L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Mgr Le Tourneau : « Jeanne d’Arc, la patronne secondaire de la France est avant tout une mystique »

Prêtre catholique et professeur au Studium de droit canonique de Lyon, Monseigneur Dominique Le Tourneau a accordé un entretien fleuve au Rouge & le Noir à l’occasion de la sortie du Dictionnaire encyclopédique de Jeanne d’Arc qu’il publie avec Pascal-Raphaël Ambrogi (haut fonctionnaire et écrivain) aux éditions Desclée De Brouwer (juillet 2017 ; 2016 pages).

R&N : Jeanne d’Arc est souvent présentée comme un mythe, comme si son épopée était à moitié légendaire. Quelle documentation historique avons-nous de sa personne et de sa vie ?

Mgr Dominique Le Tourneau : Jeanne d’Arc un mythe ? Qu’entend-on par mythe ? Si j’en crois le dictionnaire, il s’agit d’un « récit fabuleux, souvent d’origine populaire, qui met en scène des êtres incarnant sous une forme symbolique des forces de la nature, des aspects de la condition humaine », ou bien une « pure construction de l’esprit », ou encore une « représentation idéalisée de l’état de l’humanité dans un passé ou un avenir fictif », ou l’« image simplifiée, souvent illusoire » élaborée a posteriori par des groupes humains (Petit Robert). Il faut reconnaître que ces définitions ne s’appliquent en rien au « phénomène Jeanne d’Arc ».

Comment l’expliquer. Jeanne est un mystère qui balance entre une incarnation – la jeune fille de Domremy, ce « Bethléem de la patrie » – et un mythe désormais universel qu’elle a bien involontairement suggéré et qui la dépasse sans la détruire. Or, contrairement à la plupart des héros dont la mythification n’intervient que tardivement après leur mort, Jeanne fut un mythe vivant, rappelle Colette Beaune. Dès son apparition, le mythe fut consubstantiel à son histoire. La France et les Français attendaient une intervention divine. Jeanne revêtit les habits du Sauveur tant espéré. Sa capture imprima au mythe d’autres formes. Au messianisme triomphal des années 1429 succéda dans son camp l’image de la souffrante puis de la martyre.

L’épopée de la Pucelle d’Orléans est certes légendaire, en ce sens qu’elle est inscrite de façon indélébile dans l’histoire de l’humanité et qu’elle est devenue une référence universelle. C’est ainsi que j’ai recensé 54 femmes qualifiées de Jeanne d’Arc dans 33 pays, dont plus d’une au cours des années récentes. Ce sont les Jeanne d’Arc des États-Unis, de Colombie, de Russie, du Japon, de Côte d’Ivoire, de Chine, du Brésil, etc.

Mais l’épopée de notre héroïne nationale n’est pas une légende au sens d’une construction artificielle qui aurait monté en épingle après coup quelques faits épars. Avec Jeanne d’Arc, nous sommes en présence du personnage de l’humanité, après notre Seigneur et la très Sainte Vierge, le plus documenté de tous les temps. Jugeons-en. Enquête théologique à Poitiers, en mars 1429, qui décide le dauphin Charles à faire crédit à la Pucelle, avec un examen de virginité et une enquête à Domremy et à Vaucouleurs. Procès de condamnation de janvier à mai 1431, avec enquête à Domremy et deuxième examen de virginité ; procès de relapse fin mai 1431, condamnant Jeanne à être brûlée vive. Enquête officieuse de 1450, à la demande du roi Charles VII. Enquête officielle à Rouen en 1452. Ouverture en 1455 du procès de nullité de la condamnation, avec enquêtes à Domremy, Vaucouleurs, Orléans, Tours, Paris, Poitiers, Compiègne, Saint-Denis, Sully-sur-Loire, Lyon, soit 144 auditions, le tout aboutissant à casser, en 1456, la première sentence. Puis procès de béatification, avec examen de l’héroïcité des vertus de Jeanne, examen de trois miracles, procès des raisons pouvant s’opposer à la béatification. Engagé en 1869, à la demande Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, il débouche sur la béatification, le 18 août 1909. Procès de canonisation enfin, avec la reconnaissance de trois nouveaux miracles. La cérémonie officielle a lieu en la basilique Saint-Pierre de Rome, le 16 mai 1920. Nous disposons ainsi d’une documentation de première main vraiment unique.

Documentation d’autant plus exceptionnelle que, vu l’importance politique de la condamnation et de l’exécution de Jeanne d’Arc pour l’Angleterre, le roi Henry VI a pris grand soin de faire rédiger cinq copies authentiques des actes du procès qu’il a envoyées à divers destinataires.

