L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Nuit aux Invalides : entretien avec Marc Fromager (Aide à l’Église en détresse) et Charles de Meyer (SOS Chrétiens d’Orient)

{}Le 23 juin 2016, SOS Chrétiens d’Orient et l’Aide à l’Église en Détresse s’associent pour les chrétiens d’Orient : cette année, les fonds générés par la Nuit aux Invalides seront reversés pour la reconstruction d’une école syriaque catholique à Bagdad. Charles de Meyer, président de SOS Chrétiens d’Orient et Marc Fromager, directeur de l’Aide à l’Église en Détresse, ont accepté de revenir sur l’origine de ce projet généreux.

Le Rouge & le Noir : Le projet de la Nuit aux Invalides que vous menez en partenariat avec SOS Chrétiens d’Orient, a pour objectif de permettre à près de 560 familles – soit 700 enfants - de bénéficier d’un accès à l’éducation. Pour quelle raison mettre cette soirée au profit de l’éducation : en Irak, l’urgence n’est-elle pas à la sécurisation du territoire et à l’octroi de soins ?

Marc Fromager : La plupart des chrétiens résidant en Irak se trouvaient soit à Bagdad, soit au Nord du pays. Beaucoup d’entre eux ont fui suite aux attaques de l’État Islamique (été 2014), notamment les populations de la plaine de Ninive. Dans l’urgence, l’Aide à l’Église en Détresse (A.E.D.) est surtout venue en aide aux chrétiens du nord de l’Irak, dont beaucoup se sont réfugiés au Kurdistan. L’urgence est de leur permettre de survivre. En ce sens, l’A.E.D a débloqué des sommes importantes pour leur octroyer logement et la nourriture. Ces gens-là ont tout perdu... L’association a donc loué des appartements, construit des villages en préfabriqués.... Toutes les familles qui en bénéficient sont enregistrées et reçoivent des colis de nourriture. En tant qu’association, nous n’avons pas les moyens de permettre aux familles chrétiennes de rentrer chez elles, de les réinstaller. Nous n’avons pas suffisamment d’impact sur la diplomatie française pour les inviter à faire ce qu’il faut sur place, pour permettre à ces communautés de vivre et de rentrer chez elles. Par conséquent, nous essayons de faire en sorte qu’elles tiennent durant cette période transitoire. Une fois logées et nourries, l’urgence pour ces familles est à l’éducation de leurs enfants. Avec de lourdes pertes matérielles, leur avenir est compromis. Pour leur assurer un futur, nous misons sur l’éducation : c’est l’objet même de ce dessein. Projet d’urgence, d’investissement pour l’avenir... Investir dans l’immobilier, par l’intermédiaire de cette reconstruction de l’école irakienne, constitue un signal positif pour l’avenir. Cela induit que nous sommes convaincus que la situation va s’améliorer.

Le Rouge & le Noir : Vous indiquez que votre objectif est de permettre à la communauté chrétienne de faire bénéficier à ses enfants d’une éducation dans la Foi ; l’école que vous projetez de mettre en place sera-t-elle uniquement de confession chrétienne ?

Charles de Meyer : Les différentes communautés de Bagdad vivent le plus souvent séparées, notamment depuis l’invasion irakienne en 2003. Quelques enfants dans le besoin pourront bénéficier de différentes interactions sociales. A ce titre, il est important de noter que la communauté catholique était l’une des seules à ne pas pouvoir bénéficier d’accès à l’école. Je me suis moi-même rendu dans le sanctuaire où l’école se trouve, à quelques encablures d’une Ambassade de France régulièrement visée par des attentats... Cathédrale martyr, où sont tombés deux prêtres et de nombreux fidèles. Aujourd’hui, le bâtiment est complètement désaffecté. Les sept cents jeunes catholiques alentours méritent un enseignement ; il est tout à fait urgent pour nos associations de leur permettre de vivre et demeurer sur la terre de leurs pères. Sans cette école, le processus d’émigration que subit déjà Bagdad risque de s’accroître et de compromettre l’avenir des chrétiens dans le Sud de l’Irak.

Le Rouge & le Noir : Pourquoi avoir choisi la Nuit aux Invalides pour mettre en exergue ce projet commun ?

Marc Fromager : L’Aide à l’Église en détresse et SOS Chrétiens d’Orient se réunissent de façon ponctuelle autour de ce projet. Chacune des associations a son histoire... Mais nous avons trouvé intéressant, dans le cadre de la tragédie que vivent les chrétiens d’Orient au jour le jour, de faire quelque chose ensemble. Au-delà de nos différences et spécificités, il nous est apparu de se retrouver pour faire quelque chose ensemble. Nous voulions exécuter cela autour d’un évènement qui réunirait les gens. La Nuit des Invalides nous paraissait propice : l’évènement nous plaît...Par ailleurs, la notion de « nuit » est éminemment symbolique : les chrétiens en Orient vivent une espère de nuit et nous espérons que le jour reviendra bientôt pour eux... De même, l’évocation des « invalides » peut faire référence aux nombreux mutilés de ces conflits au Proche-Orient... Et bien sûr à l’évènement tragique autour duquel cette école est née : en effet, cette construction s’érige, à côté de la cathédrale de Bagdad, qui a été victime d’attentat le 31 octobre 2010. Cinquante chrétiens, qui étaient venus assister à la messe, se sont fait massacrer... C’est un message d’autant plus fort ! L’A.E.D. a participé à la construction de huit écoles en Orient. Toutes sont très importantes ; mais il se dégage une dimension symbolique supplémentaire de celle-ci...

