L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Romain Fortunier : « La passion du Christ témoigne de l’amour de Dieu pour chaque homme »

Notre-Dame de la Rue est une chaîne de prières à destination des plus démunis comme de toutes les personnes qui les accompagnent. Composée en l’an 2000, par Bernard de la Croix-Vaubois et traduite en 25 langues, elle relie plus de 200 groupes religieux et laïques présents dans 45 pays et répartis sur les cinq continents. Romain Fortunier, le président de cette association, a accepté de répondre à nos questions.

Le R&N : Comment vous est venue l’idée de monter une association aux service des plus pauvres ?

Romain Fortunier : À l’origine, il s’agissait d’une prière composée en l’an 2000 par Bernard de la Croix-Vaubois. Il eut l’intuition de porter dans la prière les milliers de « bons Samaritains » œuvrant chaque jour auprès des plus pauvres afin de les aider à tenir bon en leur assurant un ressourcement spirituel. Cette prière parcourt désormais les cinq continents, puisque de nombreux groupes religieux et laïques sont reliés à cet élan confiant en l’intercession de Marie. J’ai pris la direction de cette chaîne de prières cette année en souhaitant accompagner et amplifier les actions entreprises.

La prière de Notre-Dame-de-la-Rue

Le R&N : Pourquoi avoir choisi Notre-Dame de la Rue ?

Romain Fortunier : La Vierge Marie tient une place unique dans l’histoire du salut, à la fois mère de Dieu, mais aussi de tous les Hommes quand le Christ la confie à l’apôtre Jean au pied de la croix. Pour soutenir les plus démunis comme ceux qui les accompagnent, nous avons naturellement choisi de placer notre association sous la protection de celle qui est infiniment mère. L’évangile nous enseigne par ailleurs que le Christ vient au monde dans une mangeoire car Marie et Joseph n’ont pas trouvé de place dans la salle commune. Dans cette idée, « Notre-Dame de la Rue » se fait proche des personnes qui y vivent et qui plus largement se sentent à l’écart.

Le R&N : Votre association est d’abord motivée par la prière ; vous pousse-t-elle à l’action de ceux qui portent le visage du Christ ?

Romain Fortunier : La prière est la véritable respiration de notre vie spirituelle, avec elle, nous témoignons de notre besoin de Dieu et de sa direction et lumière dans nos vies. Confortés par cette présence de Dieu, l’engagement et le service pour le prochain se réalisent pleinement et notamment dans les œuvres de miséricorde corporelles dont Saint-Matthieu souligne l’importance (chapitre 2, versets 31-46).
Benoît XVI rappelait d’ailleurs que « sans la prière quotidienne vécue avec fidélité, notre action se vide, perd son âme profonde, se réduit à un simple activisme qui, à la fin, nous laisse insatisfaits ».

Le R&N : Concrètement, comment menez-vous vos actions ? Comment abordez-vous les personnes démunies ?

Romain Fortunier : En dehors d’actions plus ponctuelles, nous organisons des rendez-vous bimensuels avec les personnes en situation de précarité pour échanger et partager un moment de convivialité. Les personnes démunies se trouvent dans des situations de grande vulnérabilité pour répondre à l’ensemble des besoins élémentaires (boire, manger, se protéger du froid). Cependant, Sainte Mère Teresa estimait que la plus grande pauvreté résidait dans le fait de ne pas être aimé, élargissant ainsi la pauvreté à une réalité affective. Nous abordons les personnes vivant dans la rue, en nous rappelant que le Christ a versé son sang pour tous les Hommes et pour chacun en particulier. La passion du Christ témoigne de l’amour de Dieu pour chaque homme, que nous devons humblement tenter de refléter.

Le R&N : Mi-novembre, vous vous êtes rendus à Rome sur l’invitation du pape François ? Comment s’est passé ce voyage ?

Romain Fortunier : En effet, à l’invitation du Pape François, 6 000 personnes en situation de précarité se sont réunies à Rome pour 3 jours de retraite exceptionnels. Parmi ces pèlerins venus du monde entier, 5 personnes ont participé à ce pèlerinage sous la bannière de « Notre-Dame de la Rue ». Nous avons vécu des moments particulièrement beaux et émouvants. Je me rappelle vivement l’entrée du Pape François dans la salle Paul VI et les regards et gestes chaleureux qui ont été échangés à cette occasion. Ce pèlerinage mit véritablement à l’honneur les trésors de l’Église que sont les pauvres.

Le R&N : Le Pape François prend le sort des plus fragiles très à cœur. Pouvez-vous voir les conséquences de son pontificat dans l’engagement des chrétiens ?

Romain Fortunier : Incontestablement, le Pape a exprimé un engagement très fort en direction des pauvres en suivant les pas du Poverello d’Assise. Il a également manifesté à plusieurs reprises son désir d’une Église pauvre pour les pauvres. Trois années après son accession au trône de Pierre, son encouragement à porter le Christ aux périphéries touche de nombreux chrétiens qui s’investissent dans la vie de la cité. Toutefois, il serait probablement injuste de ne pas souligner l’action initiée par Saint Jean-Paul II et dont nous observons les fruits actuellement.

Le R&N : Si un de nos lecteurs voulait se mettre au service du Christ dans ses pauvres, que lui conseilleriez-vous de faire ?

Romain Fortunier : Chaque personne a eu une vocation, ce qui signifie que Dieu l’appelle à marcher avec lui et à le servir d’une façon particulière et unique. Si cette vocation le conduit à servir le Christ à travers ses pauvres, le silence et la prière seront primordiaux pour que Dieu la guide sans trouble ni interférence. Ensuite, elle pourra s’engager auprès d’une organisation caritative telle que l’Ordre de Malte ou le Secours Catholique et faire l’expérience du don de soi pour l’amour de Dieu et de son prochain.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0