L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[CAUSERIES JAPONAISES INÉDITES] La nature religieuse de l’homme

CAUSERIES JAPONAISES INÉDITES

V. La nature religieuse de l’homme

« L’athéisme est fondamentalement étranger aux Japonais. Une personne qui ne croirait pas à quelque chose qui le dépasse, qui le transcende et face à laquelle il aurait une irrésistible « crainte respectueuse », une personne qui n’aurait jamais eu un « sentiment de piété » ; ces personnes-là ne sont absolument pas digne de foi. »
« Je ne voudrais jamais devenir ami avec une personne qui ne croit pas consciemment au divin, aux bouddhas, à l’âme et au monde des défunts, ni avec celle qui ne s’appuie jamais sur une existence qui le transcende. » [1]

Suivons les paroles de ce Japonais qui revient de loin, des illusions socialisantes et modernistes. Il commença à se réveiller dans les années 1990 face aux mensonges sur l’histoire, et il en vient aujourd’hui à redécouvrir tout le trésor de la spiritualité de la tradition. Suivons-le en remplaçant simplement « Japonais » par « êtres humains ». Comment ne pas être en effet certain que l’homme, avant d’être un quelconque animal politique – à moins qu’Aristote entendît par « politique », « religieux » -, est un être religieux, qui possède ce sens de la spiritualité. Il est le seul « animal » qui puisse sentir le divin partout dans le monde, qui puisse se relier à tout, ce qui est peut être le signe du divin, le lien entre les hommes, avec la nature, face à l’invisible et avec les défunts et le passé.

Quelle meilleure preuve que l’homme est religieux si ce n’est la folie moderne qui, en croyant supprimer Dieu, n’a en fait que rediriger sa naturelle fidélité, sa foi, vers des éléments profanes, maléfiques et souillés, en les dressant comme les nouveaux dieux abstraits de notre temps, justifiant tous les meurtres et la destruction des liens ? On détruit les liens au nom d’un « nouveau » lien inexistant, qui a besoin de nier les liens réels, dans la tentative vouée à l’échec d’isoler l’homme en tranchant les liens naturels qu’il possède et ceux qu’il tisse. Sans plus de liens, il ne peut que se raccrocher aux mensonges, dernières bouées au milieu des ténèbres.

Rions ! Rions ! Rions devant cette « religion républicaine » revendiquée par les plus malignement intelligents des « incroyants », qui n’hésitent pas à se dresser sur la plus flagrante contradiction pour exister. Derrière cette obsession d’« arracher l’homme à ses attaches pré-révolutionnaires », comme si nous, pauvres enfants du XXIe siècle, avions encore un lien direct et réel avec ces temps que même les arrières-grands parents de nos arrières-grands parents n’ont pas connus ! Belle contradiction, ou plutôt, jolie manipulation de langage. Il n’existe plus d’« attaches pré-révolutionnaires » dans notre génération. Mais malgré tout, nous « résistons à la grande œuvre religieuse révolutionnaire ». Pourquoi ? Car ces « attaches pré-révolutionnaires » ne sont rien d’autres que la nature religieuse de l’homme, cette réalité indépassable qui excitera jusqu’à la fin de l’humanité la fureur folle de ceux qui veulent nier l’homme.

Impossible de faire confiance à celui qui n’a jamais eu un « sentiment de piété » ! Impossible de faire confiance à celui qui ne se croit pas petit, qui ne croit absolument pas « ce qui dépasse » ! Impossible de faire confiance à celui qui n’a jamais « consciemment » eu foi dans le divin, qu’elle qu’il soit, qui n’aurait jamais craint la colère divine, ou pire, qui ne se serait jamais « remis » au divin !

Peut-on encore vivre en cette France où la maladie semble si profonde que la description de la citation, si naturellement dite au Japon, semble, non pas un tabou, car cela signifierait encore une certaine conscience de la réalité, mais un fait périmé, oublié, mis aux oubliettes ? Prions, non pas pour une prise de conscience collective, ce qui reste trop cérébral, mais pour une expérience collective du divin, pour que chacun puisse « vivre » cette crainte respectueuse, cette humilité, cette sensation du divin et voire même, donner envie de compter sur le divin.


Paul-Raymond du Lac

Pour Dieu, Pour le Roi, Pour la France

[1Yoshinori KOBAYASHI, De Yasukuni (靖国論), Tôkyô, Gentôsha, 2005, p.173 et 174. Traduit par nos soins : « 本来、日本人が、無宗教ということはありえない。自分を超越する何者かに「畏怖の念」を抱いたこともなく、「敬虔な気持ち」になったことがない人間など絶対信用できない。 » « 神も仏も霊魂も死者の世界も意識下ですら信じていない人間… 自分を超越する何かにすがることが絶対にない人間とはお友だちになりたくない。 »

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0