L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[EX-LIBRIS] L’espérance du cardinal Burke

Recension de l’ouvrage de Guillaume d’Alançon : Entretien avec le cardinal Burke. Un cardinal au coeur de l’Église, publié en septembre 2015 aux éditions Artège (184 pages).

Ce livre est né dans un lourd climat. La Chrétienté pleure la mort des familles. Après les avancées de pays protestants puis la capitulation de l’Espagne, ce fut la France, Fille-Aînée, qui décida il y a trois ans de creuser sa propre tombe, en sortant du placard [1]. Suivirent l’Irlande, que nos naïves cervelles s’obstinaient à considérer encore comme un bastion conservateur [2], puis le géant états-unien [3]. Les nuages s’amoncellent : un cardinal n’a-t-il donc, dans ces conditions, rien d’autre à faire que de se livrer à un entretien-vérité de 184 pages ?

Raymond Leo, cardinal Burke
« Mon espérance est que l’Église soit de plus en plus fidèle à son identité d’Épouse du Christ »

Raymond Burke [4], prince de l’Église, cardinal patronus de l’Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte [5], connaît bien ces ténèbres.
En répondant aux questions du Français Guillaume d’Alançon [6], le prélat américain ne cache rien des plaies lacérant le corps de la Chrétienté ; mais loin se complaire dans le catastrophisme, il pose sur elles un regard empreint de lumière.

Une douce lumière paternelle

La Curie a mauvaise presse. Le type du prélat acariâtre, jaloux de ses privilèges, éloigné des préoccupations des fidèles et du bas-clergé, est devenu un τόπος, un lieu commun.
Les questions de Guillaume d’Alançon ont le mérite de battre en brèche cette idée reçue. Au fil des pages, le soixantenaire américain, drapé dans sa cappa magna s’efface. Il nous semble apercevoir l’enfant du Midwest, né à la campagne dans une pieuse famille d’origine irlandaise. La lumière est partout. Elle prend sa source dans la vie de famille et ses précieux instants de partage et de prière. Elle vient de Jésus-Hostie, lors de l’adoration eucharistique pratiquée chaque vendredi par la famille Burke, ainsi que de la dévotion envers les Cœurs immaculés de Jésus et Marie, sous la protection desquels le foyer se place et se blottit.
Avec une simplicité toute paysanne, le cardinal décrit cette vie saine, l’ambiance chrétienne de sa jeunesse et l’impression que produisit en lui la figure du prêtre, pasteur bienveillant au service du salut des âmes. Entré au petit séminaire à l’âge de quatorze ans, Son Éminence évoque avec nostalgie cette période qui fut « une grande grâce », illuminée par la spiritualité thérésienne et notamment la lecture de l’Histoire d’une âme [7], de la sainte normande. Le lecteur découvre le parcours d’un jeune homme modeste et confiant, alors que s’ouvrait l’étrange décennie des Sixties.

« Un grand nombre de ces jeunes qui vivent dans ce monde d’où Dieu est exclu, éprouvent un grand attrait pour une belle et sainte liturgie, célébrée avec la dignité qui convient au saint sacrifice, que ce soit dans la forme extraordinaire ou dans la forme ordinaire du rit romain, pourvu qu’il y ait une grande dévotion »

La sagesse d’un cardinal

Souvent grimé en prélat rebelle [8], soi-disant opposé au pape François et prêt à lui « résister » [9], le cardinal Burke fait preuve, à propos de la crise de l’Église et des querelles liturgiques, d’une sagesse remarquable. Lui dont les positions furent fréquemment déformées, ne cède jamais à la caricature. Confessant avoir vécu douloureusement les expériences liturgiques post-conciliaires, Son Éminence tient à distinguer le Concile en lui-même du prétendu« esprit du concile », ce dernier étant marqué par l’idéologie progressiste du temps.
Nommé évêque par saint Jean-Paul II et placé à la tête du Tribunal de la signature apostolique par Benoît XVI [10], le cardinal américain n’est pas un mutin. Ratzingérien et nuancé, ce fin canoniste se révèle un fervent soutien de l’« herméneutique de la continuité [11] chère au pape émérite. Convaincu de « l’enrichissement mutuel » des deux formes du rit romain, cet ami de la Tradition se félicite des fruits du motu proprio Summorum Pontificum [12]. Surtout, il se réjouit du renouveau catholique qui, chez les jeunes prêtres comme au sein du laïcat chrétien, consiste en un retour aux fondamentaux, au sacrifice de la messe et à sa dignité.

