L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Fr. Thierry-Dominique Humbrecht : « Le christianisme doit redevenir explicite. L’implicite le tue »

Le frère Thierry-Dominique Humbrecht est un dominicain de la province de Toulouse. Docteur en philosophie et en théologie, il a déjà écrit plusieurs ouvrages sur l’engagement des catholiques (« Lettre aux jeunes sur les vocations », « L’évangélisation impertinente : Guide du chrétien au pays des postmodernes », ...). Il vient de publier « Éloge de l’action politique », aux éditions Paroles et Silence, au sujet duquel il a bien voulu répondre aux questions du Rouge & Le Noir en complément de notre Ex-Libris.

R&N : Dans « Éloge de l’action politique » vous insistez sur l’importance de la formation des jeunes catholiques. Est-ce l’observation d’un appauvrissement du débat religieux, politique et éthique ?

Fr. Humbrecht  : Le débat est pauvre, en effet. Rien de nouveau. Les jeunes catholiques ont leur carte à jouer, mais l’action sans formation est condamnée à l’insignifiance. De plus, elle ne dure pas. Quand on n’a rien à dire, on finit par arrêter de militer, et l’on rentre dans le rang de son école de commerce. Retour à la case départ. J’en appelle à des jeunes laïcs formés, diplômés, fervents. Dont la pensée soit chrétienne, et pas seulement la piété : c’est là qu’est l’os. Le laïcisme sait qu’il peut souvent compter sur notre schizophrénie : pieux dans nos paroisses, laïcs au travail. Il n’en demande pas plus. Les jeunes chrétiens peuvent donner plus, mais il leur faut embrasser des études et des métiers qui parlent, pas seulement des métiers muets. Le christianisme doit redevenir explicite. L’implicite le tue.

R&N : Devant la montée du communautarisme, des catholiques s’interrogent sur l’opportunité de faire de même et de se regrouper, en France, en communautés chrétiennes. Cette option vous semble-t-elle légitime et viable ?

Fr. Humbrecht  : L’Église existe où il y a une communauté vivante, qui prie, chante, s’instruit, vit de la charité et des sacrements. La vie spirituelle la propulse à évangéliser. En nombre d’endroits, les fidèles restent clairsemés et s’épuisent. Cela ne pourra pas durer. Pour eux comme pour les prêtres. D’un autre côté, il faut tenir les églises, sinon que va-t-il s’y passer ? Je n’ai pas la solution.

Trois éléments sont à considérer :

  1. Le christianisme français est devenu urbain, il faut s’y adapter.
  2. L’évangélisation demande de sortir de chez soi, de sa famille et de son milieu, sans pour autant ne voir l’extérieur qu’à l’autre bout du globe.
  3. Si l’on veut s’acheter une maison de campagne, mieux vaut se demander s’il y aura la messe à moins de cinquante kilomètres dans dix ans.

R&N : Que répondre à l’attirance pour un néo-paganisme présenté comme "viril" qui viendrait au secours d’une civilisation chrétienne "affaiblie" par ses propres valeurs ?

Fr. Humbrecht  : Je ne connais rien de cette revendication. J’en apprends à son sujet par la question elle-même. C’est un néo-paganisme, donc anti-chrétien par essence, puisque tiré d’un monde chrétien. La virilité comme idéal politique a souvent montré qu’elle concernait des gens fort peu virils eux-mêmes, ceux qui la revendiquent seraient bien avisés de s’en souvenir… Si ce néo-paganisme veut recourir à la force, il devrait d’abord lire des livres d’histoire. Le vingtième siècle a produit plusieurs monstres de ce genre-là. La volonté de puissance au-delà du christianisme, c’est au minimum un nihilisme à la Nietzsche, sans autres dieux ni maîtres que Darwin. Je ne vois pas quel secours ce genre de matérialisme fataliste peut apporter au christianisme, c’en est l’opposé.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0