L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[DEBATS] La lettre de Barjot et de « catholiques homosexuels » fait polémique

17 août 2013 Rédacteur

Un curieux document a été publié en ce 15 août, solennité de l’Assomption de la Sainte Vierge Marie.
Signée par Frigide Barjot et plusieurs personnes homosexuelles se déclarant catholiques, la lettre appelle à une plus large reconnaissance des personnes homosexuelles au sein de l’Eglise catholique.

Il est alors utile de rappeler que le Catéchisme de l’Eglise catholique est explicite sur le point de l’homosexualité et des personnes homosexuelles : l’homosexualité est un péché, un comportement désordonné ; les personnes homosexuelles, elles, "doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste." On voit mal comment l’Eglise pourrait éclaircir ou approfondir sa réponse.

La gazette "HomoPasGay" signe une tribune cinglante et bien sentie, en réponse audit communiqué, et fustige le ton pompeux et exagéré du manifeste. Surtout, l’usage du terme "reconnaissance" est justement pointé du doigt. Une expression vague, floue, convenue, aux relents de discours syndical. La gazette "HomoPasGay" ajoute :

Le fond, c’est quand même le projet-fétiche de Barjot : pas de mariage gay, mais une union civile des homosexuels. L’Eglise a déjà clairement condamné cette idée, mais ça ne fait rien, Barjot revient à la charge. Après avoir loué la "sagesse de l’Eglise" (faisant mine de s’y soumettre au moment même où elle la remet en cause), elle demande hypocritement :

« Quelle réponse la sagesse de notre Eglise apporte-t-elle dans cette défense du mariage et de la filiation à la désormais légale reconnaissance des droits de vie commune des adultes homosexuels non catholiques ? »

On lui a déjà expliqué des dizaines de fois, à la Barjot, que la société n’a aucune raison de légaliser les unions homosexuelles. Mais, visiblement, ça la dépasse. Pour elle, et pour les auteurs du manifeste, la loi Taubira n’est pas vraiment mauvaise, mais "excessive" : elle n’est qu’une " réponse excessive à la légitime demande des gays, jusque-là dans le déni juridique de toute vie affective". Apparemment, pour Barjot et ses comparses, le Droit n’est plus centré sur le bien commun objectif, mais sur la "vie affective" des particuliers. Rêverie juridico-sentimentale qui, prise à la lettre, pourrait mener à de graves dérives totalitaires.

17 août 2013 Rédacteur

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0