L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Le pire est-il la solution ?

Le rapport Estrela proposant au Parlement européen une « résolution sur la santé et les droits sexuels et génésiques » a donc été rejeté hier. Ce projet était doublement dangereux : il suggérait un concentré d’idéologie permissive (avortement considéré comme « droit fondamental », PMA généralisée, éducation sexuelle dès la petite enfance etc.), et laissait planer une menace sur la souveraineté des États, en suggérant que ces sujets était une compétence communautaire. C’est donc une stimulante victoire, et il ne faut pas bouder notre plaisir.

En revanche, votre serviteur s’oppose aux conclusions qui agitent la Toile depuis quelque temps : l’Union européenne est pourrie, donnons un coup de pied salvateur dans la fourmilière. Validons donc les thèses de certaines figures « eurosceptiques », comme notre contributeur Chouan Orphelin l’a fait dans son dernier article, en diffusant une intervention du député britannique Godfrey Bloom, qui promet à ses confrères qu’ils seront « pendus » par les citoyens européens.

A noter qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, cette vidéo engrange depuis trois jours un million de vues dans sa version française, contre 75 000 dans sa version anglaise. Le charismatique Nigel Farage, chef de file du Parti de l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), est également très prisé par le public français, pour ses diatribes théâtrales et sa franchise contre les institutions européennes.

Ces vidéos sont particulièrement réjouissantes, alors que notre pays a une grande attente de tribuns contestataires de l’ordre établi et du politiquement correct. Pour autant, faut-il hurler avec ces loups-là ? Pour y répondre, il faut aller voir de plus près à quoi ils ressemblent.

Commençons par Godfrey Bloom. Ses écarts de langage sur les femmes et les pays africains ("Bongo-Bongo lands") lui ont valu son éviction du parti UKIP, qui souhaite à moyen terme gouverner en Grande-Bretagne, et qui soigne donc sa réputation. Ancien financier, son credo est ultra-libéral, comme le montre sa vidéo contre « l’État, institution de voleurs ». En revanche, ses convictions sont inconnues sur d’autres devises que celles de la City : ainsi, lors du décisif vote sur le rapport Estrela d’hier, notre héros n’a pas pris part au vote. De leurs côtés, ses anciens camarades du UKIP se sont presque tous abstenus. Seul Philippe de Villiers, siégeant dans le même groupe qu’eux, a mené la danse contre le rapport Estrela, ralliant à lui des députés italiens et polonais.

En face, le Parti populaire européen (PPE), dominé par les chrétiens-démocrates allemands, l’UMP française et le centre-droit italien, et le groupe des Conservateurs et Réformistes Européens (ECR), animé par les conservateurs britanniques et tchèques, ont voté en bloc contre le rapport Estrela. La puissance de frappe de la machine PPE avait dans le passé évité d’autres fâcheuses résolutions, notamment en mai 2009, lorsque le Parlement proposait un texte dénonçant les propos du Pape Benoît XVI sur le préservatif…

Il faut donc clarifier les choses : le UKIP est britannique jusque dans la caricature. Atlantiste, francophobe (votre serviteur en a fait l’expérience), et libéral, dans le domaine économique comme dans les mœurs [1]. Ce parti n’est pas à idéaliser, en dehors de ses distrayantes prestations vidéos.

En France, le FN n’est pas meilleur non plus. Les populistes sont efficaces pour critiquer, mais ils n’agissent pas toujours là où nous les attendons. La participation des élus FN au Parlement européen, l’adepte des règlements intérieurs Bruno Gollnisch excepté, est minimaliste : de juillet 2009 à octobre 2011, sur 65 réunions de la Commission emploi, Marine Le Pen n’a participé que deux fois. Dans ces conditions, il n’y a que peu de chances pour faire évoluer la situation interne européenne, alors qu’elle a une influence énorme dans les États membres.

Un Parlement européen au tiers eurosceptique, comme cela s’annonce possible pour les élections européennes de juin prochain, est-il donc souhaitable ? Votre serviteur y souscrirait s’il s’agissait d’une contestation intelligente et réfléchie, comme Philippe de Villiers a tenté de le faire jusqu’en 2009.

Car l’intérêt d’une parole radicale est d’aiguiller la tendance majoritaire dans son sens. Pour cela, il faut aussi peser au sein du système, et pas s’enfermer dans un ghetto extérieur.

Avec l’UKIP, en revanche, pas de quoi espérer d’approche constructive. Quant au FN, s’il ne peut pas encore être jugé sur ses actes, il ne semble pas à même de peser suffisamment, à moins de constituer un groupe parlementaire. Seront-ils moins adeptes de la "destruction créatrice" que l’UKIP ? Permettez-moi d’en douter, pour le moment.

En juin prochain, il faudra voter en conscience, mais informés et prévenus. Si votre serviteur a pu éclairer ne serait-ce qu’une lanterne, il n’aura pas perdu son temps.


[1Leur leader Nigel Farage, opposé au mariage gay en Angleterre, l’était uniquement à cause des risques de forcer les Eglises (et surtout l’Eglise anglicane d’Etat) à marier des couples de même sexe, pour mordre sur l’électorat traditionaliste des conservateurs. Sur le fond, il n’avait pas vraiment d’arguments à opposer, et se bornait à défendre le compromis du Partenariat civil - un mariage sans le nom, qui n’a pas empêché l’étape suivante : à bon entendeur aux défenseurs de l’union civile.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0