J’ai recensé en outre, délaissant les délibérations et les comptes de plusieurs villes, cent cinquante-six documents contemporains parlant des exploits de la Pucelle. Par contemporains, j’entends ceux allant du début de l’épopée, le 22 février 1429, à la sentence de nullité de la condamnation, le 7 juillet 1456. Ils émanent aussi bien du camp Armagnac que des adversaires de Jeanne, ou de simples observateurs, comme les marchands italiens installés en France. « Nous devons d’autant plus prêter foi à tous ces faits, écrira l’allemand Guido Görres, qu’ils ont été consignés par ses ennemis mortels [certains d’entre eux du moins], qui ont tout fait pour les falsifier et les déformer au détriment de Jeanne : car c’est une preuve irréfutable de son innocence, que, selon les vœux de la Providence, ses persécuteurs devaient donner au monde futur ».

Citons-en quelques-uns. Le plus ancien document semble être une lettre du 22 avril 1429 d’un ambassadeur de Philippe de Brabant. Notons que Jeanne n’entrera dans Orléans que sept jours plus tard. Nous trouvons des annotations du 9 mai, deux jours après la levée du siège d’Orléans. Le 14 mai, Jean Gerson, chancelier de l’Université de Paris, écrit un Traité sur la Pucelle. Vers le 15 mai, le duc de Bedford, régent d’Angleterre, prend des mesures contre les désertions qui se multiplient dans son camp. Le Ditié, un poème de Christine de Pisan, date du 31 juillet. Dès qu’il apprend la prise d’Orléans, l’empereur Sigismond de Luxembourg commande un tableau représentant Comment la Pucelle a combattu en France.

Tout cela est donc très sérieux et historiquement très sûr. Et absolument unique. Ce qui est de nature à ôter tout doute sur le caractère historique des 427 jours de l’épopée de Jeanne 427 jours seulement qui suffisent à rétablir la situation, à faire échec aux Anglais, à libérer Orléans et le royaume de leur présence indésirable, à faire sacrer le roi et lui restituer sa légitimité, et à modifier de fond en comble l’art de conduire la guerre.

R&N : Jeanne d’Arc fait l’objet d’une production éditoriale fort nombreuse. Comment expliquer un tel intérêt pour une sainte du XVe siècle ?

Mgr Le Tourneau : Disons d’abord que l’actualité permanente de la « Libératrice de la France » ne se traduit pas uniquement par la parution d’ouvrages littéraires ou historiques. C’est dans pratiquement tous les domaines d’expression qu’elle est présente et qu’elle bat aussi souvent des records. Il faut évoquer ici 14 000 livres, de 20 à 30 000 statues rien qu’en France, 400 pièces de théâtre déjà répertoriées en 1922, 139 films ! des mangas, des chants de rock et de hard metal… Ces derniers dans le monde entier au cours des années récentes. Une pièce de théâtre est annoncée pour 2017, une autre pour 2018. Un film est en cours de tournage. Une statue est en train d’être sculptée par le russe Boris Lejeune pour la ville de Saint-Pétersbourg. Une sienne statue a déjà été placée, en 2013, à Bermont, près du village natal de Jeanne. Une Pietà de Jeanne d’Arc a été placée, en 2006, à l’entrée d’une caserne près de New York : Jeanne porte un soldat mort sur ses genoux. Ce qui est poignant et unique.

Cet intérêt pour Jeanne n’est pas nouveau. Il remonte en réalité aux heures mêmes de son épopée. J’ai évoqué les nombreux documents contemporains, significatifs à cet égard. Et s’il faut attendre le XIXe siècle pour assister à ce que l’on pourrait qualifier de « frénésie johannique » ou d’« engouement johannique » – entre 1870 et 1900, par exemple, paraissent cent une biographies consacrées à Jeanne d’Arc, destinées au grand public et à la jeunesse – il n’en reste pas moins que le « Messie de la France » (Henri Martin) est loin d’être absent de la scène. Il suffit de consulter les articles « Musique », « Poésie » ou « Théâtre » du Dictionnaire encyclopédique de Jeanne d’Arc pour s’en rendre compte. La Ballade contre les Anglais, de 1428, y fait déjà allusion. Évoquons la Ballade des dames du temps jadis, de François Villon. L’article « Musique » mentionne une œuvre pour les XVe et XVIe siècles, trois pour le XVIIe siècle et douze au XVIIIe siècle. L’article « Poésie » recense huit œuvres au XVe siècle, treize au XVIe siècle, vingt au XVIIe siècle, quatorze au XVIIIe siècle. Quant à l’article « Théâtre », il répertorie une pièce du XVe siècle, le Mystère du siège d’Orléans, daté de 1439, deux pour le XVIe siècle, une bonne douzaine pour le XVIIe siècle, et dix-sept pour le XVIIIe siècle. Cette production est donc loin d’être négligeable.

