L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[HOMME AU FUSIL] Les faits et leur traitement médiatique

18 novembre 2013 Florimond , ,

Une analyse plus détaillée de cette séquence vous est également proposée dans les Colonnes infernales du jour.

*

Il va de soi que nous ne pouvons nous réjouir de la violence de cet acte, mais l’utilisation de ce fait par les media oligarchiques au profit d’une autre haine, celle du blanc, doit être combattue, car elle est autrement plus dangereuse.

Tout a commencé ce matin avec l’irruption d’un homme armé au siège de Libération. Après avoir tiré deux coups de feu sur un « collaborateur », qui souffre de blessures à l’abdomen et au thorax, l’homme s’est dirigé vers la Défense, où il a tiré deux coups de feu sans blesser personne. À l’heure où nous écrivons ces lignes, il serait en fuite autour des Champs-Élysées.

Ce fil d’actualité sera mis à jour heure par heure. Nous y gardons trace de la couverture médiatique de cet événement.

Première réaction médiatique : revendiquer son martyre

Cela ne pouvait pas manquer. Lorsque l’on attaque un journal, c’est la démocratie elle-même qui est en péril, peut-on entendre de la bouche de gratte-papier à la mine contrite.

On entend ainsi Demorand se faire plus gros que le boeuf et expliquer sans perdre son sérieux :

« On est les témoins horrifiés d’un drame. Quand on entre avec un fusil dans un journal, dans une démocratie c’est très très grave, quel que soit l’état mental de cette personne. »

De son côté, Fabrice Rousselot, directeur de la rédaction de Libération, fait part dans ses propres colonnes de la « grande émotion partagée par tout le journal » et s’indigne que « des individus puissent s’en prendre à la presse ». On attend avec intérêt de voir durement puni ce crime de lèse-presse-de-gauche - une incrimination particulièrement grave.

Deuxième réaction médiatique : associer les puissants à son martyre

D’abord les confrères médiatiques...

... Puis les autorités politiques...

... Y compris les plus contestables

à l’exemple du Président de leur République. Celui-ci ajoute consciencieusement au battage médiatique en déclarant : « C’est la liberté d’information qui est visée ». François Hollande ne s’était guère ému en ces termes au moment des attaques contre le R&N, Nouvelles de France et le Salon Beige !

Troisième réaction médiatique : dresser (à sa manière) le portrait du coupable

Quatrième étape : se rappeler avec horreur les HLPSDNH [1]

C’est le Figaro qui s’y colle, en commençant par... l’attaque de l’OAS. La bête immonde n’est peut-être pas morte.

Revanche du réel : les faits sont têtus...

... Et ne tardent pas à démentir la thèse de l’attentat contre la presse. Le forcené s’attaque à la Défense.

Mais tout n’est pas perdu. Qu’opposer à la réalité quand on est journaliste du système ? Réponse : sa propre schizophrénie.

Ainsi quand l’Immonde titre fièrement en première page : « Coups de feu à la Défense, aucun lien avéré avec l’attaque contre Libération », on peut lire plus bas dans l’article : « Selon le témoin joint par Le Monde.fr, l’homme serait vêtu d’un manteau kaki et d’une casquette, ce qui correspond à la description du tireur de Libération. » Ne vous fiez jamais à l’étiquette...


[1À savoir les « heures les plus sombres de notre histoire ».

18 novembre 2013 Florimond , ,

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0