L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[ANGERS] L’arbre de la laïcité de nouveau abattu (et c’est tant mieux)

« Nous replanterons cet arbre encore et encore »

Marianne en prend un sacré coup, et pour cause : après la première décapitation de l’arbre de la laïcité dans ma belle ville d’Angers, c’est l’hebdo Marianne qui accorde une parcelle de ses colonnes à la seconde décapitation d’un nouvel arbre tout frais qui avait été replanté par le maire socialiste Frédéric Béatse, comparses de l’UMP et de toute la vieille nomenkatura politique de la région à l’occasion d’une marche dite « contre le racisme ». Marianne nous connaît bien, et nous la connaissons bien, elle nous cite :

La République aime les arbres. Elle a fondé sa religion, la laïcité dont nous ne voulons pas, sur cet emblème qui figure au dos des pièces d’un et de deux euros. L’arbre de vie, rendu au culte de l’Être suprême, trouvant sa source dans les événements post-révolutionnaires aux alentours de 1794, a triomphé des anciens dogmes et proclame la rédemption par l’idolâtrie et la chasse aux dissidents. Mais face au front uni de la République se lève une armée qui n’est plus silencieuse et qui compte bien peser face à ce système inique qui a déclaré la guerre à la France et à la foi. [1]

Bien loin de s’en tenir à cet acte héroïque de la part d’un de mes concitoyens angevins, Marianne se dépoitraille entièrement en liant l’affaire de l’arbre avec des apprentis quenelliers d’Égalité et Réconciliation et du Rassemblement des Étudiants de Droite en poste à Angers dont le porte-parole de ce dernier n’a pas omis de plaisanter sur cet acte abominable consistant à abattre un arbre aussi fragile que l’est désormais la laïcité.

« S’il n’avait tenu qu’à moi, la mosquée serait en train de se construire. »

Le maire Frédéric Béatse, donc chacun sait qu’il est un laïc républicain et déterminé, n’a pourtant pas manqué d’exprimer dans le Courrier de l’Ouest du 7 janvier 2011 sa volonté de faire construire une mosquée au cœur d’Angers. La laïcité dans la pensée socialiste contemporaine n’a bien donc jamais été un combat pour la neutralité religieuse. Leur laïcité c’est le prétexte qui masque la promotion de la différence, de son exaltation, et du syncrétisme religieux qui leur est nécessaire, sous couvert d’un athéisme rendu au dogme des puissances maçonniques dans lesquelles ce maire indigne des fonctions que le Conseil municipal lui a échu a toujours été baigné, notamment dans ses amitiés avec l’ancien Grand maître du Grand Orient de France Alain Bauer, aujourd’hui à l’UMP. Nous savons qui est ce monsieur Béatse, mais qui est-il pour parler d’atteinte à la République, de bête immonde et d’intolérance quand on sait qu’il s’agit d’un maire non-élu, succédant à un Antonini démissionnaire, qui ne fait que laisser à de plus un en plus d’angevins un arrière-goût rance de néo-népotisme sauce République infect. Qui sont ces républicains bedonnants aux grandes leçons, trop serrés dans leurs costumes mal coupés, qui viennent nous parler du retour horrifique d’un ordre qu’ils croyaient avoir abattus quand ils veulent paver nos rues de mosquées par-dessus les vestiges de nos églises qu’ils détruisent jusqu’ici, en Anjou, vieille terre catholique et royale que l’on sacrifie avec le reste du pays sur l’autel du socialisme et du républicanisme laïciste. Je vous le dis monsieur Béatse, c’est un chêne centenaire au tronc bien solide que vous devrez planter pour refréner la contestation qui naît ici et là, dans les bistrots, dans les universités et dans la rue. Enracinez-vous dans vos instances encore et encore, nous abattrons encore et encore. Nous sommes le parti de la France, vous êtes celui de la démission et de la soumission et c’est pour cela que demain ne se fera pas sans nous.


[1Voir le premier article sur le sujet

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0