L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Jeunes, engageons-nous !

20 juin 2013 Bougainville

Le 26 mai dernier, l’auteur de ces lignes endossait à nouveau le T-shirt jaune des volontaires pour aller prêter main-forte au pôle élus de La Manif Pour Tous, au départ du cortège de Porte Dauphine. Les volontaires se mêlaient dans un joyeux bazar aux journalistes et aux gros bras du MIL [1] assurant la sécurité non-officielle des dignitaires de l’UMP. Il y avait là la fine fleur de ce qu’il est convenu d’appeler la droite parlementaire. Un havane à la bouche, Claude Goasguen, député-maire du XVIe arrondissement, lança aux volontaires : « ne cassez rien, vous êtes ici chez moi ! » Sans confondait-il l’événement avec un défilé en l’honneur du PSG...

Mis à part une poignée d’électeurs reconnaissant leurs députés, on ne se bousculait pas pour saluer les ténors UMP et UDI dans le cortège. Seuls Hervé Mariton et Henri Guaino étaient identifiés et acclamés. Quant à Jean-François Copé, il fut pris à partie au moins deux fois sur le trajet par des groupes de manifestants - tous des jeunes - lui hurlant : « abrogation ! » Une fois le carré des élus arrivé à l’esplanade des Invalides, les principales têtes d’affiche décampèrent, sauf Henri Guaino, qui prit le temps de se balader au milieu de la foule, sans garde du corps ni attaché de presse, discutant avec les badauds. Un jeune lui reprocha d’avoir voté oui, « par erreur », lors du vote de la loi : « Si le vote s’était joué à quelques voix d’écart, ma carrière était foutue », répondit-il simplement. Un autre lui demanda s’il était possible d’abroger la loi en 2017 : « Ceux qui vous promettent cela mentent. Ce sera trop tard dans cinq ans, c’est pour cela qu’il faut se mobiliser maintenant. » Il s’en alla ensuite seul dans son coin, comme s’il voulait imiter André Malraux jusque dans la démarche solitaire et mélancolique.

Devant ce spectacle décourageant, comment ne pas céder au « tous pourris » ? Car il s’agit pourtant de transformer l’essai, de faire naître quelque chose de nouveau, et de changer le visage politique de notre pays.

La première objection serait que nous sommes seuls. L’UMP a été dépassée par la mobilisation populaire née de Frigide Barjot et de La Manif Pour Tous. Si les manifestants sont, dans l’ensemble, conservateurs et chrétiens, ils ne se retrouvent pas ou plus dans ce parti, dont les trahisons et l’opportunisme sont connus. D’ailleurs, le danger de voir l’UMP récupérer le mouvement est réel. Guillaume Peltier, l’ambitieux secrétaire national de l’UMP, aurait le projet de créer un courant chrétien au sein du parti, dans le but de capter les foules de La Manif Pour Tous, et de les offrir à Nicolas Sarkozy s’il s’avisait de revenir en 2017. Cependant, la saignée de l’UMP en termes d’adhérents, passés de 280 000 à 84 000 en un an [2] limite peut-être la nuisance d’un parti plus occupé par ses propres difficultés financières que par celles de La Manif Pour Tous.

Quant à l’idée même de parler avec la gauche... Mes camarades de plume ont critiqué le communiqué des AFC du 12 juin, appelant à l’engagement politique « à droite comme à gauche » [3]. Pourquoi donc ? Si la gauche vote comme un seul homme en faveur du supermarché des moeurs, c’est aussi parce qu’il n’y a plus de voix en interne pour s’y opposer. Un seul militant socialiste chrétien et fidèle à son baptême, s’il est actif, peut faire bafouiller sa section sur le mariage gay, et une poignée de contestataires peut limiter les dégâts face à des obsédés de la PMA et de la GPA.

