L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Sciences Po : la faucille et la matraque.

20 novembre 2011 Jean Herbottin

L’UNEF vous l’affirme : l’ordre règne à Sciences Po.

De l’arrogance au ridicule, il n’y a qu’un pas

« Moi, j’aime que les croyances religieuses restent privées. Se soucie-t-on des convictions de nos amis bouddhistes sur la forme idéale de la cellule familiale ? Aucunement, bien sûr ! Que la religion catholique soit historiquement prédominante en France ne devrait pas lui créer des droits de facto a s’immiscer dans des débats publics relatifs aux questions de moeurs ou de société [1] ». (sic, sic et resic).

L’auteur de ce commentaire minable sur un article faisant grand bruit ces derniers temps est un véritable relais de ce qui se dit dans le monde médiatico-étudiant de nos jours [2]. Les étudiants étant constamment scotchés à la télévision, à regarder des âneries en buvant de la vodka pomme, il ne faut pas s’étonner que les programmes laïcards de mes amis les journalistes ne viennent alimenter les gouffres insondables de leur vacuité intellectuelle. Que les étudiants de Sciences Po soient totalement ignorants de ce qu’est la religion ne leur donne aucun droit de facto à s’immiscer dans ce débat. Parler de laïcité, c’est d’abord savoir de quoi l’on parle. La laïcité n’est en aucun cas le bannissement du religieux de la sphère publique. C’est l’égalité des religions, afin de permettre la paix civile. C’est la liberté de conscience, et non l’étouffement de la Foi. Au nom de quoi, DIANTRE, la religion devrait-elle se taire sur les questions de mœurs ou de société ? Parce qu’elle ne fait pas partie de la piétaille syndicale ? Son message est universel, et les chrétiens sont des citoyens comme les autres… tout comme les prêtres. L’expression de leur opinion n’est pas moins légitime que celle d’un syndicaliste ou d’un artiste. Le Chrétien a même le devoir d’être dans le monde.

Au lieu de parier sur la sottise de l’auteur de ce commentaire, bien que ce soit là chose tentante, je préfère dire que cela témoigne d’une méconnaissance de ce qu’est la liberté d’expression. Cette liberté est pour tous, même pour les catholiques. Elle est autant pour les promoteurs de l’avortement que pour ses détracteurs. Elle est autant pour le curé que pour l’imam. Elle est autant pour l’étudiant catholique que pour le syndicaliste. La plupart des commentaires que j’ai pu lire témoignent au mieux d’une grande méconnaissance de ce qu’est l’Eglise, au pire d’une incohérence coupable. L’on ne saurait être pour la liberté d’expression et condamner avec autant de verve, et même de sottise un papier qui témoigne d’une Foi authentique dans Notre Seigneur Jésus Christ. Sachez qu’une Foi n’est pas comme une appartenance politique. Elle est totale, ou n’est pas. Elle est encore moins une idéologie [3]. Le Christ vomissait les tièdes. Être chrétien, c’est être ardent, témoigner de sa Foi, lutter contre ce qui lui est contraire par des moyens pacifiques. C’est ce que fait ce "Charles-Maurice". Tiens, d’ailleurs, des commentaires critiquaient la supposée appartenance politique de ce brave garçon... C’est ce que l’on appelle une attaque ad hominem. Ces procédés n’honorent certainement pas leurs auteurs, qui n’ont d’autre excuse que leur arrogance, marque de fabrique de l’école. Toujours est-il que la chose semble à présent entendue : la bien-pensance n’a pas besoin d’une police de la pensée, chaque étudiant de Sciences-Po ayant sa propre matraque.


[1Vu sur le profil facebook de Richard Descoings

[2Vous pouvez lire sur se sujet l’excellentissime article de mon camarade Carl Moy-Ruifey

[3Comme l’affirmait avec une grande assurance une gourgandine de l’UNEF

20 novembre 2011 Jean Herbottin

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0