du Moi-Président (17 ° avec 1%).

Petites réflexions qui n’engagent que moi - après tout, dans une opinante, j’opine, du bonnet ou non, et ce quel que soit sa couleur :

Je ne suis pas complotiste et je ne pense pas que la rédaction d’Europe 1 se soit livrée à un trucage des chiffres. Peut-être suis-je naïf, mais je suis aussi un fervent supporter du rasoir de Hanlon :
Never attribute to malice that which is adequately explained by stupidity. ( "n’attribuer jamais à la malveillance ce qui peut aussi bien l’être à l stupidité" ).
Je n’aime pas les listes hétérogènes : j’aime le pape François et les nageurs français, j’ai du respect pour Frigide Barjot ou Angela Merkel, mais il me semble incongru de les trouver dans une liste où figurent aussi Leonarda Dibrani et Nabilla Benattia.
Qu’on le veuille ou non, Frigide Barjot a « incarné » jusqu’à assez tard dans l’année la Manif pour Tous. Parmi les têtes d’affiches, mes préférences vont à d’autres (Tugdual Derville, Ludovine de la Rochère) mais l’icône jusqu’à son départ, c’était Frigide Barjot et personne d’autre. Alors, que cette icône, qui représentait ce mouvement nouveau et « consistant » qui a fait sortir dehors des millions de français ne soit gratifiée que de 2 % par la rédaction et loin derrière tant de moins signifiantes personnes me semble être le symptôme d’une cécité persistante et, qui sait, volontaire des médias, certes partagée par le pouvoir.
Le gommage de Marine Le Pen par la rédaction relève à mon sens de la même cécité, récurrente pour ce qui concerne le FN et la famille Le Pen.
Ai-je raté une étape, ou Mandela n’a fait "que" mourir cette année ? Et c’est assez pour monter sur le podium ? Allons, cette médaille de bronze doit être pour l’ensemble de son œuvre.
Je vais peut-être en choquer plus d’un ici, mais je ne suis pas entièrement en désaccord avec la remontée spectaculaire opérée par Christiane Taubira. Je ne suis sans doute pas le seul à penser qu’elle incarne si bien au sein du pouvoir l’injustice qui sévit dans notre société, entre un parquet servile et des juges corporatistes que rien, même pas la décence, n’arrêtent. De même elle illustre aussi à merveille le sectarisme de cette caste qui ignore si ostensiblement tous ceux qui osent réfléchir en dehors des clous de la bien-pensance homologuée par l’Etat. Alors oui, 7 %, c’était peu, elle a été un personnage marquant de cette année. Mais de là à multiplier par presque 3 son poids dans la note finale, il y a seulement un problème de curseur !
Avant de clôturer, j’ai envie de poser une question : une pondération de 50 % à la rédaction, vous ne trouvez pas que ça fait beaucoup ? Surtout quand on constate de telles distorsions ...
Enfin j’ai encore le sentiment au vu de cet exemple que les médias (comme les politiques) ne vivent pas dans le même monde que nous autres, et que les représentations qu’ils se font du monde sont tellement éloignées de la réalité que la confiance ne pourra pas être restaurée. Les perfusions financières et les dépendances dues aux attributions de fréquences oblitèrent-elles tout jugement chez les journalistes et les médias ? Alors profitez bien de vos prébendes tant qu’elles survivent, viendra un jour où ceux du vrai monde qui vivent dans la vraie vie vous crieront " Vae victis ".

@remseeks

15 décembre 2013 Contributeurs extérieurs

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0