C’est un Anglais, William Shakespeare, qui relance Jeanne, avec son Roi Henry VI, de 1592. Il en donne une vision scabreuse et va contribuer à répandre le mythe de Jeanne la sorcière. Voltaire, avec La Pucelle d’Orléans, érotise Jeanne, dans les multiples versions de son œuvre, qui connaît un succès fou (cent vingt-cinq éditions entre 1755 et 1835) et est apprise par cœur par certains, y compris à l’étranger. Schiller porte Jeanne à la scène avec la Jungfrau von Orleans, de 1801. Il brode en inventant une idylle amoureuse entre Jeanne et un beau soldat anglais. Schiller s’assurait ainsi un succès durable. Sa pièce est imitée par de nombreux auteurs, tels que Charles-Joseph Loeillard d’Avrigny et Alexandre Soumet en France ; Roberto de Simone, Nicolas Vaccai et Salvatore Vigano en Italie, Destouches en Allemagne ; elle est mise en musique par Max Bruch, Joseph Klein, Leopold Damrosch, Johann Schulz, Carl Wagner, Bernhard Weber en Allemagne ; Manuel Tamayo y Baus en Espagne, Mario Bossi, Giuseppe Verdi en Italie ; Tchaïkovski en Russie ; Ignaz Moscheles, auteur tchèque. Elle est portée au cinéma en RDA, en 1976, se retrouve au Japon dans des manga de Wakuni Akisato et de S. Muchi.

Nous avons dit que le phénomène se poursuit. Comment l’expliquer ? Jeanne d’Arc est la figure emblématique par excellence de l’héroïne qui défend son pays de l’envahisseur, en même temps qu’il émane d’elle une aura particulière du fait de sa jeunesse (elle entame sa carrière politique et militaire à dix-sept ans !), de sa fraîcheur, de la « trahison » du roi Charles VII aussi et de sa mort atroce, brûlée vive sur un bûcher à Rouen, le 30 mai 1431.

Jeanne d’Arc bénéficie ainsi d’un capital de sympathie qui perdure et continue d’enflammer. Son personnage est aussi entouré d’un certain mystère, du fait que Jeanne est avant tout une mystique. Elle ne prend pas ses ordres auprès des hommes.

« J’ignore la conduite de la guerre », déclare-t-elle. Or, selon l’auteur de la Geste des nobles français, du 6 juillet 1429, dès son arrivée à Chinon, Jeanne décrit à Charles et à son conseil, « les manières de guerroyer des Anglais » avec une telle précision qu’ils en sont fort ébaudis. Elle déclare : « Par l’aide du ciel, je sais chevaucher et conduire une armée. » Comment l’expliquer, si ce n’est qu’elle jouit de l’assistance continuelle de son conseil divin, dont elle parle avec tant d’assurance, qui « lui avait mis dans l’esprit des clartés de tout ce qui regardait la guerre, et lui fournissait, au moment voulu, les suggestions utiles ». Ce que nul chef chevronné n’a vu ni compris, elle s’en rend ainsi compte et le saisit sur-le-champ.

R&N : Par quels articles commencer la lecture de ce nouveau dictionnaire encyclopédique ? Quels sont les articles les plus importants ?

Mgr Le Tourneau : Il est difficile de donner un conseil à ce sujet. Tout dépend des centres d’intérêt prioritaires du lecteur. Pour l’aider à s’informer au mieux de cet intérêt, nous avons placé à la fin du Dictionnaire encyclopédique de Jeanne d’Arc un index thématique regroupant les articles par grands sujets : Arts (différentes formes d’expression artistique et auteurs), Compagnons de Jeanne d’Arc, Documents contemporains, Épopée de Jeanne d’Arc, Famille de Jeanne d’Arc, Historiens, Littérature étrangère, Littérature française, Musique, Personnalités religieuses, civiles, militaires, etc., Personne de Jeanne d’Arc, Piété de Jeanne d’Arc-Liturgie, Poésie, Procès (éléments, intervenants, documents, etc.), Renommée de Jeanne d’Arc, Théâtre, Villes.

Ceci étant, il peut sans doute s’avérer utile de consulter des articles tels que « Mission de Jeanne d’Arc », « Mystique de Jeanne d’Arc », « Patronne du patriotisme », « Personnalité de Jeanne d’Arc », « Piété de Jeanne d’Arc », « Prophéties et prédictions de Jeanne d’Arc », « Renommée de Jeanne d’Arc en son temps », « Spiritualité de Jeanne d’Arc ».

