L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Le collectif des Horaces prépare les 100 premiers jours de la présidence de Marine Le Pen

Docteur en économie, diplômé de Sciences Po Paris et de l’ENA, Jean Messiha est porte-parole du Cercle des Horaces, un collectif de hauts fonctionnaires, de magistrats ou encore de cadres supérieurs du privé qui soutient la candidature de Marine Le Pen à la présidence de la République. Il a bien voulu répondre aux questions du Rouge & le Noir.

R&N : Un haut fonctionnaire peut-il aujourd’hui revendiquer une proximité avec le Front National de la même façon qu’il le ferait pour un autre mouvement politique ?

Jean Messiha : Un fonctionnaire quel qu’il soit peut, juridiquement, revendiquer une opinion politique quelle qu’elle soit, dans le cadre des lois en vigueur. La seule condition est qu’il n’engage pas l’administration à laquelle il est rattachée. Il lui faut respecter les devoirs de neutralité et de réserve, même si ceux-ci ne sauraient être opposés à la liberté de conscience et d’opinion. De manière générale, les hauts fonctionnaires, comme d’ailleurs les cadres supérieurs du secteur privé n’ont pas de vocation particulière à être sous les feux de la rampe, étant dans l’écrasante majorité des cas, des conseillers de l’ombre. Le Front National est un parti comme un autre, qui présente des candidats aux élections depuis très longtemps et il n’y a pas de difficulté majeure à s’en déclarer, aujourd’hui encore moins qu’hier. Chacun a compris, je pense, que le FN de Marine le Pen, celui de 2016, n’a plus rien à voir avec le FN des années 70. La sociologie du FN, tant des adhérents que de l’électorat, a beaucoup changé. C’est un parti qui a mûri, comme, en leur temps, le RPR (dont plusieurs membres dirigeants ont été dans l’action violente d’extrême droite dans les années 60) ou le PS (très marqué par des débuts trotsko-maoïstes).

Dans les années 70, alors que la gauche n’avait pas exercé le pouvoir depuis longtemps, la même question que vous me posez aujourd’hui se posait aux hauts fonctionnaires engagés auprès de François Mitterrand. Ceux-ci évoluaient dans un cercle, hautement confidentiel lui aussi — les GRACQUES pour ne pas les citer —, destiné à se préserver de la lumière médiatique. La conclusion est que pour un cadre supérieur, tout engagement politique dont la couleur est différente de la majorité en place est nécessaire contraignant, et ce quel que soit le parti.

R&N : Combien de hauts fonctionnaires ont actuellement rejoint le collectif ? À quels grands corps appartiennent-ils ?

Jean Messiha : Le collectif est composé d’environ 60% de Hauts Fonctionnaires ou assimilés (magistrats, etc.) et de 40% de cadres supérieurs du privé. S’agissant des cadres supérieurs de la fonction publique, nous avons des représentants de toutes les administrations centrales d’État (tous les ministères) ainsi que des fonctionnaires internationaux (de l’ONU principalement). Nous accueillons également certains très hauts fonctionnaires : deux ambassadeurs en exercice, un consul général de France en exercice, un préfet, plusieurs magistrats, un procureur général, un ancien ministre de Jacques Chirac et plusieurs anciens conseillers des derniers gouvernements de droite, Juppé, Raffarin, Fillon notamment).

R&N : Comment préparez-vous avec les préfets et éventuellement avec les commandants de groupement de gendarmerie la présence de Marine Le Pen au second tour et son éventuelle élection ?

Jean Messiha : Je crains de ne pas comprendre votre question. Pourquoi devrions-nous préparer notre arrivée au pouvoir uniquement avec les forces de l’ordre ? Il est vrai que l’un des axes stratégiques de nos adversaires consiste à dire que si Marine Le Pen est élue présidente de la République, ce sera le début de l’apocalypse. On a eu le droit à la même chose avant le Brexit et avant l’élection de Donald Trump aux États-Unis. En France, ces augures ne concernent pas tant les conséquences économiques et financières (encore qu’elles ne soient pas absentes), mais des troubles à l’ordre publics agités comme autant d’épouvantails. Or comme le monde entier a pu le constater s’agissant du Brexit et de Trump, aucun des signes eschatologiques qui avaient été prédits par le système médiatico-politique ne s’est avéré. Et il ne s’avérera pas davantage pour la France lorsque Marine Le Pen sera élue. La diffusion d’une peur généralisée est devenue l’ultime moyen pour le système de se perpétuer. Votre question en dit d’ailleurs assez long sur l’état de notre démocratie où certains n’en admettent les résultats que dès lors qu’ils sont conformes à leurs souhaits…

R&N : Envisagez-vous que Marine Le Pen puisse rencontrer des difficultés pour disposer normalement de l’administration au cas où elle remportait l’élection présidentielle ?

