L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Je ne suis ni pour ni contre… Bien au contraire !

4 mars 2012 Jean Herbottin

Certaines mauvaises langues affirment que la sincérité de François Hollande serait toute relative. S’il est certain qu’une campagne électorale impose certains reniements, quelques incohérences ou encore menues omissions, il est bien des personnes qui affirment avec méchanceté que le candidat socialiste serait une girouette. A ceux-ci, je répondrais, avec mon éternelle naïveté, qu’après tout, c’est le jeu, et que pour la pêche aux voix, il faut déployer de beaux appâts : peu importe qu’ils soient douloureux une fois mordus, l’important est qu’on désire les saisir.

Quoi qu’il en soit, M. Hollande fait fort. Il fait du Sarkozy de gauche. Presque par obstination, quand Sarkozy lance un coup de barre à droite, il se sent obligé de virer avec la même force à gauche. Notons au passage la neutralité de notre presse : quand Sarkozy vire à droite, il « chasse sur les terres du front national », quand Hollande propose de dépouiller les riches, il devient une sorte de Libertador… C’est sûr que la figure du Che rend mieux sur un t-shirt que celle de Jean-Marie… Quoi qu’il en soit, si nous avions encore des doutes, les voici levés : l’élection de 2012 ne se gagnera sans doute pas au centre. François Bayrou, dont le gouvernail semble bloqué, s’enfuit loin vers des océans inexplorés, ou du moins visités par nombre de capitaines y ayant laissé leur carcasse. Quant à Marine le Pen, elle a tant viré à droite que, comme par magie, elle se retrouve à gauche... Disons la gauche d’il y a un siècle.

Mais revenons à notre cher François. Son axe de campagne est tout trouvé : il s’agit du contresens. Si Nicolas Sarkozy le fait à longueur de journée, il est nécessaire de constater qu’il parvient encore à sauver les apparences. Disons du moins que nous y sommes tellement habitués qu’une nouvelle ruade ne nous étonne plus. Pour M. Hollande, c’est plus délicat. Le candidat normal dit sans arrêt une chose et son contraire… Libéral à Londres, bolchévique à Paris... C’en est presque à se demander s’il désire vraiment être élu.

Dernier fait en date, lundi dernier, le candidat socialiste proclamait qu’il allait casser du riche. En proposant de taxer les revenus de plus de un million d’euros par an à 75%, notre Robin des bois au régime veut montrer que lui, d’abord, il n’est pas le président des riches. Sans blague… Il ne fait aucun doute que Noah, Bergé ou Pigasse sont éligibles au RSA. Remarquez que concernant certains, ils ne seront pas touchés, ayant déjà cherché asile à l’étranger. Comme le chantonnait Laurent Gerra cette semaine « Saga à friqués, ambiance de la bourse ». Je ne dis pas que Nicolas Sarkozy fait mieux, mais lui au moins l’assume. Au fond, peut-être qu’être de gauche, c’est ne pas assumer qu’on nage dans l’opulence. D’où le régime, probablement... Peut-être ont-ils plus d’états d’âme ?

Tout se serait bien passé si nous n’avions pas entendu parler de ces mystérieux émissaires dont Mickaël Darmon nous parlait cette semaine sur la matinale de Canal plus : « François Hollande, depuis hier, envoie un émissaire secret dans le monde du show-biz et du sport pour dire « on le fera pas ». [...] Parce qu’il y a des artistes qui aimeraient bien voter pour François Hollande mais ils sont quand même visés, alors il leur explique depuis hier “c’est un coup politique contre Sarkozy mais on le fera pas” ». Il aura suffi qu’un joueur de balle-au-pied s’exprime pour que s’écroule la statue du nouveau Lénine. Sans compter qu’il disait un an plus tôt qu’un tel taux était improductif et confiscatoire… Mais à tous ceux qui disent qu’il est une girouette, je réponds non ! François Hollande ne pense pas un mot de ce qu’il dit en meeting ou à la télévision, c’est différent. En somme, il nous prend pour des billes, comme les autres. La différence, c’est qu’avec lui, ça se démontre.

En effet, cet épisode n’est pas le premier : se prendre pour Cartouche ne lui suffit pas, il lui faut jouer au petit père Combes. La loi de 1905 dans la constitution, vous dis-je ! Le cléricalisme, voilà l’ennemi ! Le tout sur un fond de musique de film d’horreur. Les catholiques se préparaient déjà à prier dans la rue et à empêcher qu’un deuxième inventaire soit réalisé par l’armée. C’était sans compter sur l’extraordinaire formule révélée par la conférence des évêques de France : Rassurez-vous, mes bons pères, ce ne sont là que des propos de meeting.

En bref, Hollande n’est pas pour taxer les riches, mais veut les taxer, le tout sans les taxer en les taxant. Il veut inscrire la loi de 1905 dans la constitution, sans l’inscrire, mais en l’inscrivant tout de même. Ne cherchez pas la cohérence, il n’y en a pas. Et le pire, c’est que 29% des français y croient… Pardon, ils y croient sans y croire, cela s’entend.

4 mars 2012 Jean Herbottin

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0