L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Dominique Jamet (DLR) répond au R&N : identité, intégration, immigration & Islam (III)

Cet entretien avec Dominique Jamet a été effectué en quatre parties. La troisième porte sur le thème "Identité, intégration, immigration & Islam". Dominique Jamet est journaliste, écrivain, fondateur du site Boulevard Voltaire et tête de liste de Debout la République en Île-de-France pour les élections européennes de mai 2014.

Carl Moy-Ruifey : Ce qui vous différencie du Front national, ce n’est pas tellement le constat qu’une remise en perspective plus générale consistant à dire si la croissance revient, pourquoi ne pas accueillir à nouveau. Et l’identité n’en serait pas menacée parce que l’intégration serait plus simple selon vous ?

Dominique Jamet : L’identité ne serait pas menacée si nous en conservions une qui soit à ce point nette, claire, prestigieuse et transmissible qu’elle s’impose aux étrangers. Quand on dit que la France a toujours été une terre d’immigration, c’est totalement faux. Cela date du milieu du XIXe siècle. L’immense majorité des étrangers qui sont arrivés à ce moment-là étaient des Européens, et cela ne pas posé les problèmes qui ont cours aujourd’hui avec les peuples d’une langue plus différente et d’une religion différente. Les étrangers qui venaient travailler en France étaient mus par l’image qu’ils avaient de la France, leur amour de la France, la volonté qu’ils avaient de s’intégrer, autant que par la nécessité. Quand des étrangers viennent dans un pays chassés par la misère, on ne peut pas le condamner, mais on ne peut que constater que les éléments qui pourraient permettre leur intégration dans l’identité nationale sont aujourd’hui beaucoup moins solides que naguère. La France est dans le marasme économique et ne s’aime pas elle-même. Ces éléments ne sont pas favorables à une intégration.

Louis Jaeger : Sur l’action de l’Islam, pensez-vous qu’il y a un verrou qui empêche l’intégration des immigrés venus des pays arabo-musulmans ? Voulez-vous forcer leur assimilation ? Nicolas Sarkozy, par exemple, avait exigé un « Islam de France » en créant le Conseil supérieur du culte musulman. Avez-vous une vision plus communautariste comme les Anglais ?

Dominique Jamet : Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que la présence massive des musulmans dans les pays européens pose des problèmes qui ne sont pas directement liés à l’Islam, qui n’ont rien de génétiques, mais qui tiennent à ce qu’il y a aujourd’hui une guerre entre l’Islam et l’Occident. Si la question de la Palestine et d’Israël était réglée, tout ce qui fait qu’on associe le terrorisme, l’intégrisme des musulmans au refus de s’intégrer des musulmans se dégonflerait. D’autre part, il faudrait à la fois donner aux musulmans comme aux autres confessions les moyens de pratiquer simplement et dignement. Si les problèmes ethno-politiques qui pèsent tant sur les rapports entre l’Islam et les Etats non-islamistes étaient réglés, je crois que l’Islam ne poserait plus problème. Les gens qui vont à la mosquée dans une configuration normale, ils y vont plutôt pour prier, et pas pour comploter ou ses passer des kalachnikovs.

Le danger qui hypnotise, qui obnubile, une France qui deviendrait un pays majoritairement noir ou musulman, est très largement exagéré. L’apport de ces populations pose des problèmes, des plus mesquins, des plus triviaux aux plus généraux. Sur les piscines, sur les cantines, il ne faut pas céder. C’est la laïcité. La France était à peine libérée avec la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de l’emprise du catholicisme sur la société, qu’un problème posé par une confession religieuse est apparu de nouveau. On consentirait aux musulmans des avantages, des privilèges, qu’on ne consent plus aux catholiques.

Carl Moy-Ruifey : La culture française est intimement liée à son fond chrétien. Pensez-vous que si la religion musulmane devenait vraiment plus dynamique, plus porteuse que la religion catholique qui, il faut bien l’avouer, a perdu beaucoup de terrain en Europe, l’infusion d’une nouvelle religion aurait tendance à modifier et contrarier le développement de la civilisation européenne, tel qu’il s’était fait jusqu’à présent ? Pensez-vous que ce serait une évolution à écarter ?

Dominique Jamet : Là où les populations étrangères sont majoritaires et non-assimilées, on voit bien le danger d’un affaiblissement et d’une mise en tutelle de notre civilisation par une autre. Il vaudrait mieux que cela ne se généralise pas. Pour l’heure, le VIIe arrondissement, le Morbihan et la Loire-Atlantique ne sont pas menacés. Nous sommes confrontés à un phénomène d’immigration massive récent. Vis-à-vis de cet enjeu vital, la question est de savoir si dans un délai raisonnable les populations d’origine étrangère s’assimileront même en gardant leur religion. On est confronté constamment à des éléments contradictoires. La troisième génération peine à s’intégrer, mais cela tient à la situation économique. Je pense que les populations d’origine musulmanes seront plutôt absorbées par la civilisation du pays où elles vivent que l’inverse.

L’imprégnation dans la civilisation européenne ou française de la culture anglo-saxonne ou états-unienne est beaucoup plus forte. Mon inquiétude vient d’abord de là. Sur le plan des mœurs, de l’art, de la façon de vivre et de la transformation d’une société relativement civilisée en une société barbare, sauvage, marquée par l’individualisme libéral, le risque d’une américanisation est bien plus fort.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0