L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

La préoccupante situation des Chrétiens d’Orient - Pâques en Irak

L’auteur de cet article a foulé le sol irakien en tant que volontaire de l’ONG SOS Chrétiens d’Orient, présente en Irak, en Syrie et au Liban.

L’Irak fut un point de départ dans l’histoire de l’humanité ; ancienne Mésopotamie, terre fertile qui vit les prémices de l’écriture et s’ériger, en son sein, la célèbre Babylone.
Entre le Tigre et l’Euphrate, les civilisations défilent, cette terre subit les invasions successives des empires ottoman, arabe ou encore mongol.
Mais à présent, à la suite des Etat-Unis, vient l’Etat Islamique. On assiste alors à une véritable destruction de cette richesse, de tout cet héritage, qui faisait la valeur de l’Orient.
La présence millénaire des Chrétiens en Irak est aujourd’hui en péril. Ils étaient encore un million en 2003. On n’en décompte désormais que 200 000.

Depuis l’invasion de Daesh sur Mossoul et Qaraqosh en juin et août 2014, Erbil fait office de ville refuge. Plusieurs camps de réfugiés se sont formés, croulant sous l’afflux massif de chrétiens. Cela fait donc 9 mois que ces déplacés de la plaine de Ninive vivent - ou plutôt survivent - dans des conditions plus que précaires. Sur certains campements, il n’est pas rare qu’une famille de trois enfants vive dans une pièce de 15m2.

Ces familles étaient instruites et tenaient pour la plupart de bons postes. Commerçants, médecins ou encore ingénieurs, ces hommes et femmes constituaient une véritable richesse pour leur pays, une élite. Dotée d’une forte culture assyrienne, cela faisait d’eux un peuple à part ; sa langue, son drapeau, son histoire, ses traditions. Ils avaient pu, jusqu’à la chute de Saddam Hussein en 2003, vivre convenablement et sans trop de difficultés, mais depuis lors, leur situation n’a cessé de se dégrader.

Des camps se sont donc constitués, dont certains, comme celui de "Karemlesh" portent les noms des villages laissés à l’Etat Islamique. Ces Chrétiens sont restés entre eux, ont fui avec leurs voisins, familles et amis.
Ils célébraient pour la première fois Pâques loin de chez eux et ce, avec plus de ferveur qu’on ne peut l’imaginer en Occident. Organisant, dans leur camps un concours de décoration d’œufs, où chaque famille apportait son assortiment et le déposait sur une longue table centrale. Revêtant leurs plus beaux habits afin d’assister aux cérémonies religieuses. Et se souhaitant de Joyeuse Pâques comme on se souhaite ici le Nouvel an.

Ces personnes qui ont dû tout quitter, qui se sont refusées à la conversion musulmane, sont désormais tiraillées entre l’espoir de retrouver un jour leur vie d’avant, leur maison, leur travail et l’envie de fuir loin de ce pays.
Beaucoup de Chrétiens d’Orient sont déjà partis en exil. Au Liban par exemple : le pays du Cèdre totalise une population de 4,8 millions d’habitants et un nombre d’immigrés atteignant bientôt les 2 millions. On les retrouve également jusqu’en Europe et en Amérique du nord.

Chaque semaine pourtant, une nouvelle rumeur s’installe : « Cette fois-ci, c’est la bonne, Mossoul va être reprise. Et nous pourrons ainsi rentrer chez nous.. » « Les Peshmerga préparent une offensive sur Qaraqosh, dans deux, trois mois, tout sera réglé ».
Mais cela fait bientôt 9 mois, et rien ne change.
En attendant, les Kurdes profitent de la situation en leur louant des maisons insalubres à des prix exorbitants.

Erbil est considérée par les Kurdes comme leur capitale. Capitale d’un Etat naissant qui émerge en parallèle du chaos provoqué par l’Etat islamique et de la faiblesse de Bagdad.
Erbil reste une ville forte, une ville où s’hérissent de nombreux check-points et où patrouillent les Peshmerga, mais qui demeure cependant à une trentaine de kilomètres de la ligne de front. Dans une région sans cesse en mouvement, où les djihadistes poursuivent leur inexorable avancée.

Mathilde Gouret

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0