L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Pour une redécouverte de la masculinité

« Ceins ton épée sur ta cuisse, vaillant, dans le faste et l’éclat, va, chevauche, pour la cause de la vérité, de la piété, de la justice. » [1]. Voilà le vibrant appel de Dieu à l’homme. La vie spirituelle n’est pas un chemin de rose, elle est un combat de chaque instant. Indomptable [2], fait redécouvrir la virilité du combat spirituel, et, surtout, la brûlante nécessité qu’a l’homme de retrouver son âme afin de mener ce combat à bien. L’auteur montre le chemin vers « la redécouverte et la libération du cœur de l’homme pour qu’il donne libre cours à ses passions, à sa vraie nature, celle que Dieu lui a donnée ».

Le livre part d’un constat : la masculinité est aujourd’hui gravement attaquée par la société contemporaine, par deux biais. D’une part, la société contemporaine veut tout contrôler, privant l’homme de l’oxygène que sont pour lui le risque et l’aventure. Par un funeste contrecoup, l’homme se vautre dans le confort. D’autre part, elle a demandé à l’homme de renoncer à sa force, de cesser de protéger la femme. Le « bon-homme » doit être un brave type bien élevé.
John Eldredge condamne fermement cet étouffement spirituel de l’homme, qui l’émascule. À travers son expérience, de nombreux témoignages, la culture américaine et la lecture biblique, il dresse un diagnostic sans appel. L’homme étouffe parce qu’il a renoncé aux trois désirs fondamentaux de la virilité. L’homme est fait pour livrer un combat, vivre une aventure, et sauver une beauté. L’homme a besoin de savoir qu’il est fort. Parallèlement, il décèle trois désirs profondément inscrits dans le cœur de la femme. La femme est faite pour être désirée, partager une aventure, et avoir une beauté à dévoiler [3]. La femme a besoin de savoir qu’elle est belle.

Le lecteur retrouvera dans le livre un Dieu guerrier, aventureux, passionné, que le polissage contemporain avait tendance à nous faire oublier. Comme le fait remarquer Philip Yancey, si Jésus n’avait pas été profondément subversif, il n’aurait jamais été crucifié. Rappelons-nous que la liberté que Dieu nous donne est un risque incroyable qu’il prend. Rappelons-nous que Dieu est un Dieu jaloux. Il est tellement passionné qu’Il est prêt à mourir par amour pour nous. Qu’il nous suffise ensuite de nous rappeler que nous sommes à son image pour trouver le chemin à suivre.

Dans une vision mystique du monde, John Eldredge rappelle que nous ne sommes pas dans un monde en paix. Nous, chrétiens, arrivons sur le champ de bataille de la lutte de l’Enfer contre Dieu. Comme catholiques, nous sommes sur la ligne de front. L’auteur invite le lecteur à reconnaître qu’il a été blessé spirituellement au cours du combat. Une fois le diagnostic établi, il faudra batailler pour reconquérir le cœur de l’homme. L’homme ne pourra pas y parvenir sans la voix du Père, qui l’aidera à guérir sa blessure. Avec l’aide de Dieu, l’homme pourra ainsi mener son combat spirituel contre la chair, le monde et Satan. Il pourra secourir sa belle. Il pourra partir vivre l’aventure que Dieu nous a préparé pour chacun de nous.

C’est ainsi que John Eldredge explique l’âme masculine, avec un pied de nez à la théorie du genre : « Permets-moi de court-circuiter le débat : “le genre est-il inné ?” qui cherche à opposer la nature à la culture ambiante ; permets-moi de poser une seule question : l’homme et la femme sont-ils créés à l’image de Dieu en tant qu’homme ou en tant que femme ? “Dieu créa l’homme à son image : il les créa à l’image de Dieu, homme et femme il les créa” (Genèse I, 27). Nous savons bien que Dieu n’a pas de corps : la ressemblance ne peut être physique. Le genre doit donc se nicher au niveau de l’âme, dans les endroits les plus profonds et les plus permanents de notre personnalité. Dieu n’a pas créé une espèce générique, mais des êtres très distincts : nous sommes homme ou femme. En d’autres mots, il y a un cœur masculin et un cœur féminin, qui chacun à leur manière reflètent ou dépeignent le cœur de Dieu au regard du monde » [4] Protestant, il présente une vision de la Bible plutôt inhabituelle, mais qui ne semble en rien contraire à la foi catholique [5]. Par exemple, Eldredge affirme qu’Adam a péché le premier, par inaction, laissant Ève aux prises avec Satan, sans réagir. S’il est possible de regretter l’absence de la Sainte Vierge, l’ouvrage ne laisse de côté ni la grâce ni la liberté, affirmant leur nécessaire coopération.

Quoique imprégnée de culture américaine, l’écriture est fine et trouve un écho dans le cœur masculin du lecteur. L’homme y puisera la volonté de grimper aux sommets. La femme comprendra mieux le cœur de l’homme. Ensemble, ils partiront en avant vers la conquête du Ciel, en menant le combat spirituel contre le démon.

C’est en fait un véritable chemin de reconquête de l’âme masculine que John Eldredge propose à son lecteur. Il s’agit de retrouver, ou de restaurer, le cas échéant, une virilité perdue afin de correspondre à sa vocation masculine, au plan de Dieu pour l’homme. Le chemin et les moyens proposés, loin d’être désespérant, trouve un véritable écho dans le cœur des hommes, qui est attesté par le succès d’œuvres telles que Le Seigneur des Anneaux, Cyrano de Bergerac, ou Les trois mousquetaires. Il s’agit pour l’homme d’assumer sa force et de la faire tendre vers un combat légitime. Il s’agit d’accepter de prendre des risques, de se donner à corps perdu dans l’aventure de l’Amour, enfin de faire confiance à Dieu.

Et introibo ad altare dei,

Ad deum qui laetificat juventutem meam.

Loriquet

[1Psaume 45, verset 4

[2John Eldredge, Indomptables, éditions Farel, 2002, 19 €

[3« La plupart des femmes subissent la pression d’être belles dès leur plus tendre enfance. Mais ce n’est pas de ça dont je parle. Il y a en elles le désir simple et authentique d’être la beauté et de s’en délecter », John Eldredge

[4Les passages mis en gras le sont par l’auteur.

[5Le moine libraire du monastère de Sainte Marie de Lagarde m’assure que, à première lecture, il n’a rien trouvé de tel. Les lecteurs sont invités à exercer leur œil vigilant et nous signaler toute contradiction qu’ils trouveraient

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0