L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Grégory Soodts : « Le principe était de valoriser le bon, le beau et le vrai près de chez soi. »

22 juin 2021 Karl Peyrade

Grégory Soodts, producteur de l’émission Pour que vive le beaujolais (PQVLB), a accepté de répondre aux questions du Rouge & Le Noir au sujet de son initiative.
Adresse : 299, rue de la république
69430 BEAUJEU
www.pqvlb.fr

R&N : Quelle initiative avez-vous eu à l’occasion du confinement ?

Grégory Soodts : Nous avons décidé de valoriser une petite chaîne paroissiale locale (autour de 10 abonnés) pour retrouver les personnes là où elles se trouvaient... C’est à dire chez elles !

Nous avons commencé par une campagne de communication pour augmenter le nombre d’abonnés afin d’avoir plus d’écho et de pouvoir avoir accès aux directs via YouTube. En environ 15 jours, le nombre de 1000 abonnés était atteint ! Le programme était constitué d’une méditation quotidienne de notre curé, l’abbé Pattyn, une émission pour enfants : « le petit Bosco », la messe quotidienne. Les couples des groupes Domus ont également fait chacun un enseignement sur différents sujets tels que les enfants saints, les vertus de St Joseph, etc...

Lorsque nous fûmes libérés du confinement, ces émissions n’avaient plus guère de sens, mais nous avions acquis une compétence et un auditoire. Nous avons donc décidés, au lieu de maintenir les personnes devant l’ordinateur, de les faire sortir de chez elles en créant une émission locale qui redonne confiance ! Le principe était de valoriser le bon, le beau et le vrai près de chez soi.

R&N : Pourquoi avoir choisi YouTube pour diffuser votre message ?

Grégory Soodts : Nous avions un beau réseau via le compte Facebook de la paroisse de la Trinité en Beaujolais, son compte Instagram ainsi que par le compte Twitter de cette même paroisse. Mais nous ne voulions pas inciter à aller sur les réseaux sociaux, YouTube étant la plate-forme de vidéo la plus connue et accessible pour notre entourage, c’est celle-ci que nous avons choisie. Mais nous avons également réfléchi à créer notre propre site pour potentiellement ne pas être dépendant d’une unique plate-forme : c’est ainsi que le site www.pqvlb.fr est né en janvier.

R&N : Pourquoi avez-vous voulu vous centrer sur le local ?

Grégory Soodts : Il semblait de plus en plus évident que les informations hors-sol nationales étaient vraiment déconcertantes d’irrationnalité et anxiogènes. Or, en mettant tout cela en perspective via le prisme du local, cette peur n’avait plus de prise car on voyait bien que la réalité était nettement plus belle, moins dramatique ! Le bon sens de la Doctrine sociale de l’Eglise s’est offert à nous via la promotion d’une économie de proximité axée sur les circuits courts. Celle-ci était toujours empreinte de bon, du bon et du vrai, une véritable et naturelle évangélisation de la culture !

R&N : Quels sont les retours du public sur votre chaîne ?

Grégory Soodts : Globalement ils sont enthousiastes ! Mais ce qui est merveilleux, c’est qu’il n’existe pas de profils, au contraire, nous sommes très étonnés de voir les remerciements et félicitations, pouvant aussi bien provenir d’un vigneron, d’une personne âgée, d’une organisation socioprofessionnelle ou alors du député local, toutes sensibilités confondues. Je pourrais presque dire que, même s’il n’y avait pas de diffusion, le simple fait de rencontrer les personnes chez elles était déjà l’occasion de magnifiques rencontres et à suscité de chaleureux remerciements !

Les municipalités sont également très favorables, car nous sommes à leur service, et les interviews ou reportages sont vraiment l’occasion de briser la glace et de casser les préjugés les uns sur les autres.

R&N : Quels sont vos projets à venir ?

Grégory Soodts : L’émission a suscité la création d’une équipe pour élargir les possibilités d’actions au service de la culture : l’association « pour que vive le Beaujolais » est ainsi née ce printemps. Elle vise également à trouver les fonds pour commencer à professionnaliser l’émission, tant au niveau technique (achat de meilleur matériel), qu’humain (souhait d’embaucher un permanent à mi-temps). En effet nous voyons actuellement les limites du bénévolat si nous voulons pérenniser l’émission existante et aller vers une chaîne.

Concernant la future rentrée de l’émission, en plus de l’amélioration technique, nous voulons ajouter des rubriques, qui pourraient à moyen terme devenir des émissions à proprement parler. Par exemple nous songeons à une rubrique cuisine, avec des chefs de restaurants locaux, bien sûr toujours agrémentées de vins issus du terroir local !

Nous voulons également avoir des personnalités nationales, pour élargir notre auditoire : à ce sujet, nous pourrions avoir quelques belles surprises dès la rentrée mais pour l’instant... Chut !

Une émission est en réflexion : la découverte d’une ville où d’un village local, dans un format de 2 ou 3 minutes, mêlant grande et petite histoire, le tout de manière ludique et inattendue.

Enfin personnellement, une émission politique me plairait beaucoup, car nous pourrions y poser avec courtoisie mais franchise des questions qui nous paraissent importantes et qui ne sont pas forcément posées par les médias classiques. Pourquoi ne pas animer un groupe d’interviewers représentant le tissus local qui questionnent un ou plusieurs élus ?

Vous voyez, cela semble être le début d’une belle aventure, mais surtout l’expression d’un désir de remettre le réel au centre de nos vies, en créant une média géré depuis la terre...

22 juin 2021 Karl Peyrade

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2021 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0