L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Philippe Mesnard, rédacteur en chef de l’Action Française : « L’urgence est de sortir du régime actuel ! »

L’Action française, mouvement royaliste héritier du « nationalisme intégral » de Charles Maurras, organise le 9 mai prochain un colloque de réflexion politique : « Dessine-moi un roi ». De nombreux intervenants se relaieront. Le lendemain, l’AF rendra hommage à Sainte Jeanne d’Arc.
Philippe Mesnard, rédacteur en chef de L’Action Française, a bien voulu répondre aux questions du R&N.

R&N : Quel est l’objet du colloque « Dessine-moi un roi », et quelle forme prendront les débats ?

Philippe Mesnard : Le colloque s’attache à étudier le cadre d’un gouvernement monarchique, en France, au XXIe siècle : quel serait l’exercice royal du pouvoir dans la France que nous connaissons, au milieu du monde tel qu’il est ? Chaque intervenant nous donnera son point de vue sur différents thèmes, comme l’écologie, la justice, etc.

R&N : En quoi se distinguera-t-il des autres conférences régulièrement initiées par l’AF ou d’autres mouvements royalistes ?

Philippe Mesnard : L’originalité est sans doute de se situer à la fois dans un cadre réel (une France diminuée, un fait religieux complexe, un mondialisme actif) et dans un exercice prospectif : au-delà de la critique de la démocratie et du régime républicain, au-delà d’établir la pertinence de la solution monarchique, deux axes fréquemment et justement explorés, « Dessine-moi un roi » veut développer une réflexion qui débouche sur un programme royal réaliste, en procédant par étapes, sans être immédiatement à l’étape finale. Et le colloque accueille des représentants des autres mouvements royalistes, pour que nos réflexions communes s’enrichissent.

R&N : Certains objecteront qu’il y a plus urgent que de dessiner une hypothétique restauration. Que leur répondez-vous ?

Philippe Mesnard : L’urgence est surtout de sortir du régime actuel ! Et de proposer aux Français des solutions qui permettraient d’installer dans la durée les conditions d’un véritable bien commun, partagé par tous et défendu par un pouvoir souverain. Cela dit, tous les autres débats et combats ont leur logique propre. Notre démarche s’inscrit dans un temps plus long.

R&N : Dans la tourmente de la Guerre de Cent ans, face à l’invasion étrangère et aux félonies des factions, Charles VII fut sacré et la légitimité restaurée grâce à Sainte Jeanne d’Arc. Dessiner un roi n’implique-t-il pas de dessiner également une nouvelle Pucelle d’Orléans ?

Philippe Mesnard : J’aurais tendance à vous dire qu’il n’appartient qu’à Dieu de choisir ses champions, et qu’il a toujours eu les choix les plus surprenants – et les plus heureux. Mais il appartient à nos mouvements de préparer les esprits, et d’éduquer Monk, comme aurait dit Maurras : un possible homme fort, comme le réclament de plus en plus de Français.

R&N : Quel est le roi que dessine l’AF depuis plus d’un siècle ? Quels sont ses traits principaux ? Le visage de ce roi est-il immuable ?

Philippe Mesnard : L’AF promeut une monarchie héréditaire, avec un prince souverain, arbitre entre les pouvoirs, garantissant les libertés plutôt qu’octroyant des droits, etc., pour toutes les raisons qui ont déjà été longuement développées par Maurras et les autres penseurs du mouvement. Ce qui est important, c’est précisément que la monarchie est en constante évolution dans sa pratique : entre saint Louis et Louis XIV, tout demeure et tout change. La figure du roi n’est pas immuable, elle s’adapte – et c’est l’un des enjeux du colloque.

R&N : Quelle place pour le Christ et le christianisme dans ce tableau d’une restauration ?

Philippe Mesnard : La place qui lui revient au titre de l’histoire de la France : un facteur fondamental de lien social, de civilisation, de réflexion politique, qu’on soit croyant ou non. En fait, un État monarchique considèrera le fait religieux comme un fait politique contemporain et non pas comme une aberration antique. Ce qui serait intéressant, c’est de savoir comment les chrétiens français, aujourd’hui, considèrent le politique et sont capables de transcender le consensus démocratique.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0