Et, sur un autre registre, « Chef de guerre » et les entrées propres à chaque bataille ou à chaque ville marquée de son empreinte.

D’autre part, des théories absolument infondées font leur apparition à compter du XIXe siècle. Dans un souci d’objectivité, le Dictionnaire encyclopédique de Jeanne d’Arc ne manque pas de les exposer en détail en fournissant les raisonnements de leurs inventeurs et de leurs détracteurs. C’est le cas de « Bâtardise de Jeanne d’Arc », « Psychisme de Jeanne d’Arc », « Manipulation de Jeanne d’Arc » ou encore de « Survivance de Jeanne d’Arc ».

Évidemment, l’on s’intéressera aux divers procès, dont le procès de condamnation et le procès de nullité de celle-ci. Pour bien comprendre les tenants et les aboutissants de la condamnation, il s’impose de se référer, entre autres, à « Cauchon (Pierre) », « Irrégularités du procès de condamnation », « Université de Paris ».

R&N : Au-delà de l’histoire de Jeanne d’Arc en tant que telle, quels sont les grands thèmes et les grandes orientations de ce dictionnaire ?

Mgr Le Tourneau : Le Dictionnaire encyclopédique de Jeanne d’Arc ne se borne pas à relater l’histoire d’une femme tout à fait unique dans l’histoire. Il retrace une histoire qui est celle de la France et qui la déborde même. Il faut bien saisir, en effet, la portée réelle de la mission de l’« Ange de la patrie » (card. Amette).

En effet, en apparence, entre Charles de Valois et Henri de Lancastre, la querelle est purement dynastique. En réalité l’enjeu est tout autre. En attribuant au sacre une valeur constitutive, Jeanne conteste le principe même du honteux traité de Troyes par lequel, à l’instigation de la reine Isabeau de Bavière, le roi Charles VI avait conclu, en 1420, qu’à sa mort le royaume de France passerait au roi d’Angleterre.

Ce traité établissait la renaissance du droit païen dans l’ordre de la succession au trône. Il ignorait la consécration religieuse si caractéristique du monarque français : le pouvoir, la direction de l’État devait se transmettre alors comme un bien réel, le monarque adoptant l’héritier de son choix. « Ainsi, ce qui est en jeu, écrira Jean de Pange, c’est le caractère même de la royauté française. Dans l’ancienne tradition dont Jeanne est l’héritière, il n’y a d’autre souverain que le Christ, dont le lieutenant est le Roi Très Chrétien. » Or, poursuit-il, « Jeanne d’Arc s’efforce de réaliser l’idéal de l’Église […]. Sa mission doit donc avoir un caractère universel et dépasse les intérêts du pays auquel elle appartient. Elle ne vient pas pour faire la guerre, mais pour apprendre aux Français à s’aimer. À ses yeux, le rôle du roi est celui d’un médiateur. Comme lieutenant de Dieu, il est beaucoup plus que le souverain d’un pays. Son autorité n’est pas limitée à un territoire. Il représente “la nation très chrétienne”, et par-dessus les frontières de la France, il s’adresse à tous les serviteurs de la foi catholique ».

D’où l’importance d’un épisode peu connu, appelé la triple donation. Nous sommes à Saint-Benoît-sur-Loire, le 21 avril 1429, vers 16 heures. Jehanne s’adresse à Charles : « Sire, me promettez-vous de me donner ce que je vous demanderai ? » Le dauphin hésite, puis consent. « Sire, donnez-moi votre royaume. » Stupéfait, il hésite de nouveau ; mais, tenu par sa promesse et subjugué par l’ascendant surnaturel de la jeune fille, il répond : « Jehanne, je vous donne mon royaume » (1e donation). La Pucelle exige qu’un acte notarié en soit solennellement dressé et signé par les quatre secrétaires du Roi ; après quoi, voyant celui-ci tout interdit et embarrassé, elle dit : « Voici le plus pauvre chevalier de France : il n’a plus rien. » Puis aussitôt, très grave et s’adressant aux secrétaires : « Écrivez : Jehanne donne le royaume à Jésus-Christ » (2e donation). Et immédiatement après : « Jésus rend le royaume à Charles » (3e donation). À partir de ce moment, Charles se décide à entreprendre la campagne du sacre. « Si Charles VII et ses successeurs avaient compris, dira l’historien jésuite Jean-Baptiste Ayroles, ils auraient fait enchâsser le merveilleux parchemin dans l’or et dans la soie ; ils l’auraient entouré de pierres précieuses, car ils n’avaient pas dans leur trésor de diamants comparables. Ils l’auraient relu et médité tous les jours. Non seulement ils seraient aujourd’hui sur le trône, mais l’univers serait dans les bras de Jésus-Christ et ce serait la France qui l’y aurait placé. »

