L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

La droite, aimez-la ou quittez-la !

Il y a une décennie, être de droite était un sujet de honte ; se dire de droite, l’objet de moqueries. Après la catastrophe mitterrandienne et le poison du « Touche pas à mon pote », la subversion intellectuelle de la gauche continuait à déverser son fiel sur notre pauvre France. La santé mentale de notre pays n’allait pas en s’améliorant sous la présidence de Jacques Chirac, l’homme qui vendit la France à la bureaucratie bruxelloise, refusa de reconnaitre les racines chrétiennes du continent et supprima le service militaire. Comme quoi, on ne guérit jamais vraiment de sa jeunesse gauchiste.

Aujourd’hui, les choses ont changé, et fort heureusement. Si le quinquennat de Sarkozy fut un échec sur bien des points (l’entrée de 200 000 immigrés légaux annuels sur notre sol, sans compter les clandestins ; la forfaiture de Lisbonne ; l’ouverture ; la progression de l’enseignement du genre à l’école...), il eut le mérite de libérer quelque peu la parole de droite. Mais c’est bien peu.

C’est à la société civile et aux Français eux-même, au pays réel, que revient le mérite d’avoir réveillé une droite endormie et gangrenée par le relativisme. Pendant des décennies, la droite courait après la gauche et recherchait des certificats de bonne conduite auprès des docteurs de la bonne-conscience gauchisante. Cette époque est terminée. Le peuple est descendu dans la rue pour défendre le droit naturel et la famille traditionnelle. Les Français ont ouvert les yeux sur la réalité de notre pays  : fichage et répression des opposants, mensonges d’Etat, corruption (Affaire Cahuzac), immigration sauvage, propagande LGBT, etc. Le pays réel ne s’endormira pas de sitôt.

Nous endormir, c’est pourtant ce que compte bien faire une partie de la soi-disante droite. Ces gens, qui se revendiquent de l’opposition, se disent de droite mais n’en ont que le nom. Vous voyez très bien de qui je veux parler : l’une de ces personnes sera candidate à la mairie de la capitale. Un autre est un ancien premier-ministre. Enfin, l’un d’eux dirige le Parti prétendument de droite, adopte des postures droitières, mais ne vaut guère plus que les autres hypocrites.

Ces gens ont un point commun : ils veulent votre vote, car c’est là leur métier. Alors ils ne rechigneront pas à vous mettre la larme à l’oeil, à vous faire croire qu’ils sont de votre côté et qu’ils sont le premier rempart au socialisme.

Peut-être en effet ne sont-ils pas tout à fait socialistes. Mais sont-ils de droite ?
Non. Non car, comme la plupart des apparatchiks de cette machine électorale
 :

  • Ils n’ont cure de la souveraineté nationale, chaque jour grignotée par des bureaucrates cooptés à Bruxelles. Plus de 80% des dispositions législatives adoptées en France ne sont en fait que des transpositions du droit européen. Cela vous pose un problème ? Pas à eux, en tout cas.
  • Ils ne sont pas unis sur le thème le plus fondamental qui soit : la Famille. Certains ont eu le mérite de défiler lors des premières manifestations et de s’engager vraiment. D’autres ont été bien plus réservés ; enfin, certains étaient carrément en faveur du mariage ganymède. Surtout, aucune ligne commune ne se dégage quant à l’avenir de la Famille : l’abrogation de la Loi Taubira n’est même pas au programme général dudit Parti ! Pour une large part de ces « conservateurs d’apparence », la Manif pour tous n’a été qu’une vaste entreprise de récupération, de séduction, de mensonges.
  • La Vie est le dernier de leurs soucis : qui, parmi eux, oserait dénoncer le mal intrinsèque que constitue l’avortement ? Rappelez-vous, nous étions tous des embryons. Même eux, je vous l’assure. Tout juste pouvons-nous espérer le réveil de quelques uns sur les questions de bioéthique et d’euthanasie.
  • Les Affaires étrangères, enfin... On a beau jeu de critiquer la sollicitude de Fabius envers les djihadistes syriens, mais les soi-disant hommes de droite n’ont pas été plus exemplaires en suivant BHL dans son expédition lybienne.
  • Ces gens-là haïssent le Front national. Il faut dire que la nouvelle génération de marinistes a de quoi agacer, tant elle est étatiste, jacobine, républicaine et peu décidée à défendre la Vie et la Famille. Mais ce parti est plus large que cela. Surtout, cela n’autorise pas le chef des « conservateurs » à refuser de serrer la main de la plus jeune parlementaire. Cela n’autorise pas les apparatchiks dits de droite à mépriser des militants, des sympathisants et des électeurs qui veulent que France demeure. Là encore, la droite établie continue de courir derrière la gauche en ostracisant une part grandissante de la famille de droite.

Enfin, c’est à vous, hommes politiques et responsables "de droite", que je veux m’adresser.

Vous vous positionnez à droite. Mais êtes-vous vraiment de droite ? Défendez-vous la Patrie, la souveraineté, l’identité, les valeurs traditionnelles, le droit naturel, la Vie et la Famille, la primauté de la personne et les libertés concrètes ? Si oui, alors il vous reste quelque chose de grand à bâtir  : un vrai mouvement politique défendant ces idées de bon sens.

Si non, vous n’aimez pas la droite, c’est un fait. Alors quittez-la, et assumez la vacuité de vos programmes.

Le peuple de droite s’est levé. Il n’est plus dupe.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0