Confessant la Vérité dans la charité

En vocabulaire journalistique, on dirait certainement du cardinal Burke qu’il est attaché aux affaires « sociétales ». En 2008, sa volonté de refuser la Communion aux hommes politiques soutenant l’avortement avait fait grand bruit aux États-Unis. Il est vrai que dans les diocèses qu’il a eu en charge (La Crosse puis Saint Louis) comme à Rome, Son Éminence fut un infatigable pourfendeur de la « dictature du relativisme » [13]. Surtout, le cardinal raconte son souci d’accompagner les victimes de ce nouveau totalitarisme : les femmes ayant recours à l’avortement, les personnes homosexuelles à qui l’on serine qu’elles sont « nées comme ça » et que la société rend esclaves de leurs passions, ou encore les générations d’enfants brisés par les divorces, souillés par la pornographie. À l’approche de la seconde session du Synode sur la famille, le cardinal montre combien la ferme doctrine s’accommode de la miséricorde à l’endroit des pêcheurs, qu’il s’agisse des divorcés remariés ou des fidèles pratiquant l’homosexualité. Et de faire sienne la maxime salésienne Veritatem facientes in caritate  : “ Confessant la vérité dans la charité ”.
Disciple de saint Jean-Paul II [14], le cardinal ne transige pas : la loi de l’Église concernant l’accès des divorcés-remariés à l’Eucharistie ne peut changer, car elle découle des paroles même du Christ, énoncées au chapitre 19 de l’Évangile selon saint Matthieu [15].

Lumière de l’espérance

Tant de fidèles doutent. Le cardinal Burke, lui, est plein d’espoir. Cet entretien est une exhortation à l’engagement familial ou à la vie consacrée. Il est aussi un appel à l’engagement politique ; un bel hommage est rendu à la génération de la Manif pour tous.
Ce bref ouvrage répond pleinement aux aspirations de la jeunesse, à sa soif d’absolu. Les ténèbres sont là. Mais Son Éminence cherche la lumière, sans relâche. Elle nous appelle à nous battre pour « tout restaurer dans le Christ » [16] et pouvoir dire comme saint Paul, à notre heure dernière : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi »(2 Timothée 4:7).
Le cardinal de conclure ainsi : « Mon espérance est que l’Église soit de plus en plus fidèle à son identité d’Épouse du Christ dans son enseignement, dans son culte, dans sa prière et sa dévotion, et dans sa vie morale. Mon espérance est que chaque sarment de la vigne, que chaque membre du Christ, devienne de plus en plus proche du Christ, qu’il le connaisse, qu’il l’aime et le serve, et que de ce fait la gloire du Christ illumine notre monde, dans l’attente de sa venue dernière, où il restituera toute la création du Père, inaugurant ainsi “ des cieux nouveaux et une terre nouvelle” ».
Le centre de gravité de l’ouvrage n’est pas Raymond Burke, mais bien l’Église catholique romaine.
Cet entretien est revigorant. Guillaume d’Alançon raconte combien, en sortant de son audience auprès du cardinal, il se trouvait, place Saint-Pierre, dans l’action de grâce : « le soleil couchant auréolait le dôme de la basilique ».

« J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi »
(2 Timothée 4:7)

[1En Français de Nouvelle-France, la « sortie du placard » correspond à l’expression anglaise coming out, signifiant que l’on assume publiquement ses pratiques homosexuelles.

[2Le 22 mai 2015, par référendum populaire, 62% des votants irlandais approuvaient l’ouverture de l’institution du mariage aux couples de même sexe. Nous avons consacré, au Printemps 2015, deux articles aux enjeux du référendum irlandais : "L’Irlande troquera-t-elle le vert pour l’arc-en-ciel ?" et "Irlande et mariage homosexuel : le courage de dire non". Par ailleurs, nous avions donné la parole à un cadre de la défense de la famille en Irlande.

[3Le 26 juin 2015, la Cour suprême des États-Unis d’Amérique décidait, à l’occasion de l’affaire Obergefell v. Hodges, d’autoriser les couples de même sexe à se marier civilement dans tous les états du pays, et ce en vertu du XIVe amendement de la Constitution américaine (equal protection clause) La décision de la Cour suprême peut être lue ici, dans la langue de Shakespeare.

[4Né le 30 juin 1948 à Richland Center (Wisconsin, États-Unis), Raymond Leo Burke est ordonné prêtre par le bienheureux Paul VI en 1975. Nommé évêque de La Crosse (Wisconsin) par saint Jean-Paul II en 1994, il devient archevêque de Saint Louis (Missouri) en décembre 2003. Raymond Burke est créé cardinal en 2010 par Benoît XVI. En 2008, ce même pape l’avait nommé préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique, charge qu’il occupe jusqu’en 2014, année au cours de laquelle le pape François le fait cardinal patronus de l’Ordre souverain militaire hospitalier de Malte.

[5Concrètement, Son Éminence assure la fonction de représentant du Saint-Siège auprès de l’Ordre.

[6Guillaume d’Alançon est délégué épiscopal pour la vie et la famille dans le diocèse de Bayonne.