En outre, l’historien Jules Michelet assurait qu’au cours de l’histoire, la vérité, la foi et la patrie ont eu leurs martyrs. Mais ici, dans le cas de l’« Épée de la France », expression de Mgr Touchet, évêque d’Orléans, une enfant forgea en son cœur l’idée d’exécuter la chose que les hommes ne pouvaient plus faire : sauver son pays.

Ce constat, celui de l’immense popularité de Jeanne, s’impose aussi à l’étranger. Le monde entier loue avec ferveur la sainte et salue l’héroïne. Elle a inspiré les êtres engagés et les poètes qui voient en elle « le personnage le plus merveilleux, le plus exquis, le plus complet de toute l’histoire du monde », selon l’anglais John Sterling. C’est bien le cœur de Jeanne que l’on sent battre « dans le souvenir reconnaissant du peuple français et de tous les peuples, car, écrit l’allemand Joseph Görres, il appartient à celui-là par le sang et à tous les autres par ses nobles actions ».

Jeanne relève donc du patrimoine universel de l’humanité. En témoigne le fait que, aujourd’hui encore, elle est la référence reconnue pour les femmes qui luttent pour libérer leur patrie d’un envahisseur ou d’un dictateur, le symbole de la résistance, comme je le rapportais voici un instant. Certes, elles ne sont appelées la Jeanne d’Arc de leur pays que de façon purement analogique. Certaines d’entre elles ont fait le coup de feu et, surtout, aucune n’a reçu une mission divine, ni réuni les conditions à la fois humaines et spirituelles qui font de Jeanne d’Arc un être vraiment d’exception. Mais le fait est que Jeanne se présente aux yeux de tous comme l’archétype de l’ange providentiel.

Ceci dit, pour répondre avec plus de précision à votre question, je rappelle qu’il s’agit d’un dictionnaire à vocation encyclopédique. Le principe qui a présidé à sa rédaction est donc celui de l’universalité au sens de description de tous les domaines dans lesquels Jeanne est présente sous quelque angle que ce soit. C’est pourquoi l’on peut trouver dans le Dictionnaire encyclopédique de Jeanne d’Arc des entrées telles que « Communes » au nom de Jeanne, « Manuels scolaires », « Philatélie », mais aussi d’abondantes citations des discours et panégyriques prononcés lors des fêtes johanniques, à Orléans depuis 1429, à Rouen et à Reims, et un peu partout dans le monde.

L’on verra également comment l’« Envoyée de Dieu » a été louée et encensée par tous les partis politiques, chacun la revendiquant. Maurice Barrès déclarait déjà, en 1920, l’année de la canonisation de Jeanne et par l’Église catholique et par la République laïque : « Il n’y a pas un Français, quelle que soit son opinion religieuse, politique ou philosophique, dont Jeanne d’Arc ne satisfasse les vénérations profondes. Chacun de nous peut personnifier en elle son idéal. Êtes-vous catholique ? C’est une martyre et une sainte, que l’Église vient de mettre sur les autels. Êtes-vous royaliste ? C’est l’héroïne qui a fait consacrer le fils de Saint Louis par le sacrement gallican de Reims. Rejetez-vous le surnaturel ? Jamais personne ne fut aussi réaliste que cette mystique ; elle est pratique, frondeuse et goguenarde, comme le soldat de toutes nos épopées… Pour les républicains, c’est l’enfant du peuple qui dépasse en magnanimité toutes les grandeurs établies. […] Enfin les socialistes ne peuvent oublier qu’elle disait : “J’ai été envoyée pour la consolation des pauvres et des malheureux.” Ainsi tous les partis peuvent réclamer Jeanne d’Arc. Mais elle les dépasse tous. Nul ne peut la confisquer ».

R&N : Que savons-nous de la spiritualité de Jeanne dont certaines réponses lors de son procès ont surpris ses juges ?

