L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

La manif’ pour qui ?

Vous n’osiez pas vous rendre à la manifestation en faveur du mariage pour tous ? Pierre Vallinat et Astrid Clauzet, nos amis de la Table Ronde, eurent ce courage. Voici leur compte-rendu.

Ils étaient exactement là où on les attendait. Haineux, anti-chrétiens et surtout, surtout, peu nombreux. Disons-le même, ridiculement peu nombreux. Ridiculement, tant en comparaison du succès de la Manif Pour Tous qu’en regard des faveurs dont ont bénéficié les partisans du mariage gay. 125 000 personnes, le chiffre de la police est tombé en fin d’après-midi. C’est à peine plus du tiers de la manifestation du 13 janvier selon la même police. Et on en trouvera encore pour nous dire que le « mariage pour tous » est revendiqué par la majorité de la population !

Rien de nouveau sous le soleil lors de cette marche ultra politisée : Parti socialiste, Front de gauche, UNEF, LMDE, Ligue des Droits de l’Homme… c’est toujours la même clique que l’on retrouve, battant inlassablement le pavé parisien dans une inénarrable course au politiquement correct. CPE, réforme du lycée, retraites, c’est à qui sera le plus consensuel, le plus progressiste, le plus empressé à se faire mousser auprès des lobbys. Lobby (gay en l’occurrence) extrêmement bien représenté par ailleurs ce dimanche : le Grand Orient en grande tenue, les Femen en petite tenue, les extrémistes d’Act Up, toujours accueillants dans leurs défroques noir terroriste, et Pierre Bergé himself, qui avait généreusement loué ses jambes à la manif.

Ce qu’il faut reconnaître néanmoins, c’est la bonne tenue globale. Les consignes ont été respectées, il s’agissait de bien présenter. On eût donc cherché en vain quelque accessoire en cuir, homme en bas résilles ou plume mal placée. Outre les Femen seins au vent, c’est tout juste si l’on croise quelques redskins, punks à chiens et, évidemment, les quelques inlassables comiques déguisés en curé – clergyman inclus. Sans eux, le tableau n’eût pas été complet.

Mais là, donc, il l’était. Car à cette très prévisible liste (on a omis la longue liste des élites pontifiantes de gauche et l’indécrottable Roselyne Bachelot), il suffit de rajouter quelques hétéros assez idiots tolérants pour trouver drôle d’être tournés en ridicule par ces gays qui revendiquent le monopole de l’élégance et les traitent de beaufs (« Avec deux papas pédés, plus d’enfant mal habillé », « On veut la PMA, on vous laisse le PMU  »), une poignée de vieilles soixante-huitardes dont on a du mal à ne pas rire en les voyant, à 70 ans passés, brandir des pancartes réclamant des enfants, et les militants des diverses associations LGBT et assimilées. On en arrive donc à 125 000, soit un nombre qui semble tout à fait en cohérence avec le caractère groupusculaire de cette communauté qui se veut tellement plus évoluée que les autres alors qu’elle n’arrive toujours pas à comprendre la différence entre droit et désir.

Quand on voit le niveau global des slogans et pancartes, on est d’ailleurs rassuré qu’ils aient été si peu nombreux. Au moins, la majorité des Français n’est-elle pas obsédée par ses parties génitales et la bagatelle sous toutes ses formes. Ce qui, bien sûr, n’est certainement pas le cas de la communauté LGBT, qui dénoncera à n’en point douter cette liste (non exhaustive) de slogans lus et entendus sur place :

« Des moules, des frites et des mariages ! »
« Bite dans le cul ou pas, on veut les mêmes droit »
« Nous ne sommes rien, suçons-nous  ! »
« Mon cul est un lieu d’ébats, pas de débat  »
« Moi, la pelouse, je ne la piétine pas, je la broute »
« Je mets mes doigts partout, pourquoi pas dans une bague »
« Moi aussi j’attends le mariage pour me faire enculer. »
«  Pas de messe pour nos fesses »
«  L’homophobie tue la sodomie« 
Etc…

Pour le reste, nous vous laissons à la sélection de photos [ndlr : plus de soixante photographies sont disponibles sur le site de la Table Ronde] que nous avons prises sur place. Reste à voir comment le gouvernement et le Prédisent réagiront après cette mobilisation nettement moins « consistante » que celle de leurs opposants. Il est vrai que quand on ne représente que soi-même, il est plus difficile de mobiliser largement. Mais enfin, le ridicule ne tue pas, tant mieux pour eux.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0