L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[CONFÉRENCE] La Vocation Poétique du Chrétien

Chers lecteurs, une conférence ayant pour thème : La Vocation Poétique du Chrétien se tiendra samedi 14 décembre de 16h à 21h dans le grand amphithéâtre du Collège des Bernardins. Organisée par Fabrice Hadjadj, directeur de l’Institut Philanthropos, cette conférence est l’occasion, non seulement de renouer avec la lecture de grands poètes chrétiens, de Prudence à Pierre Emmanuel, mais aussi de nous interroger sur la participation active qu’entretien la création poétique avec le Mystère du Verbe fait chair.

À la suite du Père de Lubac et du théologien suisse Hans Urs von Balthasar [1], il me semble que la crise de Foi que nous traversons est principalement une crise du Signe et du Symbole. Cette crise, fruit du rationalisme forcené de l’exégèse, aussi bien chrétienne que païenne, et de la modernité, affecte l’entière compréhension du fait chrétien. Que ce soit dans le rapport, parfois conflictuel, qu’entretiennent la messe Tridentine, essentiellement symbolique - dionysiaque selon le mot du père Cassingena [2] - , et la messe dite Paul VI marquée par une ecclésiologie soucieuse de mieux mettre en lumière les aspects « sociaux du Dogme [3] », dans notre rapport avec le livre même de la Bible, ou dans notre manière d’en concevoir les textes, force est de constater que le monde de « l’Utile », seulement rationnel, à pris le pas sur le monde des « Signes », par définition gratuit. Or, derrière cette tentation de l’utile, nous courrons le risque de nous couper Mystère de Dieu, du mystère insondable de Dieu et de sa Face Charnelle. Nous prenons le risque de ne plus entendre le mystère toujours neuf et jeune, inépuisable, de l’écriture Biblique ; de cette écriture qui s’enrichit toujours de ses commentateurs et de leurs commentaires. Nous en arrivons à ne plus pouvoir, faute de sentir ce mystère, participer à la vie divine.

Face à cette tentation, la Poésie - dans le cas présent la poésie « chrétienne » - m’apparaît être, dans sa gratuité participative, l’un des plus puissant remède. Au travers de son langage propre, fait de symboles, de réseaux symboliques, magnifié par la puissance évocatoire de notre langue, la poésie est le lieu où peut s’exprimer la Beauté première, l’idéal profond qui féconde nos coeurs humains, et où parfois, dans la grâce, s’esquisse le visage du Premier des poète, dont nous sommes la semblance.


[1Respectivement dans les ouvrages Histoire et Esprit et La Gloire et la Croix, esthétique théologique.

[2François Cassingena-Trévedy, Te igitur, Ad Solem, 2007, p.32.

[3Voir P. Henri de Lubac, Catholicisme.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0