Mgr Le Tourneau : Cette question me paraît essentielle, car elle porte sur le point capital de la mission de la « Bonne Lorraine ». La patronne secondaire de la France est avant tout une mystique. C’est parce qu’elle est mystique qu’elle est combattante. C’est parce qu’elle est mystique qu’elle est patriote. Mgr Touchet, évêque d’Orléans, d’exhorter en ces termes : « N’approchez pas de l’incomparable enfant comme on approche d’un être commun ; même comme vous approcheriez de Duguesclin, même comme vous approcheriez de Saint Louis, quoique ceux-ci, à des degrés si différents, s’élèvent si haut au-dessus du vulgaire. Duguesclin est bien Duguesclin, Saint Louis est bien Saint Louis, Jeanne est à peine Jeanne. C’est à peine elle qui délivre Orléans, qui triomphe à Patay, qui couronne le roi à Reims. Pour ces œuvres, elle n’est que l’instrument : l’ouvrier, c’est Dieu. Dieu est l’auteur principal de l’épopée qui s’ouvre à Domremy et se clôture à Rouen. Jamais à ma connaissance il ne s’est montré plus clairement dans l’histoire. »

Jeanne d’Arc n’est, en effet, qu’un exécutant des ordres venus d’En-haut. Au moment d’entreprendre son épopée et de traverser, de Vaucouleurs à Chinon, une région aux mains des Bourguignons, ennemis du dauphin Charles, elle peut déclarer : « Si les ennemis se présentent, moi, j’ai mon Seigneur qui saura m’ouvrir la voie pour arriver au Dauphin, car je suis née pour le sauver. N’ayez peur, mes Frères du Paradis et mon Seigneur m’ont déjà dit depuis quatre ou cinq ans qu’il me fallait guerroyer pour reconquérir le royaume de France. J’agis par commandement. Vous verrez à Chinon comme le Dauphin nous fera bon visage. »

Et une fois qu’elle a identifié le dauphin caché dans la foule de ses courtisans, elle lui dit avec assurance : « Gentil Dauphin, je suis venue pour donner secours au royaume de France et à vous. Et vous mande le roi du ciel par moi, que vous seres lieutenant à Luy qui est vray roi de France. Employez-moi. La partie sera bientôt allègre. Orléans sera pris… »

Elle n’agit que « par commandement ». Les visions dont elle est gratifiée, depuis le 13 mai 1424, à l’âge de treize ans, vont se multiplier au point de devenir rapidement quotidiennes. C’est dire que si Jeanne est une paysanne vigoureuse, ayant les pieds bien sur terre, possédant un gros bon sens non dépourvu d’un humour qui éclate en des formules étonnantes, son cœur, sa tête sont déjà au ciel. Elle entretient un commerce habituel avec ses « voix », comme elle les appelle. Elle n’entreprend rien sans leur avis. La seule fois où elle agit de son propre chef et tente de s’évader du château de Beaurevoir, en sautant de la tour dans laquelle elle est enfermée, elle faillit se tuer. Mais le reste du temps Jeanne s’en remet à ses voix et les consulte en cas de doute.

Mystique, Jeanne est une âme de prière. Certes, elle ne connaît que le Pater, l’Ave et le Credo. Mais elle peut nous en remontrer par sa foi ardente. Ses concitoyens de Domremy nous livrent des témoignages concordants. Ils déclarent au procès de nullité qu’elle fréquentait souvent l’église, communiait presque tous les mois après s’être confessée, pratiquait dévotions, jeûnes et prières pour les besoins du peuple. Haumette, une amie d’enfance, témoigne : « Que de fois j’ai été chez son père, et couché avec elle, de bonne amitié. […] C’était une bien bonne fille, simple et douce. Elle allait volontiers à l’église et aux lieux saints. […] Elle se confessait souvent. Elle rougissait quand on lui disait qu’elle était trop dévote, qu’elle allait trop à l’église. »

Elle priait en entendant sonner l’Angélus. Le Fumeux, servant d’autel à Vaucouleurs, devenu prêtre, témoignera qu’il voyait Jeanne le visage levé vers la Sainte Vierge ou prosternée devant le crucifix, comme transfigurée dans son oraison : « J’étais alors jeune clerc, à la chapelle de la Bienheureuse Marie de Vaucouleurs, et j’ai vu souvent Jeanne elle-même, dite la Pucelle, qui venait à ladite église moult dévotement. Dans cette même église, elle entendait les messes matinales, et s’y tenait beaucoup en prière. Je l’ai vue aussi dans la crypte des Voûtes sous ladite église, se tenant à genoux devant la Bienheureuse Marie, tantôt le visage baissé, tantôt le visage droit. » Lorsque les cloches sonnaient le soir, Jeanne se mettait à genoux, et, quand elle était aux champs, elle revenait pour entendre la messe. « Le besoin de prier sans cesse, à toute heure, en tout lieu et en toute circonstance, apparaît comme le trait le plus caractéristique de la vie de la Pucelle dans son pays natal. »

À Poitiers, l’épouse de Jean Rabuteau, qui l’hébergeait, déclara « qu’elle la voyait tous les jours à genoux pendant longtemps, l’après dinée ; qu’elle la voyait aussi à genoux la nuit ; que le jour, elle se retirait très souvent dans un petit oratoire qui était dans la maison, où elle restait très longtemps en prière ». Marguerite Touroulde, son hôtesse à Bourges, témoigne, elle aussi, que Jeanne se confessait très souvent, aimait la messe, et lui demanda plusieurs fois de l’accompagner à matines, qu’elle pratiquait largement l’aumône et donnait aux indigents, car elle avait été envoyée pour leur consolation.