[7Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, Histoire d’une âme, Paris, Éditions du Cerf, Desclée De Brouwer,‎ [1898] 2000.

[8Le périodique La Vie le qualifiait, en février 2015, de "frondeur".

[9En février 2015, une journaliste, dans le cadre de l’émission « 13h15 le dimanche » lui demandait ce qu’il ferait dans l’hypothèse où le pape autoriserait l’accès des fidèles divorcés-remariés à la Sainte Communion, le cardinal Burke répondit : « Je résisterai, je ne peux rien faire d’autre. Il y a un malaise, c’est indubitable ». La réponse fut immédiatement commentée et interprétée, au sein des media dominants comme une rébellion anti-François. Pourtant, le prélat américain n’a jamais cessé de clamer sa fidélité au souverain pontife et démenti être « contre le pape », comme dans les colonnes du media italien La Nuova Bussola

[10Ce tribunal est composé d’une douzaine de cardinaux et d’évêques juges, nommés pour cinq ans par le Saint Père. Le cardinal Burke en fut le préfet de 2008 à 2014. Cette juridiction tire son nom de l’organisme qui, entre le XIIIe et le XIVe siècles, apposait la signature du souverain pontife au bas d’actes rendus en réponse à certaines suppliques. La Signature apostolique exerce trois missions principales : la cassation des sentences rendues par la Rote ; le contentieux administratif canonique (notamment les conflits de compétence) ; la tutelle sur toutes les juridictions ecclésiastiques (notamment l’approbation des tribunaux interdiocésains, ou encore les sanctions contre les avocats des tribunaux ecclésiastiques).
Cf Philippe PICHOT-BRAVARD « Tribunal suprême de la Signature apostolique », in Christophe DICKÈS (dir.), Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège, Paris, Robert Laffont, coll. "Bouquins", 978-979.

[11Extrait du discours de Benoît XVI à la Curie romaine à l’occasion de la présentation des voeux de Noël 2005 : « Les problèmes de la réception sont nés du fait que deux herméneutiques contraires se sont trouvées confrontées et sont entrées en conflit. L’une a causé de la confusion, l’autre, silencieusement mais de manière toujours plus visible, a porté et porte des fruits. D’un côté, il existe une interprétation que je voudrais appeler "herméneutique de la discontinuité et de la rupture" ; celle-ci a souvent pu compter sur la sympathie des mass media, et également d’une partie de la théologie moderne. D’autre part, il y a l’"herméneutique de la réforme", du renouveau dans la continuité de l’unique sujet-Eglise, que le Seigneur nous a donné ; c’est un sujet qui grandit dans le temps et qui se développe, restant cependant toujours le même, l’unique sujet du Peuple de Dieu en marche ».

[12La lettre apostolique Summorum Pontificum, publiée par Benoît XVI le 7 juillet 2007 sous forme de motu proprio - c’est-à-dire de la volonté propre du souverain pontife - redéfinit le cadre juridique de célébration de la messe dite de saint Pie V, autrement appelée "forme extraordinaire du rit romain". Au terme de ladite lettre apostolique, la messe de saint Pie V est rétablie dans ses droits. Vous pouvez lire ce motu proprio dans la base de données du Saint-Siège.

[13Formule que nous devons à Benoît XVI.

[14L’exhortation apostolique Familiaris consortio, promulguée le 22 novembre 1981 par saint Jean-Paul II, est destinée à l’épiscopat, au clergé et à tous les fidèles de l’Église. Publiée un an après le Synode des évêques sur la famille de 1980, cette exhortation est relative aux "tâches de la famille chrétienne dans le monde d’aujourd’hui". Son contenu est librement consultable sur le site du Saint-Siège.

[15« Et il advint, quand Jésus eut achevé ces discours, qu’il quitta la Galilée et vint dans le territoire de la Judée au-delà du Jourdain. Des foules nombreuses le suivirent, et là il les guérit. Des Pharisiens s’approchèrent de lui et lui dirent, pour le mettre à l’épreuve : " Est-il permis de répudier sa femme pour n’importe quel motif ?" Il répondit : "N’avez-vous pas lu que le Créateur, dès l’origine, les fit homme et femme, et qu’il a dit : Ainsi donc l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et les deux ne feront qu’une seule chair ? Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Eh bien ! ce que Dieu a uni, l’homme ne doit point le séparer. " - " Pourquoi donc, lui disent-ils, Moïse a-t-il prescrit de donner un acte de divorce quand on répudie ? " - " C’est, leur dit-il, en raison de votre dureté de coeur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes ; mais dès l’origine il n’en fut pas ainsi. Or je vous le dis : quiconque répudie sa femme - pas pour ’’prostitution’’ - et en épouse une autre, commet un adultère " »(Matthieu, 19).

[16La formule est une allusion évidente à la devise du pape saint Pie X (1835-1914) : Instaurare omnia in Christo.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0