L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

L’urgence est à l’apostolat des laïcs

« Le Fils de l’homme, lorsqu’il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

L’histoire nous l’a appris, le synode sur la famille nous le répète, la guerre des tranchées n’est pas bonne stratégie militaire. A trop défendre ses vues, on paralyse ses troupes, on épuise les forces en opposition, et disons-le clairement, qui creuse sa tranchée creuse aussi sa tombe ! La guerre des positions, si catholiques soient-elles, n’est efficace à répandre l’amour de Dieu ni sur le palier de sa porte ni aux extrémités de la terre. Hélas, quel malheur de voir nos cardinaux, nos évêques, nos confesseurs, nos théologiens, notre sainte et bien-aimée Église catholique s’écharper face à un monde qui, comptant les coups, se délecte et se rêve en fossoyeur d’éternité. Du chef d’état-major aux simples bidasses, les stratèges chrétiens devraient mieux s’instruire de la parole impériale voulant que la meilleure des défenses soit l’attaque. Et qui d’autre que le grand apôtre saint Paul pour nous encourager à sortir de nos tranchées : « Debout donc ! Ayant aux reins la vérité pour ceinture, pour vêtement la cuirasse de la justice, et pour chaussures aux pieds la promptitude à annoncer l’Évangile de la paix. Avec tout cela, prenez le bouclier de la foi, grâce auquel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du Mauvais. Recevez aussi le casque du salut et le glaive de l’Esprit, qui est la parole de Dieu. » Une parole puissante, une parole prompte à enthousiasmer les armées du Christ, non à la défense parallèle, mais à une attaque suave au possible, celle qui consiste à gagner des âmes au bon Dieu.

Cela étant dit, c’est à moi, c’est à toi qui lis ces lignes que je voudrais m’adresser. Si tu es chrétien et que tu l’aimes, si tu te sens d’attaque et que tu veux faire quelque chose pour lui, joins toi au vrai combat, viens te mesurer aux martyrs dans l’arène dont parle l’apôtre. Du courage, de la force, une grande foi, voilà ce qu’il te faut pour répondre à l’injonction du Christ qui te veut dans le monde entier pour faire de nouveaux disciples. La voilà la vraie bataille qui t’attend. L’Église, à cause de l’image qu’elle donne d’elle-même, peu de personnes l’écoutent, mais toi, le chrétien anonyme et discret, tu peux aller partout, tu peux te faire entendre de tous. Tu peux profiter de chaque circonstance, de chaque moment, de chaque lieu pour remplir les jarres d’une eau que le Maître changera en vin ; tu peux user de tous les moyens possibles et inimaginables pour disposer à la foi l’âme moderne, celle qui habite à côté de chez toi comme celle qui est à l’autre bout de la planète. Témoigne de ta vie : amis, collègues, vie familiale et sociale, tu ne manqueras pas de travail. Fais vivre à ton entourage un christianisme d’évangile, concret, viril, bon et efficace, tel que tu voudrais qu’il soit aimé. Ne t’occupe pas comme on sait trop bien le faire chez nous des mœurs de tes voisins ; moque-toi des débats nuisibles, et ne réponds à une question que lorsque ton exemple de vie la suggère ; n’entre pas dans l’intime des gens, laisse-les ouvrir leurs cœurs ; fleuris le terreau dans lequel tu es planté.

Devant cette œuvre aussi simple que vaste, tu pourrais te sentir un seul. Eh bien c’est faux ! Certes tu es unique, mais tu n’es pas seul, tu appartiens au Christ et à l’Église, nous sommes des millions sur la terre. Cependant c’est à toi seul de travailler comme tu le souhaites à étendre le Royaume, c’est à toi de choisir tes armes et ton champ de bataille. Permets-moi ce conseil : il y a une arme, immortelle et surpuissante, que tu connais et j’en suis sûr que tu désires, c’est l’amitié, celle de toute la vie. Quoi de plus normal que de vouloir faire passer dans un cœur aimé le bonheur sans fin ? L’apostolat d’amitié et de confidence n’est pas une stratégie, c’est se faire un ami et en faire un chrétien, c’est lui donner ce que l’on a de meilleur. C’est engendrer un homme à la félicité. Plutôt que de battre le pavé et de creuser un sillon qui ressemble trop à une tranchée, imagine-toi que le million de manifestants du 26 mai 2013 fassent ainsi de leurs vies quotidiennes, imagine que chacun d’eux se fasse cet ami et lui donne le Christ avant de lui dicter la loi. Peut-être cet ami, ce million d’amis, aurait-il déjà mieux compris la doctrine de l’Église ? Immerge l’esprit du Christ dans le monde avant de faire de celui-ci la norme et la règle. Déserte la guerre des tranchées et sors à l’attaque, sors de ce sentier battu par trop de pas dont la marche n’est pas la tienne.

Parfois de petites vérités remontent à ton esprit et te font perdre espérance. Ne te décourage jamais, seule la Vérité avec un grand V n’est pas incertaine. On te dit que la France n’est plus chrétienne. Je te dis que nous avons 36000 églises, des milliers de mouvements chrétiens, une poignée de millions de pratiquants, un sentiment de culture catholique bien présent. Ne méprise pas la mèche qui fume encore et sors tes allumettes pour la rallumer. On te dit que le monde n’écoute plus l’Église. Je te dis que peut-être l’Église ne sait pas parler au monde, et que trop souvent elle ne lui parle pas de son Sauveur au profit de ce qui se passe dans la chambre à coucher. On te dit que l’immigration va balayer ta civilisation, que les prisons, la jeunesse, le sport, les cités, les migrants et que sais-je encore sont les antichambres de l’Islam. Je te dis que l’Église et ses pasteurs, toi et moi, avons déserté tous ces lieux pour nous concentrer sur des concepts et de ce fait avons coupé toute une population de ce lien divin qu’elle trouve faussement là où elle le peut. On te dit que la culture et les arts ne se nourrissent plus du Créateur et de son Esprit. Je te dis de prendre ton pinceau, ton ébauchoir, tes ballerines et ton archet et d’aller au milieu des artistes. On te dit que la politique est faite par des banquiers et des francs-maçons. Je te dis de t’engager. Communes, départements, régions, Etat, ils t’attendent les bras ouverts. On te dit que les jeunes ne sont plus réceptifs et ont perdu l’idéal et la fidélité. Je te dis d’en prendre 10, mélangeant les races, les styles et les genres, te moquant pas mal du BAFA et autre réglementation, de les sortir, de leur faire découvrir la France, ses clochers et ton Seigneur vers lequel ceux-ci pointent leurs flèches. Tu aimes la course à pieds, cours avec un autre et parle-lui du Christ. Tu aimes la poésie, partage tes trésors. Il y a autant de manières de combattre que de chrétiens dans le monde.

Imagine que par cet immense effort d’amitié la France soit tout entière chrétienne, d’abord dans le cœur des français ensuite dans ses institutions. Plus de femme battue, plus d’homme frustré, plus de divorce, plus de remariage, plus d’enfant déchiré … plus de synode et plus de tranchée. L’urgence n’est pas à la défense, mais à l’attaque, à l’ouverture, aux semailles, au repeuplement de nos églises, au travail, à la conversion, la mienne, la tienne, la leur, la nôtre. L’urgence est à l’apostolat des laïcs, à ton apostolat. Pas d’inhibition, vise haut, vise loin, vise large, vise juste, tu seras étonné du résultat !

Louis Alexandre

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0