Il est de bon ton de se moquer des « cathos de gauche », qui n’assumeraient pas leur foi, ou qui se seraient compromis avec la Bête. Pourtant, s’il y a une chose dont les chrétiens doivent se débarrasser avec d’autres schémas mentaux de ce genre, c’est la conviction que seule la droite est parfaitement compatible avec la foi.

Hier, on pouvait s’en tirer à bon compte en se disant de gauche « pour la justice sociale » et de droite « pour les valeurs ». Aujourd’hui, l’unité du libéralisme, économique et sociétal, est en train de redéfinir les clivages partisans, et de jeter les bases d’alliances inédites : Jean-Luc Mélenchon et ses partisans avec les banques d’affaire américaines pour le militantisme LGBT, mais aussi écologistes cohérents avec défenseurs de la famille lors de La Manif Pour Tous [4]. Ce sont autant d’opportunités de créer des coalitions sur la base des valeurs, et non plus sur des idéologies ou des visées économiques.

Il faut actuellement gérer à la fois l’urgence situation, et l’exigence de tenir dans la durée. Les fondations ont déjà été posées : le terreau militant est là, la nouvelle génération est présente et mobilisée. Elle a fait pendant presque un an de la politique au sens noble, une première pour beaucoup, et y a pris goût.
Il lui faut à présent se former, intellectuellement (en particulier sur l’euthanasie, problème éthique et philosophique autrement plus complexe et délicat que le mariage gay, gadget symbolique et vaste erreur de définition) et spirituellement : pour nous autres, jeunes chrétiens passés par les scouts et les JMJ, c’est une condition vitale. Car nous ne nous battons pas pour nous, mais pour quelque chose qui nous dépasse, un socle fondamental qui n’existe que parce qu’il fait partie du plan de Dieu, un message que l’Eglise propose à la société. Enfin, l’imitation du Christ est la meilleure force sur qui s’appuyer, et la meilleure protection contre les tentations et les excès.

A ce devoir de formation s’ajoute le devoir d’engagement, pour influencer la société, et en son sein, la vie publique. nous avons une gamme de choix variés : associations, lobbies, partis etc. Il faut qu’il y ait des chrétiens partout, pour qu’ils rayonnent tous de la même espérance qu’ils partagent, et indépendamment de leurs convictions sur certaines approches terrestres [5].

Tout reste à faire, mais les promesses de cette année passée sont immenses. Tous ceux qui ont vécu l’extraordinaire mobilisation pourraient s’approprier la parole de l’Évangile : « Votre joie, nul ne pourra vous la ravir ». (Jn 16, 22)

C’est à nous que sont également adressés ces mots de la fin du XIXe siècle, qui sont toujours d’actualité :

« Je le demande, où trouvera-t-on la claire intuition des choses, la sensation instinctive de ce qui est vrai, de ce qui est juste, si ce n’est dans ces âmes neuves, dans ces jeunes gens qui naissent à la vie publique, dont rien encore ne devrait obscurcir la raison droite et bonne ? Que les hommes politiques, gâtés par des années d’intrigues, que les journalistes, déséquilibrés par toutes les compromissions du métier, puissent accepter les plus impudents mensonges, se boucher les yeux à d’aveuglantes clartés, cela s’explique, se comprend ! »

Emile Zola, Lettre à la jeunesse, 1897.


[1Mouvement initiative et liberté, gang de colleurs d’affiches « gaullistes » et de militants de choc à la solde de l’UMP.

[5Précisons que s’il faut citer les « points non-négociables », il faut le faire jusqu’au bout : droit primordial à la vie, protection et promotion de la famille, liberté d’éducation, et aussi : protection des victimes de l’esclavage moderne, liberté religieuse, économie solidaire.

Source : Note doctrinale du Cardinal Ratzinger de 2002 : http://www.eglise.catholique.fr/download/1-682-0/note-doctrinale-proposde-questions-sur-l-engagement-et-lecomportement-des-catholiques-dans-la-viepolitique.pdf

20 juin 2013 Bougainville

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0