L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Des cons, et des connards

Le site Atlantico a donc révélé l’existence d’un « mur des cons » dans les locaux du Syndicat de la Magistrature, classé et engagé à gauche. Le principe est simple : épingler sur un tableau la photo d’une personnalité publique honnie, souvent, on l’imagine, pour des raisons plus ou moins liées à des questions judiciaires. Accompagner, à loisir, la photo d’un commentaire sur la personne : à noter le très respectueux « L’homme de Vichy » qualifiant Brice Hortefeux.

Que des péquenauds de gauche se syndiquent, on avait compris que c’était là un acte souvent indispensable au bien de leur âme. Qu’ils se syndiquent dans le domaine éminemment délicat qu’est celui de la magistrature, c’est déjà moins simple, car il serait préférable qu’une telle profession sache garder une certaine neutralité. Que l’on fasse de son syndicat le lieu d’un engagement purement politique, pour lutter qui plus est pour le laxisme judiciaire tout en prétendant rendre « justice », cela commence à devenir assez incohérent et méprisable. Que l’on qualifie de cons toutes les personnalités publiques qui ont le malheur de ne pas être en accord avec les vagues théories de son syndicat, c’est tout simplement stupide et puéril, et c’est l’ultime preuve de la partialité totale de notre justice, si les récents enfantillages du juge Gentil ne l’avaient pas déjà prouvé.

Mais que l’on accroche parmi ces « cons » deux hommes, Jean-Pierre Escarfil et Philippe Schmitt, engagés dans un combat civique pour une justice plus sévère à l’encontre des criminels à la suite des agressions et meurtres de leurs filles respectives, c’est au-delà de tout. Parce que ces hommes ont su dépasser leur propre douleur pour chercher à permettre que dans leur pays plus aucune jeune fille ne puisse subir ce que les leurs ont subi, et qu’ils veulent pour cela revenir sur l’idéologie complaisante des sociologues d’opérette qui s’occupent de leur propre morale au lieu de la sécurité de tous, ils ont été mis au rang des « cons » ; leur présence révèle l’iniquité infinie des membres de ce syndicat, pour avoir affiché ou toléré cet affichage sur un tel tableau, et par-là montré le mépris qu’ils ont de la douleur humaine, plus encore que des espoirs de leurs concitoyens. Contrairement aux autres éléments qui constituent cette affaire, ces deux présences, tout simplement, légitiment la dissolution immédiate du Syndicat de la Magistrature, et la punition exemplaire de ses dirigeants, passés comme présents.

Puisque l’on parle de cons, je rappellerai que le monde est souvent représenté comme divisé entre les cons et les connards. Chacun a son con. On a en tout cas trouvé là un bon paquet de connards.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0