L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà.

4 novembre 2011 Jean Herbottin

Si vous avez suivi l’actualité pendant le mois d’août, un événement aura sans doute retenu votre attention : les JMJ. Je ne suis personnellement pas très enthousiaste vis-à-vis de ces mouvements de foule, ayant peu d’affection pour les masses et ce festivisme à tout crin. Que voulez-vous, c’est mon côté austère de janséniste sur le retour. Toujours est-il que ce rassemblement a le mérite d’être un fantastique outil d’évangélisation des jeunes, un point d’ancrage d’une Foi fragile dans un monde ayant substitué l’immédiateté du profit à l’humilité de l’Espérance. Les JMJ sont de ce point de vue une lueur : la Lumière du Christ dans le monde d’aujourd’hui, la réaffirmation du caractère missionnaire de chaque chrétien. Les JMJ, c’est une oasis dans un monde desséché.

Alors cette fois-ci, les médias en ont parlé. Mais comme d’habitude, de manière pitoyable : Les polémiques sur le coût de la manifestation, le couplet habituel sur l’arriération morale de l’Eglise, j’en passe. En revanche, l’on nous aura servi avec une certaine passion ces manifestations d’indignés hurlant contre le Pape, pancartes obscènes à l’appui, insultant les jeunes. Toutes les chaines de télévision l’ont relayé, les journaux l’ont repris en chœur, internet s’en est amusé… On les a revus partout : à Munich lors du Kirchentag de 2010, à Barcelone et à Berlin pour les visites pontificales… Sans parler des Kiss-in devant les cathédrales, ou sur le passage du souverain Pontife. En plus d’être injurieuses, ces manifestations sont violentes, puisqu’il en résulte à chaque fois nombre de blessés. Les journalistes, chercheurs du néant, n’en ont cure... Il s’agit là d’une chose parfaitement normale. Je ne dis pas qu’il faut interdire ces pratiques. La liberté d’expression est nécessaire, la dérision et la provocation également. Le problème, en la matière, est que les médias traitent les manifestations d’une manière différente selon qu’elle soit libertaire ou catholique. Les manifestations chrétiennes n’ont pas le droit au même traitement médiatique que la Gaypride, et sont immédiatement cataloguées de réactionnaires. Il ne s’agit plus d’une manifestation, mais d’une atteinte à la liberté de créer. Il ne s’agit pas de manifestants, mais de dangereux suppôts de l’extrême-droite qui, quelle odieuse subversion, osent réciter leur chapelet en pleine rue ! Permettez-moi de pousser un cri d’indignation… Que ces gens soient d’extrême droite, nous pouvons être d’accord pour certains d’entre eux. Mais traite-t-on avec autant de mépris les membres de l’ultragauche ? Je ne crois pas. Mais passons. Mon interrogation est la suivante : pourquoi d’un côté rapporte-t-on une manifestation avec sympathie, et une autre avec mépris ? Je ne souhaite pas tomber dans la victimisation. Je veux juste comprendre pourquoi il existe une telle distorsion ? Un « extrême », encore que l’on use de ce terme avec un peu de facilité, étant donné qu’est aujourd’hui extrême tout ce qui ne répond pas aux canons de la police de la pensée, est-il plus tolérable à gauche qu’à droite ? Si tel est le cas, où se situe le catholique ? Est-ce un critère aggravant ? Un bon catholique est-il un catholique qui se fond dans la masse, ne croyant pas aux vieilles chimères du passé ? Doit-on croire en ce que la presse croit ?

J’aimerais qu’un journaliste me réponde…

4 novembre 2011 Jean Herbottin

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2020 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0