L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[VEILLEURS STRASBOURG] De la subversion du langage

De la subversion du langage

La flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. – Charles de Gaulle

La flamme de l’Éspérance ne faiblit pas à Strasbourg où depuis près d’un an, les veilleurs strasbourgeois se réunissent tous les quinze jours et résistent – pacifiquement – à la tentation de la lassitude, du fatalisme ambiant et de la soumission à l’idéologie mortifère et décadente de nos sociétés occidentales.

Hasard du calendrier, il y a un an jour pour jour, « la grande armée » de « La manif pour tous » marchait sur Paris. Le nom de cette célèbre avenue parisienne ne peut que nous faire penser à ce que dit Napoléon à ces soldats après la glorieuse bataille d’Austerlitz : « il vous suffira de dire, "J’étais à la bataille d’Austerlitz", pour que l’on réponde, "Voilà un brave !" ».

Vous aussi, dites « j’y étais ». « Et la France se réveilla [1] ».

Ainsi, en cette période électorale, un thème sur le langage était de circonstance, tant les politiques en usent et en abusent afin de manipuler les gens qui, candidement, les écoutent.

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » – Platon.

Nous lûmes donc un texte de Nicolas Nilsen, Langage : des perversions des mots, août 2013 dont voici un extrait assez démonstratif : « Les mots – ou les idées – qui ne traduisent plus la vérité, qui ne portent plus, qui ne dérangent plus, ne mobilisent plus sont comme des oiseaux empaillés ! La France, en ce moment, est devenue un grand centre de taxidermie ! Et je crois même que tous les ministres sont des volatiles empaillés… ».

Nous lûmes également un extrait de la Démocratie en Amérique d’Alexis de Tocqueville. Pour ce dernier, lorsque les mots perdent le sens qui est à l’origine même de leur existence, ils deviennent, par cette abstraction, « comme une boîte à double fond : on y met les idées que l’on désire, et on les en retire sans que personne le voie [2] ». Et c’est en cela que réside le danger puisque la confusion des mots finit par entraîner celle des genres, et à terme, la distorsion du sens avec tout ce que cela peut engendrer comme faux-semblants. Quand les mots ne disent plus ce qu’ils sont censés dire, on entre alors dans l’ère de la méfiance.

Par ailleurs, nous ne pûmes résister à l’envie de lire la prose de l’un de nos confrères du R&N, j’ai nommé Corsaire, et plus précisément son article « Ces mots qu’on manipule : l’idéologie contre le réel [3] ».

Enfin, mon fidèle et irremplaçable compère Cigogne en Colère nous fit la lecture de son livre de chevet du moment, La tyrannie médiatique, de Jean-Yves Le Gallou, au chapitre « le triomphe de la "Novlangue" ».

Cette veillée fut agrémentée comme à l’accoutumée par plusieurs chants traditionnels car « La relève de la France se fera en chantant ou elle ne se fera pas [4] ».

Après la clôture de la veillée par « L’Espérance », les plus vaillants d’entre les vaillants, allèrent devant l’Hôtel de ville de Strasbourg, se muèrent en Sentinelles, et prirent un temps de médiation.

« Sur tes remparts, Jérusalem, j’ai placé des veilleurs, De jour et de nuit, jamais ils ne se tairont. » – Is 62, 6.

Pour vous servir,
Hermine en Colère

[1-Et la France se réveilla, ouvrage de Vincent Tremollet de Villers et de Raphaël Stainville.

[2De la Démocratie en Amérique, Tocqueville.

[4- Rémi Fontaine, le livre d’Hermine, préface de Jean Raspail.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0