Le Rouge & le Noir : Pour cet évènement, vous bénéficiez du haut patronage de Sa Béatitude Ignace Joseph III Younan, patriarche pour les Syriaques catholiques et de Monsieur Jean d’Ormesson : pourquoi ce patronage à la fois séculier et régulier ?

Marc Fromager : Nous souhaitions bien entendu un patronage catholique, puisque l’école est de confession syriaque catholique. Ce rite est particulièrement prégnant là-bas. Nous souhaitions également y adjoindre un caractère culturel : la Nuit des Invalides a une connotation culturelle forte que la dédicace de nombreux auteurs viendra bien mettre en exergue.

Le Rouge & le Noir : De nombreuses personnalités du monde politique ont proposé d’offrir leur parrainage à cet évènement. D’autre part, des personnalités du monde culturel viendront dédicacer leurs ouvrages. Qu’est-ce que cela révèle selon vous ?

Charles de Meyer : Cela correspond tout à fait à l’objectif de SOS Chrétiens d’Orient, qui consiste à retisser les liens entre la France et les chrétientés orientales. Pour que ce lien soit retissé en vérité, il faut que les différents pans de la société soient intégrés. Évidemment, la force politique a une capacité de décision et d’action qu’il nous intéresse d’informer. La société civile également, car c’est d’elle que pourra émerger tout contrepouvoir à certaines décisions néfastes aux chrétiens d’Orient. Le monde culturel, enfin parce que c’est notamment par la culture que s’est fondé le lien historique entre la France et les chrétientés orientales. Je pense également aux paroisses parisiennes qui vont se mobiliser.... Le Chœur Gaudete chantera d’ailleurs au cours de cet évènement, tout comme une série de personnalités du monde catholique. Des centaines et des centaines de personnes vont se réunir au cœur de Paris, à la fois pour célébrer l’Histoire de France et le lien qui nous unit avec les Chrétiens d’Orient. Parier sur ce lien infini qui existe entre la France et des chrétientés orientales qui ne sauraient disparaître : c’est là toute l’ambition de SOS Chrétiens d’Orient, tout comme celle, je crois, de l’A.E.D. C’est d’ailleurs une fierté de nous associer à cette association, qui incarne cette mission dans le monde entier.

Le Rouge & le Noir : Comment les structures ecclésiales d’Orient accueillent-ils votre aide ? Quels sont vos rapports avec les Églises syriennes et irakiennes ?

Marc Fromager : Les structures religieuses nous ont très bien accueillies ; il faut reconnaître que sans notre aide et celle d’organisations telles que les nôtres, ils se trouveraient en grande difficulté. Nous leur avons alloué beaucoup de fonds. L’Aide à l’Église en Détresse a versé en 5 ans douze millions d’euros en Syrie, vingt millions en Irak. Ces sommes importantes ont permis aux familles réfugiées chrétiennes de survivre... Elles ont tout perdu en quittant la plaine de Ninive : nous les avons aidées à manger, à se loger. Par ailleurs, tous les projets que nous menons sont validés par l’Église locale. Nous n’avons pas d’équipes sur place mais mettons nos projets au service de l’Église locale, validés par les évêques en Syrie, en Irak et ailleurs...

Le Rouge & le Noir : Il est su, et cela est apparu à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux, que les méthodes des différentes associations françaises de soutien aux chrétiens d’Orient divergent. Ces différentes méthodes se complètent-elles ? Certaines sont-elles plus efficaces ? Comment mesurer la portée spirituelle de celles-ci ?

Charles de Meyer : Nous sommes des associations ouvertement chrétiennes, pour beaucoup d’entre nous. L’efficacité est l’un de nos objectifs. Cette efficacité est tributaire de chacun des modèles qui nous animent. SOS Chrétiens d’Orient a pour modèle l’envoi massif de volontaires au Proche-Orient, ce qui la distingue de beaucoup d’autres. Nous avons une présence permanente : sans discontinuer dans cinq pays, au Proche Orient, il y a des volontaires de SOS Chrétiens d’Orient. Ce qui nous engage dans une recherche de fonds plus proactive, dans une recherche de contacts plus proactive et dans une nécessité de maîtrise de notre milieu d’intervention plus puissante. Évidemment, cela peut en choquer certains, déranger certaines vieilles manières de faire... Mais l’objectif est commun : servir les Chrétiens d’Orient. Et je crois que chacun devrait pouvoir se retrouver dans cette perspective. Par ailleurs, SOS Chrétiens d’Orient a, en trois ans, réussi à prouver aux autorités françaises et aux internationales que cette association est crédible. Et les quelques mauvaises langues qui continuent à l’attaquer, n’ont en réalité qu’un combat personnel à l’encontre de l’association et non des arguments sérieux. Aujourd’hui nous sommes à la table de l’ONU, aux côtés de la Croix-Rouge ou de Médecins sans frontières, de l’ensemble des grandes associations internationales. Je crois que quelques polémiques pseudo-parisiennes ne méritent pas qu’on lâche ce combat.

Propos recueillis par Aloysia Biessy

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0