L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Violences islamiques, violences catholiques : qu’a voulu dire le pape François ?

3 août 2016 Ardent ,

« Si je parle de violence islamique [1], je dois parler de violence catholique. »
— Source : Le Figaro.

Que fait le Saint-Père ? Parle-t-il à la manière des journalistes ou, pour tenir un discours sémiotiquement semblable, dit-il des choses sémantiquement différentes ?

1°) — Conformément à la théologie chrétienne, il rappelle que c’est Caïn qui a fait rentrer la violence dans le monde, et que cette violence est antérieure à l’islam dans le coeur de l’homme, même musulman. (Ceux qui prétendent l’inverse concèdent d’ailleurs, métaphysiquement, un drôle de pouvoir à Allah, au Prophète ou au Coran, celui de descendre aussi profondément que le baptême et le péché. L’Islam — entendu comme système de valeurs, code de lois, au mieux civilisation — excite/favorise/flatte au plus des passions mauvaises qui préexistent dans le coeur de l’homme, mais il ne saurait se substituer au péché.)

2°) — Regardant donc la violence comme une donnée humaine, il ne l’impute pas sans partage à une religion. Et alors, comme tout adulte bien élevé, a fortiori catholique, il ne rejette pas la faute de ses problèmes sur les autres, d’autant qu’il a très sûrement lu la parabole de la paille et de la poutre (Mt. VII, 3-5), et qu’il croit que nous sommes tous responsable de tous devant Dieu. Il mesure certainement que si, comme religion, le christianisme a davantage répandu la paix et la charité que toute autre, comme vraie religion, il est encore plus comptable des crimes de ses adeptes.

3°) — Il refuse de jeter deux continents l’un contre l’autre. Et quel catholique pourrait exalter un choc des civilisations, dont la principale cause est le péché de l’Occident ? Quel catholique peut disperser sa colère quand la guerre contre Mammon fait rage plus que jamais ? (À quoi devons-nous l’immigration sunnite en France ? Aux commandements du Prophète ou aux directives de Junker ?)

4°) — Il se souvient de l’excellent discours de son prédécesseur à Ratisbonne, qui a eu les conséquences que l’on sait : sept églises attaquées en Palestine, deux chrétiens assassinés en Irak, et une religieuse assassinée en Somalie. Tout en évitant la casse, il démontre lui aussi — à son corps défendant ? — que l’Islam est actuellement incapable de rendre compte de lui-même, si tant est que ce soit possible un jour, quand bien même tout propriétaire d’un compte twitter s’improviserait herméneute officiel.

5°) — Il ne reconnaît donc pas au califat auto-proclamé le pouvoir de définir l’islam, serait-ce par la violence ; il refuse que les terroristes « établissent leur propre justice » (Rom. X, 3) ; il leur dénie le droit d’ancrer le terrorisme métaphysiquement et spirituellement. Et il en a le mandat, à la différence de tous ses détracteurs. Seul il décide quels violents raviront le royaume de Dieu (Mt XI, 12), et dans quelle bataille.

6°) — Il cherche à humilier les nationalistes français, à contredire Dominique Venner, à désarmer l’Occident, à abolir la doctrine du double-effet, interdire la légitime défense, prohiber la guerre juste, empêcher les États de protéger leurs ressortissants, à relativiser les crimes commis au nom de l’Islam, et à faire endosser aux catholiques les attentats qui ont frappé nos compatriotes et coreligionnaires, alors même qu’il est le seul à être visé nominalement par Daesh.

Alors, quel est le plus probable ? Est-ce vraiment la sixième solution ?


[1Et il vaudrait mieux traduire par « violence musulmane », d’après le professeur Jean-Marie Salamito

3 août 2016 Ardent ,

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0