L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Nos plumes sont des fourches

Comme nos chers lecteurs le savent bien, le Rouge et le Noir fut torpillé par l’ennemi il y a plus de deux semaines. Mis hors d’état de nuire au système, votre serviteur et ses camarades ont du se rabattre sur les réseaux sociaux. Là était notre seule manière d’exister en tant que gazette en-ligne catholique. Mais le gazouillis des mots-dièze n’a pas l’écho puissant du cri de la chouette. Seuls, la situation eut été desespérée.

Seuls ? Grâce à Dieu, nous ne l’étions point. Vous étiez là à nous assurer de vos messages de soutien. Nos camarades de réinformation étaient également là, comme l’a récemment indiqué notre réac’ chef dans son éditorial de novembre. A tous, je veux dire merci.

En premier lieu parce que vos encouragement ont réchauffé mon coeur de corsaire. Ensuite, parce que, lecteurs ou rédacteurs amis, vous n’avez pas posé le fusil à terre. Vous avez continué le combat.
Et comme notre combat est culturel et médiatique, vous avez continué à porter le message à contre-courant que nous avons en partage. Aujourd’hui, le Rouge et le Noir est de retour, et pour de bon. La réinfosphère est gaillarde ; de concert, et avec notre cher lectorat, il nous faut peser pour contrer la dialectique morifère de l’ennemi.
Avertir sans cesse les Français du danger qui les guette, eux et leurs familles.

Permettez-moi une comparaison. Durant les guerres de Vendée, l’information était, comme aujourd’hui, un enjeu essentiel. Afin de communiquer entre eux les mouvements de l’ennemi, les Vendéens faisaient usage des moulins qui parsèment Mauges et Bocage. Le positionnement des ailes signifiait tour à tour que l’ennemi était proche, qu’il était parti, qu’il fallait se mettre en branle-bas, etc. Les Bleus brûlèrent les moulins de Vendée : sans coordination, les insurgés éparpillés étaient plus aisés à mater.
Le Rouge et le Noir est l’un de ces moulins qui informent le peuple des mouvements de troupes ennemies. Nous l’avons rebâti !

Le régime et ses sbires veulent baillôner les opposants. Le révolutionnaire terroriste Merlin de Thionville pouvait s’écrier en 1793 : «  Les Brigands n’ont pas le temps d’écrire ou de faire des journaux. Cela s’oubliera comme tant d’autres choses ». Ce n’est plus vrai aujourd’hui.
Le combat mené par la France éternelle contre ses bourreaux ne s’oubliera pas. Nous jurons d’en écrire les pages à l’encre indélébile.

Nos plumes sont des fourches !

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2020 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0