Jean Messiha : L’administration est garante de l’intérêt général, au service de la légitimité démocratique. C’est le sens de l’article 20 de la Constitution : « Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation. Il dispose de l’administration et de la force armée ». Dans un État de droit comme la France, l’administration n’est pas un contre-pouvoir qui pourrait, à discrétion, choisir de servir ou non l’autorité élue. Quand un pouvoir est issu du suffrage, sa légitimité s’impose à l’administration qui, dès lors, se place sous son autorité. Il s’agit d’une règle générale, d’ordre constitutionnel, qui prévaut quelle que soit la couleur politique de la majorité issue du scrutin. En revanche, la question est tout à fait pertinente s’agissant des très hauts fonctionnaires qui auront, le cas échéant, à mettre en œuvre le programme sur lequel Marine Le Pen aura été élue. C’est, entre autres, dans la perspective de ces nominations stratégiques que les Horaces ont été mis sur pied. Les deux objectifs majeurs de ce collectif sont la préparation des 100 premiers jours de la présidence de Marine le Pen mais aussi la constitution des organigrammes politico-administratifs (une sorte de « shadow administration ») : composition des cabinets ministériels, identification des futurs directeurs d’administration centrale, des chefs de service, etc.

R&N : Le groupe que vous dirigez est-il en train de rédiger les projets de texte permettant la mise en œuvre, en cas de victoire, du programme de gouvernement du Front National ? Ce travail se déroule-t-il dans des conditions satisfaisantes ?

Jean Messiha : Le collectif des Horaces, comme je viens de l’indiquer, travaille sur des mesures tant politiques que nominatives. Il prend une part importante, aux côtés des autres parties prenantes au projet présidentiel (les CAP, les autres collectifs notamment), à l’élaboration du programme. S’agissant des textes de mise en œuvre dudit programme, les Horaces jouent évidemment un rôle majeur. Par exemple, nous avons mis en place une « cellule diplomatique » chargée de plancher sur la renégociation des traités européens, conformément aux engagements de Marine Le Pen portant refondation du projet européen.

R&N : Quels sont les liens qu’entretient le collectif Horaces avec les autres collectifs RBM, comme par exemple avec le Collectif Culture, Libertés, Création où le rôle des hauts fonctionnaires sera essentiel en cas de victoire du Front National en 2017 ?

Jean Messiha : Le collectif des Horaces est composé de personnalités de haut niveau soutenant la candidature de Marine Le Pen à l’élection présidentielle. C’est donc une instance à la main de la candidate et non d’un parti. Le collectif ne figure pas dans l’organigramme du FN. Parmi nos membres beaucoup, sinon une majorité, ne sont pas encartés. Toutefois, une coordination a été mise en place pour optimiser l’efficacité de l’ensemble de ces cercles, coordination assurée notamment par le cabinet de Marine Le Pen et plus particulièrement le directeur de cabinet, Nicolas Lesage.

R&N : Il est notoire que les positions très fortement europhobes affichées jusqu’ici par le Front National et tout particulièrement son ambition de sortir de l’euro heurtent tout un pan de l’électorat qui aurait autrement pu lui apporter ses voix. Ces positions sont-elles susceptibles d’évoluer ? Et si oui, vos travaux peuvent-ils faciliter cette tâche ?

Jean Messiha : Contrairement à une idée répandue par ceux-là même qui abusent des revirements opportunistes, nous n’avons pas changé notre fusil d’épaule et défendons depuis toujours et avec constance le retour de la souveraineté et de l’indépendance de la France. Nous récusons le terme d’europhobe que le système médiatico-politique cherche systématiquement à nous accoler. L’Europe est une réalité géographique indiscutable. En revanche, le projet politique que l’on construit sur cette géographie doit être versé au champ démocratique et librement discuté. Nous pensons que le projet européen connaît une dérive depuis les années 80 et l’Acte unique, dérive à la fois libre-échangiste et antinationale. Nous croyons que ce projet doit être profondément repensé, avec nos partenaires européens. C’est le sens du programme de Marine Le Pen qui envisage, au lendemain de son élection à la présidence de la République, une renégociation des traités européens avec cette idée de récupération de nos principales souverainetés : la monnaie, la frontière, etc. Notre constat est simple et, je le crois, largement partagé : l’Union européenne ne peut plus continuer cette course folle vers un avenir post-national mortifère ; elle ne peut plus se faire contre les peuples, ni même dans le dos de ceux-ci. Le projet européen sera démocratique ou ne sera pas. Il faut remettre les peuples, leur souveraineté, leur liberté, au cœur du projet européen. Aujourd’hui la construction communautaire ne se fait plus qu’au seul profit d’une minorité de possédants. Il faut la remettre au centre de nos démocraties : l’Europe, au nom du peuple, par le peuple et pour le peuple. Comme vous le voyez, nos positions conceptuelles n’ont pas évolué et nos objectifs non plus. Nos travaux au sein des Horaces facilitent évidemment la mise en œuvre de ce nouveau projet politique en lui donnant une dimension opérationnelle.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0