La « Patronne du laïcat » (Jacques Maritain) avait demandé au frère Pasquerel, son confesseur, de faire, « pour rassembler les prêtres, une bannière sur laquelle serait peinte l’image de Notre Seigneur crucifié. Une fois faite, Jeanne elle-même chaque jour deux fois, le matin et le soir, lui faisait rassembler les prêtres qui chantaient des hymnes à la Vierge Marie. Avec eux était Jeanne interdisant de se joindre à eux les hommes d’armes s’ils ne s’étaient confessés ce jour, les avertissant qu’à cette condition ils pouvaient assister au rassemblement. » Se rendant de Blois à Orléans, « Jeanne fit rassembler les prêtres derrière leur bannière et précédant l’armée. Ainsi rassemblés, ils passèrent par la Sologne chantant le Veni Creator Spiritus et diverses antiennes. » Essayez d’imaginer la scène. C’est absolument grandiose. « Ainsi avancèrent-ils tout le jour dans les champs et le jour suivant et arrivèrent auprès d’Orléans ». Le convoi passe sans encombre devant les positions ennemies, les Anglais étant comme pétrifiés. C’était le 29 avril 1429.

À l’heure des vêpres ou au crépuscule, la Pucelle avait pour habitude de se retirer dans une église et d’y faire sonner les cloches pendant une demi-heure, rassemblait les religieux mendiants, se mettait en prière et faisait chanter une antienne à la Vierge Marie. Les jours de fête, elle entendait la grand-messe et participait aux autres offices, se contentant de la messe basse les autres jours, si possible tous les jours. Elle cherchait à amener les gens d’armes à fréquenter eux aussi les sacrements, au moins avant de partir au combat. Partout elle agissait ainsi, aussi bien à Chinon au milieu d’une cour guère portée à ce genre d’exercices, qu’à Poitiers pendant ses interrogatoires, qu’en campagne.

« La pureté de son idéal, la charité de ses motifs, sa piété parfaitement à la portée de tous, conviennent tout à fait à l’instruction spirituelle de notre époque », dira le cardinal américain Wright. D’où l’article « Sainte laïque », au sens où Jeanne d’Arc peut être donnée comme modèle de sainteté dans la vie ordinaire et dans l’exercice du travail professionnel.

Benoît XVI devait déclarer que « cette sainte avait compris que l’Amour embrasse toute la réalité de Dieu et de l’homme, du ciel et de la terre, de l’Église et du monde. Jésus est toujours à la première place dans sa vie, selon sa belle expression : “Notre Seigneur premier servi” ».

C’est sans nul doute ce qui explique la justesse, la finesse et l’exactitude des réponses fournies à ses juges. D’ailleurs, elle s’était confectionné une prière à cet effet : « Très doux Dieu, en l’honneur de votre sainte Passion, je vous requiers, si vous m’aimez, que vous me révéliez ce que je dois répondre à ces gens d’Église. »

R&N : Comment l’avis de l’Église sur Jeanne a-t-il évolué de sa condamnation à sa canonisation ? Pourquoi une évolution aussi lente et une canonisation aussi tardive ?

Mgr Le Tourneau : Il est de bon ton de reprocher à l’Église catholique d’avoir condamné Jeanne d’Arc en 1431 et de se dédire en la canonisant en 1920. C’est ignorer l’histoire ou en faire une lecture faussée...

Car, en vérité, ce n’est pas l’Église catholique qui a condamné Jeanne à Rouen. Ce sont des ecclésiastiques en rupture de ban avec l’Église officielle. Il faut se rappeler que nous sommes en plein Schisme d’Occident. Or, les juges de la « Sainte du Moyen Âge » (Jules Quicherat) sont issus de l’Université de Paris, dont les membres sont d’ardents défenseurs et promoteurs du traité de Troyes, et d’ecclésiastiques inféodés à l’Angleterre, payés par elle, comme Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, chassé par la population de son diocèse et chargé de conduire le procès de condamnation. Tout ce beau monde se retrouvera au concile de Bâle qui, en 1431, l’année même du martyre de Jeanne, approuvera les thèses conciliaristes, faisant du concile une autorité supérieure au Pontife romain. L’on comprend que ses juges aient toujours refusé de déférer Jeanne devant le pape, comme elle le réclamait.

