L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[MUNICIPALES] Y-a-t-il eu un effet « Manif pour tous » ?

Les faits :

La veille du premier tour des élections municipales, la Charte de la Manif pour tous avait été signée par 2000 candidats ("un chiffre énorme !", s’exclamait en « off » une journaliste parisienne, en l’apprenant). Environ 57 % étaient sans-étiquette, 20 % UMP-UDI-MoDem, 19 % FN et 4 % divers.

Plusieurs têtes de liste signataires ont été réélues dès le premier tour, souvent des ténors de la droite : Claude Goasguen (Paris, XVIe), Jean-François Legaret (Paris, Ier), Jean-Christophe Fromantin (Neuilly), Hervé Mariton (Crest), Jacques Bompard (Orange), Jacques Myard (Maison-Laffitte), Eric Woerth (Chantilly), Laurent Wauquiez (Puy-en-Velay, qui s’est décidé deux jours avant le scrutin pour signer la Charte !)... A noter que Bruno Nestor Azérot, héros des débats parlementaires de l’an dernier et soutien de la Manif pour tous, est le maire le mieux réélu de Martinique, avec 73, 8 % des voix.

Un effet « Manif pour tous » limité...

Le mariage gay n’a pas occupé une grande place dans le scrutin. Un sondage Harris Interactive réalisé en octobre 2013 indiquait qu’il représentait un enjeu pour 41 % des électeurs (partisans et opposants compris), loin derrière les impôts locaux, l’accueil des Roms et les rythmes scolaires. En revanche, le même sondage indiquait un intérêt supérieur dans l’Ouest, et pour les personnes âgées.

Les candidats qui ont fait campagne en étant focalisés sur le mariage gay, comme à Versailles, contre le maire sortant François de Mazières, ou à Rambouillet, ont tous échoués : on ne bâtit pas un projet politique sur les seules valeurs morales, surtout lorsqu’il est local.

Par ailleurs, des figures de droite favorables au mariage gay (en public ou en secret), comme François Baroin à Troyes, Fabienne Keller à Strasbourg, et Benoist Apparu, député UMP ayant voté pour la loi Taubira, à Châlons-en-Champagne, ont obtenu de très bons scores.

... Mais prometteur

Néanmoins, ce test électoral grandeur nature de transformation de la Manif pour tous en pôle d’influence politique ouvre de larges perspectives. D’abord, de nombreuses listes UMP, UDI et FN ont pris des militants et des cadres de la Manif pour tous, même celle d’Alain Juppé à Bordeaux.

Ensuite, sur le plan électoral, le recul du PS dans l’Ouest, tempéré comme son climat, et où le souvenir chrétien reste fort, peut être interprété comme une défiance envers le débat de l’an passé, et les menaces des PMA et GPA. A Caen, bastion socialiste, le succès du candidat de droite Joël Bruneau, qui a pris sur sa liste des cadres de la Manif pour tous, affole les associations LGBT locales. A Rennes, le PS distance de 5 points la droite, mais en perd 11 par rapport à 2008. La candidat UMP compte d’ailleurs parmi ses colistiers Najib Guarraz, militant musulman de la Manif pour tous, qui avait prononcé un discours le 26 mai 2013.

C’est là que se situe la grande espérance de ce scrutin : que 42 % des catholiques pratiquants réguliers aient voté en fonction du mariage gay, comme l’indique La Croix est somme toute normal (et rassurant). Par contre, que 45 % des musulmans aient voté pour une liste UMP est très significatif.

La surenchère LGBT du PS semble avoir un effet sur cet électorat, qui a voté en masse pour François Hollande en 2012. A Argenteuil, le candidat UMP ne s’est pas gêné pour tracter devant les mosquées et rappeler que son rival socialiste était favorable au mariage gay.

La montée d’une bourgeoisie musulmane, et d’une génération de musulmans actifs en politique, toutes deux sensibles au respect de la famille et des valeurs morales, pourrait bouleverser la donne, et rebattre les cartes : à gauche, où la faillite du LGBTisme comme seul horizon politique éclaterait au grand jour, et à droite, où le rejet commode du péril musulman deviendrait impossible à tenir, et où l’on serait obligé d’avoir une réflexion sur l’islam, sans caricatures, et en vérité.

Que le mariage gay ait, paradoxalement, pour résultat d’associer les musulmans à la défense de la France, ce n’est pas encore le cas. Mais c’est une espérance, que les chrétiens peuvent partager, et relayer.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0