L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

La fin de la Communion anglicane ?

C’est le so british et très flegmatique blog anglican Archbishop Cranmer qui le dit : « Alors que le Pape Benoît XVI s’assure le soutien de 22 nouveaux cardinaux sur la même longueur d’onde que lui, l’archevêque Rowan Williams est en train de sombrer dans un océan de dissensions ».

Dans un article du 19 février, les auteurs n’hésitent pas à titrer : « The death of the Anglican Covenant » [1] , que l’on pourrait traduire librement par « la mort du pacte anglican ». En effet, et ce n’est pas récent, la Communion anglicane se déchire entre sa frange libérale, et sa frange dite « traditionaliste », composée à la fois d’anglicans évangéliques, profondément protestants, et d’anglo-catholiques conservateurs, dont l’antique liturgie ferait rougir de plaisir les amateurs du rite pré-Vatican II. Ces deux franges s’opposent de plus en plus ouvertement sur les ordinations de pasteurs et d’évêques homosexuels militants, les mariages gays célébrés et les ordinations de femmes évêques.

Plus profondément, la question qui se pose est l’adaptation aux évolutions de la société : avec les luthériens scandinaves, les anglicans détiennent la palme des prises de position libérales. Depuis les années 1970, les provinces anglo-saxonnes de la Communion anglicane n’ont cessé de s’aligner sur ce que la société occidentale imposait comme nouvelles normes modernes : le féminisme radical, le pacifisme humaniste, le relativisme religieux, la cause homosexuelle, la redéfinition du masculin et du féminin…

Or, l’homme par qui le scandale est arrivé a dernièrement été récompensé pour ses efforts : l’évêque anglican américain Gene Robinson, dont l’élection en 2003 à la tête du diocèse du New Hampshire avait déclenché le schisme non-achevé à ce jour parmi les anglicans, s’est vu remettre le prix spécial du Jury du Festival de Sundance, le rendez-vous des bobos branchés du film indépendant, pour le documentaire réalisé sur son « oeuvre », sobrement intitulé Love free or die. On y voit Gene Robinson, plus militant politique et communicant que pasteur, prêcher dans les églises sur le bien-fondé de la Gay Pride... mais pas sur Jésus [2]. Le Christ « aurait pu être homosexuel », selon lui, d’ailleurs.

Celui qui se débrouilla pour être le prêcheur officiel de la cérémonie d’investiture de Barack Obama en janvier 2009, avant d’être remplacé au pied levé par le sympathique Rick Warren [3], pasteur évangélique baptiste tout à fait orthodoxe, peut se vanter d’être devenu une icône supplémentaire du mouvement LGBT, et un ferment de division dans sa propre communauté chrétienne.

« Les valeurs du monde sont devenues les valeurs de l’Eglise ; l’Eglise et le monde ne peuvent plus être distingués », se plaint le blog protestant évangélique Virtueonline.

Témoin des luttes internes de l’anglicanisme, Benoît XVI avait pourtant mis en garde en 2010 l’archevêque de Canterbury Rowan Williams, qui, par son goût pour les vues de l’esprit, a précipité ce désordre : « Nous reconnaissons que l’Eglise est appelée à être inclusive, mais jamais au détriment de la vérité chrétienne  ».

Les Ordinariats de Notre-Dame de Walsingham au Royaume-Uni et de la Chaire de Pierre aux Etats-Unis accueilleront-ils prochainement de nouveaux membres ? En attendant la réintégration de la Traditional Anglican Communion dans l’Eglise catholique.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0