L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Une zone d’ombre dogmatique quant à la définition de la mort ?

1er février 2014 Vivier du Lac

Le Rouge & le Noir, sur la toile, s’illustre par son désir de retourner aux sources de la disputatio médiévale, en toute courtoisie et en bonne intelligence... La théologie contemporaine s’éloigne parfois de cet esprit inquisitorial de recherche de la vérité ; mais pas toute, loin s’en faut. Ces rencontres entre thèses et antithèses permettent d’entrevoir rationnellement ce que le cardinal Newman appelait « développement de la Foi ». La théologie se doit explorer toutes les zones que le Magistère infaillible de l’Église catholique n’a pas encore explorées.

Arnaud Dumouch. P. Aleck Omalès – Les âmes errantes et le Shéol, séjour des morts

Le théologien Arnaud Dumouch s’était déjà fait connaître en publiant L’heure de la mort. Pour cela, il s’était fait incendier par l’abbé Guy Pagès, sur une vidéo publique.

Pourtant, le sieur Dumouch, afin de soutenir sa thèse iconoclaste (puisque s’opposant à certaines phrases de saint Thomas d’Aquin) ne fait que partir de la seule définition dogmatique de la mort donnée par le Magistère éternel et infaillible de l’Église catholique, à travers une constitution de Benoît XII, au XIVe siècle : « En outre nous définissons que, selon la disposition générale de Dieu, les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent aussitôt après leur mort en enfer, où elles sont tourmentées de peines éternelles, et que néanmoins au jour du jugement tous les hommes comparaîtront avec leurs corps ’’devant le tribunal du Christ’’ pour rendre compte de leurs actes personnels, ’’afin que chacun reçoive le salaire de ce qu’il aura fait pendant qu’il était dans son corps, soit en bien, soit en mal’’ 2Co 5,10 [1]. » Le Shéol n’est pas une production de l’occultisme ésotérique franc-maçon. Le terme renvoie à l’Ancien Testament, et c’est pour s’inscrire dans la tradition des Écritures que Dumouch reprend ce terme dans son livre : il fait l’objet de tout un chapitre, fort éclairant.

Toute la subtilité de la thèse d’Arnaud Dumouch est d’exploiter cette préposition : « après ». De là l’hypothèse de la mort perçue comme un passage et non comme un instant zéro – ce dernier peut-il d’ailleurs exister ? Pour étayer ses propos, le théologien un tout nouveau livre, de l’excellente facture des Éditions Docteur angélique d’Avignon, intitulé Les Âmes errantes et le Shéol, séjour des morts. Il reçoit le renfort du P. Aleck Omalès, pseudonyme d’un prêtre exorciste d’un diocèse méridional. Cet homme de terrain, habitué aux démons pour lesquels il faut appliquer des exorcismes, témoigne également de ses expériences auprès – semble-t-il – d’âmes errantes pour lesquelles les exorcismes demeuraient inutiles. Seules des messes, comme pour n’importe quel défunt, y suffirent... De quoi poser de nombreuses questions, auxquelles Arnaud Dumouch s’évertue à répondre !

Ce n’est point à nous de fixer le dogme catholique éternel.La seule chose qui nous incombe est de reconnaître l’importance de la question posée et tout l’intérêt du nouveau livre coécrit par Arnaud Dumouch et le Père Aleck Omalès.


[1S.S. Benoît XII, Benedictus Dei, §1002.

1er février 2014 Vivier du Lac

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0