L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Voilà le grand débat de ce siècle

25 janvier 2018 Contributeurs extérieurs

Voilà le grand débat de ce siècle, d’un côté la foule hirsute des satisfaits, œillères du scientisme vissées sur leurs grosses têtes capricantes, que l’éviction de l’Invisible rassure et caresse dans le sens du désespoir, et de l’autre la cohorte des angoissés, qui confondent la nécessité d’interroger le réel avec la tentation de l’expliquer.

Après la politique, résumée à ses deux grossesses nerveuses, gauche et droite, c’est au tour de la Vérité elle-même de devoir subir l’ablation du Divin pour ne plus laisser à voir que deux systèmes opposés, un monde strictement binaire n’acceptant plus aucune notion qualitative, aucun pensée transverse, mais seulement la sédition mongoloïde de l’individu et de son petit appareil critique émoussé sur le soc de la crétinerie absolue, leurs philippiques de zozoteurs, brandissant toujours les mêmes hochets, victimes toujours de la même constipation, comme si le XXIe n’était qu’un long lendemain de fête alourdi par ce barbiturique global que constitue la bourgeoisie. Lourd labour, dur labeur de ces petites âmes étriquées qui bavottent leurs pantomimes de vérité, d’un côté comme de l’autre.

Il faudrait redonner aux hommes le goût du prophétisme, c’est-à-dire la capacité à voir sur la couture des siècles le fil des intentions surhumaines. Désimbriquer le temps, ce mode d’existence qui a fait de notre cosmos le placard à balais de l’Eternel. Il faut éteindre sa propre voix, qu’il n’en reste plus qu’une prophétie, et plisser ses yeux, réduire son regard, pour qu’il n’en demeure plus qu’un oracle. En finir avec l’individu, cette masse de graisse ontologique qui occulte la vraie nature de l’Homme.

Car il y a bien une volonté programmatique, quelque chose qui gît derrière le Voile, un agrégat computationnel et qu’on appelle le Diable : ce n’est que le résultat du retrait au monde de l’éternel, un appel d’air provoqué par le brusque recouvrement du Paraclet

Le monde s’est construit sur l’absence de Dieu, sur cette respiration causée par son retrait, désormais c’est son Absence elle-même que l’on voudrait nier : l’ellipse a flétri et la parenthèse s’est fanée. Il n’y a plus que ces présences permanentes, ces cartographies visibles partout. À mesure qu’on inventait les loupes les parasites se sont mis à grouiller. Les acariens sont apparus dans le sillage du microscope. L’homme infestait littéralement le monde alors que son regard se répandait dans les failles du visible.

Le réel, c’est-à-dire sa matière conjuguée au temps, est bien le résultat d’une machinerie sordide, d’un gigantesque complot à l’échelle des éons, et donc les petites traces terrestres que nous nommons civilisations, précession des équinoxes ou équations moléculaires, ne sont que les minuscules reliquats. Ce pan du réel dans lequel nous abritons nos souffles n’est qu’un parhélie généralisé.

Alors que faudrait-il dire de ces « complots » qui ont façonné l’histoire ? La question n’est pas de savoir s’ils existent ou s’ils sont une fabulation, mais de comprendre qu’ils ne sont que la retribution parodique d’un monde façonné sur le mensonge. Le complot est la condition même de l’existence de notre monde.

Aujourd’hui un individu sain d’esprit est celui qui pense que l’homme est allé sur la lune et des créatures microscopiques appelées microbes président à nos destinées. Le fou est celui qui pense qu’il est impossible de résumer l’homme à un sac de pus, à une charogne en devenir et à un étron cosmique se baladant entre les étoiles dans une vespasienne déboulonnée et hâtivement repeinte aux couleurs d’une dictature.

Le complotisme n’est jamais qu’un prophétisme amputé de sa vision. Le symbolisme des âges vu à travers l’œilleton crasseux de la psychologie bourgeoise des basses-fosses. Une Pythie qui parlerait avec la bouche d’un esclave, ce qui le condamne, d’emblée, au bûcher des Siècles.
Mais quant aux fours à merde qui se permettent de le juger, perchés sur leurs chicots de certitudes, ils se chargent bien eux-mêmes de creuser pour leur âme un tombeau d’épluchures.

Tristan Névis

25 janvier 2018 Contributeurs extérieurs

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2018 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0