L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

L’Homme Nouveau : « cette petite voix dissonante qui n’a pas le timbre des dépêches AFP »

Le bimensuel catholique L’Homme Nouveau a récemment revu sa maquette. L’occasion pour le R&N de s’entretenir avec Adélaïde Pouchol, principal artisan du remodelage de ce périodique catholique de grande qualité.

R&N : Adélaïde Pouchol, bonjour ! L’Homme Nouveau a fait peau neuve. Comment ? Pourquoi ?

Adélaïde Pouchol : L’Homme Nouveau paraît depuis le 9 mai dernier avec une maquette et un rubriquage renouvelés. Nous sommes partis d’un double constat. Celui, d’abord, de la massification de l’information diffusée en continu par le biais d’Internet, sans hiérarchisation, et assortie le plus souvent d’analyses qui ne sont en réalité que des réactions épidermiques, bien vite chassées par d’autres informations plus brûlantes… La vitesse, la recherche du « scoop » sont les ennemis de la prise de recul et de la réflexion dont nous avons pourtant besoin. Nous avons, ensuite, voulu tenir compte des attentes de nos lecteurs, suite à une large enquête auprès de nos abonnés. Il en est sorti qu’ils attendaient de L’Homme Nouveau une analyse en profondeur de l’actualité et des enjeux de société, une ouverture sur la culture – chrétienne en particulier – et un soutien pour leur vie spirituelle. Il nous fallait tenir compte également du fait que la plupart des gens n’ont pas le temps de lire et que, L’Homme Nouveau sortant tous les quinze jours, nous n’avons pas vocation à être un journal d’information mais plutôt d’analyse. Ainsi, la nouvelle mouture du journal offre une rubrique décryptage, des pages de discussions où deux spécialistes donnent un éclairage sur une question, un dossier, une tribune libre, et les rubriques « culture chrétienne », « vie chrétienne ». Nous avons réduit le journal de 32 à 24 pages et conçu une nouvelle maquette plus claire et agréable à lire.
Enfin, L’Homme Nouveau a adopté un nouveau logo qui veut dire plus clairement notre identité catholique. Ce nouveau logo garde le rouge, désormais historique, de L’Homme Nouveau et s’articule autour de la croix, du cœur, et de l’ancre, symboles de la foi, de la charité et de l’espérance.

R&N : Comment définir votre journal ? Quelle en est la ligne ? Peut-on parler d’un bimensuel catholique conservateur ?

Adélaïde Pouchol : Le propre d’un journal, ce n’est pas de conserver mais bien de partager la réflexion et L’Homme Nouveau se veut tout sauf conservateur ! Au-delà des possibles jeux sur les mots, le journal se définit comme catholique « tout court », et c’est déjà un programme ambitieux. Il est animé par le désir constant d’être fidèle à l’enseignement de l’Église et de chercher la vérité. Il ne s’agit pas tant d’adopter telle ou telle posture intellectuelle que de susciter et participer, à notre échelle, à une réflexion sur le monde dans lequel nous vivons.

R&N : Quelle est l’histoire de l’Homme Nouveau ?

Adélaïde Pouchol : L’Homme Nouveau, c’est une histoire qui commence en 1946 sous l’impulsion du Père Marcellin Fillère et de l’abbé André Richard pour défendre « la seule cause de Dieu ». Le philosophe Marcel Clément prend la tête du journal en 1962 et jusqu’en 1998. Figure emblématique du milieu intellectuel catholique de la fin du XXe siècle, il aura marqué L’Homme Nouveau avant de céder sa place, pour trois années de transition, au journaliste Georges Daix. En 2000, Denis Sureau est nommé président de L’Homme Nouveau et, l’année suivante, Philippe Maxence est nommé rédacteur en chef. Si la ligne éditoriale ne change pas, le journal évolue : la maquette est renouvelée plusieurs fois, le journal se dote d’un site internet, l’activité s’élargit progressivement avec la publication de livres puis de hors-série (à raison de quatre numéros par an). L’histoire de L’Homme Nouveau aujourd’hui, c’est celle d’une petite équipe des sept salariés et de nombreux collaborateurs que la crise de la presse n’a pas encore su dégouter de leur métier !

R&N : Quels sont vos prochains projets, vos ambitions ?

Adélaïde Pouchol : Les projets ne manquent pas, moins que le temps et les moyens. Perfectionner le journal en offrant à nos lecteurs les réponses qu’ils attendent en plus de toute l’information accessible de manière plus immédiate sur Internet, et répondre également aux attentes des étudiants et jeunes professionnels parfois moins rompues à la lecture d’un journal papier. Nous voulons, en parallèle, renforcer notre présence sur internet et participer ainsi à la diffusion d’une réflexion éclairée par les principes catholiques.

R&N : La presse écrite catholique a-t-elle encore un rôle à jouer, face aux "gros" media et à l’explosion de l’Internet ?

Adélaïde Pouchol : Le rôle à jouer de la presse catholique face aux gros medias est évident. Elle est cette petite voix dissonante qui n’a pas le timbre des dépêches AFP, qui se maintient vaille que vaille sans mécène pour briser l’uniformité de la pensée dominante. Elle est la « petite fille Espérance » de Péguy, un peu chétive par les temps qui courent, mais nécessaire. La presse catholique est un moyen essentiel au service de l’évangélisation et par là, à la reconstruction de la société. Le rôle de la presse écrite face à l’explosion d’Internet peut sembler, à contrario, moins évident : pourquoi générer des frais pour publier puis faire payer un journal alors que l’information est gratuite, abondante, immédiate sur Internet ? Presque personne ne lit la presse écrite, dit-on. Mais y en a-t-il beaucoup plus qui lisent – qui lisent vraiment ! – la presse Internet ? Qui lisent, c’est à dire qui ne se contentent pas de lire un titre accrocheur et un début d’article. La presse écrite, parce qu’elle demande du temps, échappe au « zapping » qui caractérise Internet. Dès lors, elle doit susciter la prise de recul, l’analyse en profondeur, en même temps que le plaisir du journal que l’on emporte sous le bras, qu’on feuillette ou griffonne parfois, que l’on prête… Ce que l’écran ne permet pas.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0