L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[LYON] Conférence avec Béatrice Bourges, un regain d’espoir

Alors que les vacances ont bel et bien commencé et que l’opinion publique pourrait s’attendre à un essoufflement, les mouvements se multiplient, enchainant conférence sur conférence. Non, l’esprit de mobilisation n’est pas mort. Ce soir, Béatrice Bourges donnait une conférence au Midi Minuit à Lyon pour établir une sorte de bilan de cette année mouvementée. Introduite par Jean-Marc Chevillard, la conférence a commencé par une minute de silence très solennelle consacrée à Nicolas. Puis tous les candidats aux municipales prêts à ne pas célébrer le mariage homosexuel se sont levés sous un tonnerre d’applaudissement de la part de l’auditoire. « Il faut oublier les différences pour s’unir dans le combat, contre les déviants de la pensée unique ».
"C’est à nous citoyens de combattre pour que, enfin, notre pays respire".

Béatrice Bourges a commencé par féliciter les Lyonnais, reconnaissant (à juste titre) qu’ils étaient précurseurs dans bon nombre de mouvements et que nous leur devions la date du 17 novembre. En réaffirmant que nous allions gagner la guerre, elle lance un appel tout en rappelant que « le bonheur profond peut aussi être dans le combat ».

Le déni de démocratie actuel est le point le plus négatif de ce bilan depuis 9 mois. La liste des exemples ne fait que s’allonger de jour en jour : le responsable d’Alliance Vita jamais reçu, Monseigneur vingt-trois insulté pendant 20 minutes, une loi symbole d’un réel « changement de civilisation » (dixit Christiane Taubira) votée à main levée, ... Le peuple n’a plus son mot à dire, et, bâillonné, il doit marcher tête baisser.

En revanche les éléments positifs sont pluriels : ce qui est important aujourd’hui, c’est la fierté retrouvée. Le peuple, symbole du pays réel, s’est redressé et fait fi de tous ces regards de la bien-pensance socialiste. Tel un roseau il ne se casse pas, il résiste. « On entre en résistance » comme le dit Béatrice Bourges. Nous ne sommes pas mai 68 qui cherchait à détruire le lien inter-générationel. Nous nous enrichissons par la transmission, par ce lien vertical qui nous maintient en relation avec nos ainés et grâce auquel eux puisent leur force. Les intelligences se réveillent et travaillent de concert. « Nous pouvons aujourd’hui être fiers de nos convictions », car nous sommes tous formés, nous savons quels enjeux se cachent derrière la loi de dénaturation du mariage. Il nous faut labourer le terrain avant qu’une personnalité émerge de ce mouvement.

Béatrice Bourges a redéfini l’espoir : en fin d’année, en fin de manif, alors que tout semble perdu, en quoi peut-on encore espérer ? "Nous pouvons espérer dans la chute du système actuel qui est en fin de vie", fondé sur les anti-valeurs que sont l’hédonisme, le matérialisme et le consumérisme absolu. Le système sur le point de naître est au contraire au service du bien commun et de l’homme puisqu’il se fonde sur sa dignité. "Nous devons être des modèles" car « la résistance, c’est tendre vers l’héroïsme ». Au moment ou la société est de plus en plus menacée par la théorie du genre, Béatrice Bourges préconise à l’avenir le soutien aux professeurs et aux parents. Ces derniers devront faire à certains professeurs en faveur d’une telle théorie, mais aussi aux enfants en perte de repères.

Elle affirme aussi que la Résistance puise sa force dans la non-violence, pour des raisons d’abord spirituelles et philosophiques. Comme le disait Martin Luther King, « la non-violence est une arme puissante qui tranche sans blesser [...] c’est une épée qui guérit ». La lutte non-violente a déjà et continue de faire ses preuves, alors que les forces de l’ordre se font toujours plus menaçantes. Aujourd’hui, « c’est à eux de se justifier ». La résistance, c’est aussi être transgressifs par rapport aux hommes qui le sont vis-à-vis des lois naturelles. Car lorsque celles-ci sont bafouées, l’homme doit se lever et se rebeller. La différence se fait alors entre le légal et le légitime. Et dans ce cas la réponse est toute trouvée : « cette loi n’est pas légitime, elle doit être combattue ».

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0