Quant aux juges de Rouen qui manifestaient la moindre sympathie pour l’illustre prisonnière, ils sont menacés d’être noyés dans la Seine. Il va de soi qu’ils estiment plus prudent de s’éloigner, ou de garder désormais le silence. Ils vivent sous la menace permanente.

Pourquoi une canonisation aussi tardive, c’est-à-dire en 1920 ? Sans doute parce que personne ne s’est avisé, avant Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, d’engager une procédure en ce sens. Il annonce son intention dans le panégyrique qu’il prononce, le 8 mai 1869, dans la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans. Nous pouvons y voir une réaction contre l’appropriation de Jeanne par les libre-penseurs, les francs-maçons et les socialistes. De toute façon, la procédure est lourde, minutieuse et rigoureuse, et la béatification n’interviendra que le 18 avril 1909, soit quarante-ans plus tard.

Si la canonisation n’est prononcée qu’en 1920, c’est tout simplement parce que la procédure a été freinée du fait de la première guerre mondiale. La réconciliation qui suit entre les différents courants du pays, notamment la reconnaissance du rôle éminemment positif du clergé au cours du conflit, facilite les choses. Ceci étant, la canonisation aura supposé un demi-siècle de procédure, 12 procès distincts en France, quelque 280 séances en la seule ville d’Orléans, 7 500 pages noircies par les notaires.

Et puis, comme je l’évoquais tout à l’heure, la République a entendu « canoniser » elle aussi le « Sauveur de la France » (Jules Michelet). Voici le texte de la loi instituant une fête nationale de Jeanne d’Arc, fête du patriotisme. Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Article premier. – La République française célèbre annuellement la fête de Jeanne d’Arc, fête du Patriotisme. Art. 2. – Cette fête a lieu le deuxième dimanche de mai, jour anniversaire de la délivrance d’Orléans. Art. 3. – Il sera élevé en l’honneur de Jeanne d’Arc, sur la place de Rouen, où elle fut brûlée vive, un monument avec cette inscription : « À Jeanne d’Arc LE PEUPLE FRANÇAIS RECONNAISSANT. » La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des députés, sera exécutée comme loi de l’État. Fait à Rambouillet, le 10 juillet 1920. P. DeschanelL Par le Président de la République française : Le ministre de l’Intérieur, T. Stezo. Le garde des sceaux, ministre de la justice, président du conseil par intérim, L. Hopiteau. L’article 3 ne sera honoré qu’en 1979.

R&N : Jeanne peut-elle encore être un repère et une source d’enseignement à l’heure où la manière de conjuguer identité française et identité chrétienne est remise en cause ?

Mgr Le Tourneau : Sans aucun doute. Le message de Jeanne reste d’actualité et le restera toujours. Selon le R. P. Petitot, avant tout « Jeanne d’Arc voulait la paix, la paix sous toutes ses formes, la paix d’abord à l’intérieur de la France entre les diverses provinces, entre les princes du sang, entre le duc d’Orléans et le duc de Bourgogne, entre le dauphin et le duc de Bretagne, entre Robert de Baudricourt et les ducs de Lorraine. »

La sainte de la patrie « est appelée par En-haut pour apporter aux Français la liberté et la paix, dira Jean d’Ormesson. Elle ne divise pas. Elle unit. Elle n’appartient à personne. Elle est la sainte de tous. J’imagine qu’elle était aux côtés du communiste fusillé pour la libération de la France comme elle était aux côtés des gentilshommes chrétiens qui se faisaient tuer pour leur Dieu et leur roi aux frontières du royaume. Ne laissons Jeanne d’Arc en otage ni aux uns ni aux autres. Si elle a été brûlée vive à Rouen à l’âge de 19 ans et si ses cendres ont été dispersées dans les eaux, c’était pour que les Français cessent de se diviser et qu’ils se retrouvent réunis dans l’honneur et dans la grandeur ».

En même temps, j’y reviens, l’« Angélique », comme l’appelait le peuple de France, fait ressortir les racines chrétiennes du pays. C’est notre seigneur Jésus-Christ qui est le vrai roi et Charles VII, tout comme ses descendants, n’en sont que les lieutenants. Le caractère sacré de la monarchie française est bien souligné. C’est un principe qui s’applique de fait quelle que soit la nature du régime politique en place, car « il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu » (1 Pierre 2, 13).

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0